À la recherche de la Cordelière, navire mythique perdu au large de Brest

-- --

Communiqué de presse de Région Bretagne
Porte-parole:

Publié le 7/03/18 8:56 -- mis à jour le 07/03/18 08:56

Construit en 1498 sur ordre de la duchesse Anne de Bretagne, la Marie Cordelière était à l’époque l’un des navires de guerre les plus puissants de la flotte bretonne. Le 10 août 1512, au terme d’un combat épique contre les forces anglaises, entre le goulet de Brest et la pointe Saint-Mathieu, le bateau fait naufrage en même temps que le Regent, fleuron de l’armada britannique avec lequel il combattait bord-à-bord. Depuis, plus aucune trace des vaisseaux engloutis depuis plus de 500 ans…

Afin de retrouver les épaves de ces deux navires mythiques, la Région Bretagne et le DRASSM conjuguent leurs efforts pour rendre possible un nouveau projet d’investigation pluridisciplinaire, associant archéologues, historiens, roboticiens, cartographes, scientifiques et étudiants. Il débutera en juin par une première campagne de prospection de trois semaines.

Voir aussi :

0  0  
mailbox
imprimer
logo
La région administrative Bretagne.
Administration régionale
Site Patton
283 avenue du général Patton, CS 21101,
35711 Rennes cedex 7
Tél. : 02 99 27 10 10 - Fax : 02 99 27 11 11 Service Presse de la Région Bretagne
T. 02 99 27 13 54, F. 02 99 27 13 34,
courriel : presse@region-bretagne.fr
Vos 2 commentaires
BERNARD HABARY
Jeudi 27 janvier 2022
VOS RECHERCHES COMMENCENT A QUELLE DATE CE QUE J'AIMERAI SAVOIR
(0) 
BERNARD HABARY
Jeudi 27 janvier 2022
AVEZ VOUS REPRIS VOS RECHERCHES SUR LE NAUFRAGE DE LA CORDELIERE PERDU AU LARGE DE BREST QUE VOUS DEVIEZ REPRENDRE AU DEBUT DU MOIS DE JUIN 2018.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 1 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.