logo
logo

600 maires (900 selon les publications les plus patriotiques) ont écouté le Président de la République Française Emmanuel Macron s’exprimer à Saint-Brieuc hier, avant de lui poser des questions.

Le président a promis une nouvelle étape de la décentralisation, et évoqué le besoin de redéfinir le projet national et européen. C’est dit. Mais sans donner beaucoup de détails, ni préciser aucune piste. Il était cependant en terrain conquis. Conquis parce que l’assemblée, dans laquelle tout le monde s’était ceint de l’écharpe tricolore de rigueur, croit très fort aux valeurs républicaines hexagonales. Très bien. Et puis les questions sont venues de quelques-uns de ces édiles qui ont exprimé, pour certains, le fait qu’ils en avaient soupé des règlements tatillons, d’autres ont demandé qu’on leur fasse plus confiance, enfin les plus hardis ont plaidé pour que la région soit à même de tenter des expérimentations. Quel courage !

Enfin tout le monde est reparti content, conquis donc, après une Marseillaise reprise à pleine voix par le sulfureux Ferrand, qui était là aussi bien sûr.

On a assisté à une démonstration de force de l’esprit républicain français chez les maires de Bretagne. Ils respectent les institutions, mettent leur écharpe pour accueillir le président descendu de Paris exprès pour les voir, un président qui va repartir ensuite jusqu’à Rennes en convoi ultra protégé, alors que tous les ponts enjambant la RN 12 sont sous contrôle la gendarmerie.

Ils croient très fort aux valeurs républicaines ces maires, mais connaissent-ils les valeurs démocratiques ? Ont-ils osé évoquer le referendum refusé en Loire-Atlantique malgré les 105 000 signatures d’habitants le réclamant au sujet de la réunification ? Non. Une demande de démocratie étouffée d'ailleurs par un certain Grosvalet, lui aussi prompt à porter l’écharpe tricolore.

Savent-ils ces maires, que dans les régions maritimes comparables à la Bretagne, le pouvoir local est considérablement plus puissant qu’en France, et que dans ces régions ou pays comparables, entre autres différences, le développement des énergies renouvelables, hydroliennes, éolien, méthanisation, est incommensurablement plus développé que dans la région qu’ils contribuent à administrer ? Savent-ils que, dans ces régions, une partie importante du fruit des impôts ne repart pas vers le pouvoir central mais est gérée à même la région ? Quand eux continuent à mendier des subsides auprès de ce pouvoir hypertrophié.

Savent-ils que les valeurs républicaines, desquelles ils se réclament, ont forgé un pays où, entre autres multiples avanies, un certain Bernard Tapie peut braquer 400 millions à l’État avec l’aide d’un président de ladite république, de juges tout aussi républicains et d'une future présidente du FMI ?

Tentent-ils de nous faire croire, ces maires, qu’ils vont faire progresser la Bretagne, et permettre à ses habitants de vivre mieux, dans ce cadre-là ?

600 maires : y-avait-il un Breton dans la salle ?

Vincent Fraval, Secrétaire Général de Breizh Europa

Voir aussi :

Cet article a fait l'objet de 1243 lectures.
mailbox imprimer
logo

Breizh Europa est un mouvement autonomiste breton et fédéraliste européen.
Site internet : Voir le site
Compte Twitter : @BreizhEuropa
Page Facebook : Breizh Europa

Vos commentaires :

reun.koupa@wanadoo.fr
Jeudi 4 avril 2019

Serviles, n'ayant plus de langues puisqu'ils combattent la langue de leurs parents, ils détruisent la Bretagne et nous finançons , nous bretons les dizaines de millards du Grand Paris et des Jeux Olympiques !

Reste t'il des vrais bretons et combien????

Luigi Barsagli
Jeudi 4 avril 2019

Je partage votre communiqué sur le fonds.

Un bémol quand même, les élus de la Région Bretagne ne veulent pas du Grand-Ouest, sonts contents d'être en région Bretagne, par ailleurs les représentants de la Loire-Atlantique eux -mêmes ont foulés au pied la pétition de leurs électeurs. Logique dans ce contexte, de ne pas appuyer, côté B4, sur ce sujet

Pierre Robes
Jeudi 4 avril 2019

vu qu'ils n'étaient qu'environ 450 sur 1200 maires de Bretagne croupion à avoir répondu au questionnaire envoyé au dire des intervenants , il n'est pas étonnant d'en voir 600 répondre à l'invitation pour écouter la messe républicaine afin de la dire à leurs ouailles.

Le président de région Chesnais-Girard était là lui aussi, au garde à vous, mais pas pour défendre la langue Bretonne car il ne faut pas brusquer les maîtres de Paris il préfère faire la politique des petits "pas à pas" (dixit dans le Peuple Breton de ce mois) contrairement aux Corses qui demandent trop selon lui en demandant la co-officialité de la langue Corse.

La politique du petit pas n'a pas fait progresser la langue Bretonne. Ni la décentralisation.

On préfère le centralisme démocratique jacobin.

Marie Laouenan
Jeudi 4 avril 2019

Pas un mot de la part des élus au sujet de la pétition et de la réunification. Scandaleux. Quant à la "cérémonie" elle n'est pas sans évoquer les temps anciens de la féodalité, les temps du suzerain et de ses vassaux.

Burban xavier
Jeudi 4 avril 2019

Débat et échanges convenus entre le président Macron et des notables . Réponses techno du président Macron à des dossiers en cours ....

A l'Ouest rien de nouveau que de la platitude des élus pour le coup , les maires sont également très loin des préoccupations de leur concitoyens sur le plan économique et social , quant à la culture bretonne nenni , la réunification de la Bretagne n'atteint pas les cerveaux des maires présents.

C'est inquiétant pour l'avenir "le grand débat" n'apportera que peu de solution hélas !

Jakez Lhéritier
Jeudi 4 avril 2019

Bien

mais Breizh Europa pour cette position , aviez vous un "sympathisant maire de la Bretagne croupion dans la salle qui aurait du intervenir?

Y avait il des distributions de documents ,de "mouvements bretons" sur la réunification ,la Bretagne que l'on veut,l' Europe que l'on veut.Cela a peut être été empéché?

Les élus bretons , un chant de guerre inadapté au 21 ème siècle en Europe,quel démonstration de la vassalité

à Paris,valets,Gros valet,valets ........quelle honte pour nos combats?

Alors que de nombreux maires bretons l'ont été avec des voix d'autonomistes,fédéralistes bretons, en Bretagne historique (Nantes,Rennes,Lorient,Brest etc,etc du temps de la fameuse union de la Gauche ..)Il me semble que ces maires ne sont pas intervenus sur ces thèmes

On a entendu positivement la maire de Pontivy et celui de Plougastel Daoulas sur la Bretagne à 5.

Les autres,silence dans les rangs.

Un sentiment de manque de courage,de flatteries.Les maires bretons ont peur de se faire sucrer des miettes.

Certains ont osé même demandé plus de pouvoir aux préfets alors que l'on demande leur suppression?

Courage les jeunes pour faire l'Union Bretonne.

Mab e dad
Vendredi 5 avril 2019

Le ridicule ne tue pas:Avec la marseillaise(seul "débat" où on l'entend ânonnée et il faut que ce soit en Bretagne.Etait-elle nécessaire pour leur rappeler qui sont les maîtres à ces"gouez"?),il ne manquait plus que le tocsin pour ces élus bien alignés,au garde-à-vous même,pour montrer jusqu'à quel degré de servilité complaisante ils sont prêts d'accepter pour cette "ribiblik"parisienne et son roi tout puissant au-détriment des "périphériques",citoyens de seconde zone qu'ils sont censés défendre.

L'apparatchik et opportuniste serviteur du maître,courtisan de la première heure Ferrant est-il à l'initiative de cette engouement "révolutionnaire" et du "beuglement" de son hymne nationaliste sanguinaire ?(c'est toujours le cas dès qu'il s'agit de masquer les problèmes sociaux,territoriaux et démocratiques ou plutôt de la non-démocratie française.Une bonne marseillaise et une bonne guerre feront taire tous ces gens comme disait ce même pourvoir au temps de la 3ème"ribiblik".)

Et on peut dire qu'elle a permis, en toute impunité pour les maîtres,d'envoyer des millions de gens à la mort.

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 8 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.