A tricky State

-- Politique --

Communiqué de presse de Alliance Fédéraliste Bretonne - Emglev Kevredel Breizh
Porte-parole: Gwenael Kaodan

Publié le 5/05/21 9:28 -- mis à jour le 05/05/21 21:57
52381_1.jpg
logo

Sous la présidence Macron, l'Etat français présente de plus en plus le visage d'une autocratie jacobine autoritaire pilotée par une gouvernance verticale. Deux exemples, tirés de l'actualité récente, viennent illustrer ce constat.

Le premier exemple concerne le Conseil d'Etat, qui sollicité par le gouvernement pour le stockage généralisé et illimité des communications électroniques de toute la population, vient d'accéder à cette demande le 11 avril dernier. Ce faisant la France, sous couvert de lutte antiterroriste, va à l'encontre de la Cour de Justice Européenne (CJUE) qui autorisait la conservation des données pour une durée limitée (06/10/2020) et seulement en cas de graves menaces contre la sécurité nationale. Ainsi Paris, si prompte à donner de leçons de droit à des pays comme la Hongrie ou la Pologne, s'affranchit du droit européen commun.

Le Conseil d'Etat tout en optant pour un «dialogue rugueux», selon les dires de l'un de ses membres, avec la CJUE suit néanmoins les Juges de Luxembourg sur un point : que les demandes des services obtiennent l'avis conforme de la commission nationale de contrôle, ce contrôle pouvant se faire à posteriori en cas d'urgence !

Résumons : Souriez citoyens, vous êtes tous fichés !

Le second exemple encore plus récent parce qu'il fait référence à la saisie du Conseil Constitutionnel (22 avril) à l'initiative du ministre Blanquer et Aurore Bergé (députée LREM de la 10ème circonscription des Yvelines, membre de la commission des affaires culturelles), 15 jours après le vote à une très large majorité (276 voix pour, 76 contre, 19 abstentions) de la loi Molac en faveur des langues dites «régionales». La manœuvre est limpide : torpiller cette loi si contraire à la doxa jacobine.

Il est permis de douter de la validité de cette saisine quand on apprend que 3 députés LREM ont demandé à se retirer de cette liste des 61 signataires et qu'une quatrième dit ne pas avoir été consultée !

Connaissant le poids politique du ministre de l'Enseignement dans le dispositif Macron, on ne peut que constater que la Présidence semble avoir totalement renié ses ambitions girondines de 2017.

Le Conseil Constitutionnel rendra sa décision au plus tard le 22 mai prochain.

Résumons là encore : la volonté, largement majoritaire, de la représentation nationale va-t-elle être bafouée ?

Aze 'mañ 'n dalc'h.

Tiern e peb Amzer

Voir aussi :
mailbox imprimer
logo
Construire une Bretagne harmonieuse, réunifiée. Favoriser la prise de conscience identitaire et politique de la population.
Vos 1 commentaires
Emilie Le Berre
Jeudi 6 mai 2021

Vous êtes les rares à aborder le sujet d'internet et les données. Les bretons comme les autres sont trop occupés à faire kikoo lol et à photographier leur assiette sur les réseaux sociaux de profilages. C'est too much magic, ils ne voient pas le piège numérique se refermer, plonger ils sont dans leurs écrans, quand ils lèveront le nez il sera trop tard, si un jour ils le lèvent. Déjà tout un chapelet de lois ont été votées sans que ça n'émeuve grand monde (DAVSI, LOPPSI, HADOPI, programmation militaire…). Le stockage illimité des données - je crois que c'est plutôt les métadonnéees - est l'étape avant la prochaine qui se met en place : 5G, internet des objets(IoT), star link … Bien sûr la pillule sera avalée sous couvert d'arguments sur la médecine un grand classique, de progrès, de débits. Too much magic kwa !

ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 1 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.