L'état du gallo aujourd'hui - Magazine de société en gallo
Annonce de Galoweb

Publié le 14/07/22 15:24 -- mis à jour le 16/07/22 08:20
L'état de la langue gallèse - 4 minutes de temp : Eyou qe n-n'ét le galo ao jou d'anet, vaila de cai qe j'alons vaer o Vassili. N’i araet bétôt 191.000 caoze-galo en Bertègn ! Le chiffr-la s’orine de la dâraine encerche sociolinghistiqe qemandée par la Rejion Bertègn en 2018.
Réalisation : Galoweb
(539 vues)
55457_1.jpg
Vassili Moreau, Galoeb.

Dans quel état est le gallo aujourd'hui ? C'est ce que nous allons avoir avec Vassilli qui nous emmène découvrir les résultats de l'enquête sociolinguistique menée en 2018 sur l'état de la langue gallèse.

191.000 personnes parlent gallo en Bretagne ! C’est le chiffre ressorti de la dernière enquête sociolinguistique commandée par la Région Bretagne en 2018.

Le premier numéro du magazine de société en gallo "4 minutes de temp", présenté par Vassilli et proposé par Galoweb.

Florent Grouin

Voir aussi :

2  1  
mailbox
imprimer
logo
Galoweb, des videyos en galo, e eune chaïgne de tele ren q'en galo den les temps a viendr ? Galoweb, des vidéos en gallo et une chaîne de télé 100% en langue gallèse à l’avenir ?
Vos 33 commentaires
Yann L...
2022-07-15 12:34:05
Le gallo est ma langue maternelle. Je sais le lire mais non l'écrire. Et, ma foi, j'ai eu plaisir à entendre cette présentation. L'accent m'a semblé très bon.
(2) 
Delphine Allot
2022-07-15 12:37:20
Bravo ! Là je retrouve la langue de mes grands-parents ! Même le roulement des R, émotion !
(2) 
Ronan Courtial
2022-07-15 14:36:46
Langue Bretonne: Langue Nationale de la Bretagne souveraine!
(1) 
Michel Bernard
2022-07-15 16:09:42
C 'est une bonne chose de faire entendre ce sympatique jeune homme parler dans sa langue maternelle bretonne gallesante, si proche du picto saintongeais du sud de nantes qui est aussi ma langue maternelle. Le gallo et le picto saintongeais ont leur place en bretagne a cote de breton.
(1) 
Gweltaz Le Menn
2022-07-15 19:09:48
C'est curieux, j'ai du mal à comprendre cette vidéo, alors que je comprends très bien celle-ci, qui fait entendre une gallésante authentique: (voir le site)
A vrai dire, c'est un français rural, avec un accent marqué et quelques variations phonétiques: "ben", "chercheu"... Pas de quoi parler de langue. Etes-vous en train de créer une pseudo-langue gallèse artificielle pour récupérer des subventions? Il y a certes aussi un néo-breton que les bretonnants authentiques ont du mal à comprendre, avec son accent français et ses mots chimiques ("emzalc'h, aergelc'h, sevenadur", embregerzeh"...), mais il me semble que ce 5ème dialecte (comme si on n'en avait pas assez avec 4) est quand même plus proche du breton que ce "gallo" l'est de celui de cette vidéo.
(3) 
Kerbarh
2022-07-15 20:35:07
L’accent n’est pas très gallo à mon avis. Les voyelles ne sont pas assez appuyées
(1) 
g huot
2022-07-15 21:05:42
monsieur groin avait dit d attendre la video on l a vue. ca n a rien a voir avec le patois de dol que j ai toujours entendu. d ou sort cet accent j aimerais bien le savoir. c est peut etre du gallo de montreal ca ressemble a l accent de la bas. je croyais qu il y avait quelqu un pour controler la qualite de la langue.
(1) 
François
2022-07-15 23:22:40
Quand J'ai écouté des récits en gallo, j'en ai compris le sens en très grande partie. Sans doute car je parle le français. J'y ai retrouvé beaucoup d'expressions de mes grands parents incrustés eux.... dans les Mauges et d'expressions utilisées au Québec. Et au Québec il est coutume de dire que l'on parle aussi français.
Le gallo est donc un patois du français langue d'origine romane. Les patois sont sympathiques et sont témoins des échanges nombreux aux frontières en particulier.
La Bretagne comme d'autres régions a des singularités qu'il est nécessaire d'évoquer clairement pour nous, nos régions voisines, les générations suivantes. Repères clairs pour la Bretagne : mer, rivières, granit, histoire, culture,
une langue le breton, langue celtique ( avec des variantes) : en lien avec divers mouvements de population et échanges commerciaux nombreux avec les pays celtiques
et un patois français le gallo bien compréhensible au vu de la proximité de la France.
C'est la réalité. Tout va bien. Mais attention cependant et je suis en accord total avec Kerbarh sur un autre fil. qui nous dit « si la plupart des acteurs promouvant le gallo sont sincères ,dans l'ombre se dissimulent des forces introduisant un cheval de Troie au sein de la culture bretonne avec une volonté de nuire»
(0) 
Penn Kaled
2022-07-16 18:57:22
Oh François vous être sur que c'est kerbarh qui a écrit lepassage que vous citez ???? !!!!!
(1) 
François
2022-07-16 21:48:21
@ Penn Kaled - Mes excuses. la citation est bien de... Penn Kaled.
Côté Kerbarh pas de remarque mais sans doute est-il du même avis ?
(1) 
Pcosquer
2022-07-17 00:04:01
"Il y a certes aussi un néo-breton que les bretonnants authentiques ont du mal à comprendre, avec son accent français et ses mots chimiques ("emzalc'h, aergelc'h, sevenadur", embregerzeh"...)"
En ce qui me concerne, je ne suis plus d'accord pour soutenir ce genre de constat:
Ul lodenn vat eus ar re gozh o deus kollet stummoù kozh ar brezhoneg ' zo: da skouer an dreist-ambilh pe an anaforenn! Lod tud n'anavezont ket mui frazennoù a-seurt gant : "
ar vartoloded a zo kalet o buhez". Koulskoude ez eo ar stumm-mañ unan a vez kavet alies e brezhoneg pell a-walc'h eus ar galleg justamant... Pezh zo e vez klevet un "hesoniezh" vrav gant ar re gozh. Klevet e vez spered ar yezh ganto, ul lusk a-feson un taol mouez kreñv ha kement zo... Anat eo. Met! Toulloù zo gant ar re gozh memestra a zo da vezañ stanket. Stummoù kozh a vez degaset d'ar vrezhonegerien nevez gant ar peurunvan...Da lavarout eo traoù bet kollet dre an amzer ha levezon ar galleg ivez ( da skouer ar verb kaout a vez graet re gantañ = spered galleg)...Ar peurunvan a zo a-bouez. Ret eo lakaat an dud da zegemer ar peurunvan a-benn pinvidikaat ar yezh komzet...hag ar re yaouank o vrezhonegiñ da zispenn roudoù ar brezhoneg komzet... Stankañ an troc'h etreoadvezhel bet toullet a zo d'ober; Ur fazi bras eo lezel ar re gozh a-gostez evel ma z' eo ur fazi ken bras-all teuler drez ouzh ar re yaouank. Tud zo a zo danterien ar brezhoneg hag o fal dezho eo minellañ ar brezhoneg ar muiañ posupl.
Liveoù disheñvel a zo ' ba ar brezhoneg evel ma' z eus er yezhoù-all. Ar brezhoneg lennegel evel hini en-dro d'an ti... pep hini a zo e flas o klokaat ar brezhoneg.
(2) 
Gweltaz Le Menn
2022-07-17 13:47:16
@Pcosquer A-du awalc'h on ganeoc'h: dav eo kaout ur bzg peurunvan, med gant un tamm aksañ memestra, ha heb re pozhioù chimik! Netra 'm eus a-enep pozhioù evel "kultur, atitud, atmosfer, muzik", e-lec'h "sevenadur, emzal'ch, aergelc'h, sonerezh" kar chimik eo an traoù-se (ur sonerezh 'zo ur seurt amprevan, ba-du mañ). Ma lavarfen e saozneg "I'm a member of an association which defends breton culture, language, music and civilisation", den e laro din hag a zo saozneg ar saout ganin. Med ma lavaran et bzg "Me zo barzh un asosiasion hag a zifenn kultur, langach, muzik ha sivilisasion breton", lod a laro din hag eo an dra-se bzg ar saout... Pozhioù-se 'zo heñvel e langachoù an Europ.
Sur eo eo bet kollet kalz traoù gant ar re gozh, 'blam ne gomzint ket awalc'h ken. Dalc'homp un aksañ breton, un nebeut pozhioù modern matres, dav eo ober ur vrañsiel. Med klevet 'm eus alies ha n'eo ket kap tud Diwan Karaez da gaozeal gant tud Karaez, pezh eo trist.
(1) 
Tangi Simon
2022-07-17 15:01:38
@Gweltaz Le Menn : Sur eo EZ EUS bet kollet kalz traoù, 'blam ne gomzONT ket a-walc'h ken, pezh A ZO trist... Kae da zeskiñ brezhoneg e-lec'h dont da glask laou e penn ar re all.
(0) 
Rhys
2022-07-17 15:29:05
@Gweltaz Le Menn
Idem ! Moi qui comprends parfaitement le patois - pardon, le gallo ! - du pays de mes grands-parents, j'ai eu comme qui dirait quelques difficultés à la première écoute de cet étrange sabir. J'ai donc à nouveau eu cette désagréable et mesquine impression que les défenseurs et les promoteurs du gallo se donnent du mal pour nous faire accroire que le gallo, à l'écrit dorénavant peut-être plus qu'à l'oral d'ailleurs, est une langue, une vraie de vraie, à l'instar des autres langues comme l'anglais, le breton ou... le français ! Ils en deviennent presque touchants à force.
Je suis certain que des linguistes me prouveront scientifiquement qu'il s'agit bien d'une langue, mais enfin, à titre personnel, jamais - je dis bien jamais- il ne m'est venu à l'esprit, lorsque j'entendais mes grands-parents et ceux du pays s'exprimer, qu'ils parlaient une autre langue que le français. Un français déformé en quelque sorte, un français un tantinet bizarre à mes oreilles d'enfant de la ville rendant visite aux aïeux, mais un français de la campagne que les premiers concernés nommaient eux-mêmes « patois ». J'aurais bien fait rire mes grands-parents si je leur avais dit qu'ils parlaient une langue spécifique qu'il faudrait défendre et perpétuer.
Ajout : un bon point pour le « r » roulé. Voilà qui me fait plaisir ;)
(1) 
Fier gallo
2022-07-17 17:33:11
Le pire c'est que les pécores anti-gallo qui la ramènent ici par honte d'eux-mêmes (beaucoup sont des gallos honteux) sont trois, tout au plus. Leur place est à l'asile.
(3) 
Kerbarh
2022-07-17 18:40:49
Quelles sont les différences entre le gallo et le normand ? Elles doivent être minimes. Il y a aussi , à l’intérieur du galo , beaucoup de petites variantes . En écoutant le locuteur parler galo j’avais plus l’impression d’entendre un québécois que ma grand mère.
(2) 
G. Prizer
2022-07-17 23:24:16
@Fier gallo : Lorc'h zo ennout gant yezh estren an alouber roman, ha mezh 'teus gant yezh keltiek da hendadoù... azoniad Stockholm.
(1) 
Brocélbreizh
2022-07-17 23:49:04
Certains commentateurs devraient probablement lire des textes, par exemple sur ABP, sur l'origine du gallo et sa construction moderne plutôt que de sortir des inepties.
Thank a lot.
(1) 
Loeiz
2022-07-18 11:30:27
Hmm, je ne vais pas défendre ni attaquer le gallo, puisque je ne suis pas du pays gallo et n'y ai jamais vécu, je n'en connais donc pas la réalité, cependant j'ai un petit doute:
Ceux qui commentent, qui sont gallos, et soutiennent que le gallo n'est pas une langue mais un français déformé en gros, savent-ils qu'il y a peu la réalité laissait encore clairement apparaître ce qu'on appelle le continuum linguistique, dans ce cas roman. C'est-à -dire que différentes langues ou dialectes (peu importe le terme) se succédaient au fur et à mesure des territoires, laissant apparaître de façon progressive des différences tant syntaxiques que phonétiques, de la Bretagne jusqu'au Portugal par exemple. Ce n'est qu'avec l'avènement des états-nation et donc l'établissement comme "langues nationales" des dialectes des "élites" que se sont dressés des frontières linguistiques. C'est ainsi que des gens qui vivent à quelques kms mais séparés par une frontière sont capables de ne pas se comprendre s'ils n'apprennent pas la langue de l'autre alors qu'à l'origine ils parlaient sûrement des dialectes très proches...
Penser que le gallo est un français déformé est en soi une manipulation mentale, il faut en être conscient. Ensuite qu'il faille ou non le protéger et le faire perdurer, c'est là la décision des gallos.
(3) 
G. Prizer
2022-07-18 17:06:58
@Loeiz : E-pad kantvedoù n'eus bet nemet ur ger evit envel yezh Pariz koulz ha hini Beizh-Uhel : galleg.
Daoust da grouidigezh an nevezc'her chimik "gallaoueg" e chom an traoù evel m'emaint : galleg zo galleg.
Ha perak, Loeiz, e kredit digeriñ ho kenoù evit komz eus aferioù ar Vretoned ? Hon aferioù eo, ne sellont ket ouzhoc'h.
(0) 
Gweltaz Le Menn
2022-07-18 23:08:07
@Tangi Simon: Brezhoneg e gaozean 50 vloaz' zo ha kudenn ebet ganin evit daleprediñ gant tud deus forzh pelec'h. Med n'on ket bet er skol, ha fazioù ran. "Sur eo EZ EUS bet kollet kalz traoù": an dro-lavar-se 'zo leoneg, me gred, "eo bet kollet" 'm eus bet klevet evit ar wech toud, ha "pezh eo" eue. N'eo ket klask laoù konstatiñ hag eo ker fall an néo-brezhoneg: tris eo selaou muzik ar galleg ba'n télé hag er skolioù, kalz gwelloc'h eo gant tud ar radio, RBI pe RKB. Klask kaozeal gant ar vrezhonegerien otentik, keit int bev. Ha petra 'peus da respont pa laran n'eo ket kap tud Diwan komz gant tud Karaez? N'eo ket dre faot ar vugale, evel-just (un nebeut oar mat ar bzg). Gortoz a ran un arguzenn.
(0) 
Hélène
2022-07-18 23:26:26
Le pire c'est que dans les stages pour apprendre le galo fier iels sont trois, tout au plus, quand on les annule pas par honte. Alors que les pécores font encore salles pleines. Comment dit-on "se remettre en question" en galo fier ?
(2) 
Loeiz
2022-07-19 11:06:13
Digor a ran ma genoù evit komz eus ar pezh a blij din ;-) Ha klask a ran ober se gant doujañs. Brezhoneg eo ma yezh, peogwir on eus Breizh Izel, evel ma n'eus ket desket din gant den ebet ha ne mestronian ket anezhi. Kompren a ran mat ar braventez ha perak eo ret difenn ar yezh keltiek e Breizh.
Ar pezh a lavaran amañ eo: Perak n'eo ket posubl e Bro-c'hall kaout disheñvel rannyezhoù e-kichen ar galleg "standard"? E broioù all, n'eus ket kudenn gant se. A wechoù, evit kompren hon aferioù, gwell eo sellout ouzh lec'hoù all ivez. Hag ya, sur eo evit ar brezhonegerien, gallaoueg ha galleg e oa ar memes tra, rak disheñvel-tre int diouzh brezhoneg.
Met evel lavaren a-raok: ar gallaoueg hag e zazont zo an afer eus an dud eus Breizh Uhel. Gwir eo.
(0) 
G. Prizer
2022-07-19 13:46:54
@Loeiz : N'out ket gouest da skrivañ tra hep ober dek fazi e pep frazenn, met "brezhoneg eo da yezh"... Galleg eo da yezh, ya, rak n'eus ket fellet dit deskiñ brezhoneg evel zo dleet. Gwelloc'h ganit kenderc'hel da lipat botoù ar stad c'hall, moarvat.
Ur yezh estren eo ar galleg e Breizh, an holl a oar an dra-se, ha tonket eo da vont da get evit lezel ar plas d'ar brezhoneg. Ma ne blij ket dit e c'hellez mont kuit da Bariz.
(0) 
Loeiz
2022-07-19 15:13:35
Mat eo, trugarez, sklaeraat a rez petra a soñj din. Ur gwir t***-penn out, serret serret... Gouzout a ran e skrivan fall, met ur speredek den a displegfe un nebeud traoù da unan e ra bec'h evit deskiñ. Met kalz ne vern... Ne cheñch ket netra, evel-se eo sur ar brezhoneg e vo yezh Breizh...
(0) 
Anne Merrien
2022-07-19 20:39:44
aergelc'h 1931, emprunté au cornique, avec correspondant gallois
embregerezh 1821, embreger XVIe siècle
emzalc'h 1924, identique au gallois
musik 1499, emprunt au français
sevenadur 1924
sonerezh 1732
(d'après Albert Deshayes)
(4) 
Rhys
2022-07-20 16:00:45
Si j'ai bien tout compris, les « anti-gallos » sont des pécores (en tant qu'animal ? individu stupide ? péquenot ? les trois à la fois ?) qui ont l'outrecuidance de la ramener, disent des inepties, font de la manipulation mentale et méritent de finir leur triste existence de gallos honteux à l'asile !
Fichtre ! J'espère que vous n'allez pas non plus jusqu'à badigeonner de peinture des inscriptions en breton à l'occasion ;)
(2) 
Alter Écho & Ego machin
2022-07-21 08:39:38
Hier soir 20/ 07/ 2022, entre 19 heures 35 et 19heures 40, sur LCI, j’ai vu et entendu le politologue Benjamin Morel faisant remarquer qu’en Bretagne l’on n’a « jamais parlé breton » à l’Est, et pourtant la langue bretonne leur est imposée, notamment à Nantes et concernant des noms de rues… »
Le fait, que des élus nationalistes corses seraient reçus Place Beauvau, a servi à Monsieur Benjamin Morel pour discuter l’information et émettre un avis négatif sur cette décision politique, et exprimer tout son désaccord. Désaccord partagé et prolongé par une élue inamovible d’un parti parisien, et une timide défense des régions par Robert Ménard.
Info ensuite utilisée par B.Morel pour dénoncer dans d’autres régions des velléités « indépendantistes », qui pourraient se développer un peu partout en France en citant surtout la BRETAGNE, faisant planer les schémas négatifs qui pourrait être revendiqués, qui voudraient remettre question la belle unité française !
La coïncidence de cette séquence/intervention sur LCI, avec celle initiée ici par Brezhoweb depuis quelques jours, pourrait laisser penser qu’à Paris, « le coin gallo » peut être enfoncé depuis Paris ! Entre les Bretons encore, jusqu’à présent ?
Si cela était, alors Peuple Breton des Pâtis et du Kornog, reprends vite tes esprits bretons, ou plutôt fais-le retrouver à ceux des tiens qui s’égarent sans précautions, sans avoir pensé aux conséquences…Ou peut-être que si après tout ?
Sant Meven, eus Penn ar Bed betek ar Gwilen, pedit evito ! (Saint Méen, du Finistère à l’Ille et Vilaine, priez pour eux !). Et pour la vieille BRETAGNE !
(0) 
Gweltaz Le Menn
2022-07-21 10:34:07
@Anne Merrien:
Just awalc'h, ma eo bet tennet "aergelc'h" hag "emzalc'h" eus yezhoù keltiel all eo brezhoneg chimik an dra-se: n'eo ket bet graet en un doare naturel gant an dud pad c'hantvejoù... Krouet eo bet ar pochoù-se gant gwalarnerien. Giz 'n eus laret din Fañch Morvannou pa oa marv Roparz Hemon: "Dec'h eo aet d'an Anaon un den a ne ouie ket kaozeal e brezhoneg"! Med ne oa ket tener Morvannou evit ar vrezhonegerien all...
Dont a ra kalz pochoù all deus ar galleg: tok, chupenn ("jupe"), botoù, koef, horolaj, tour... pe deus al latin: "tabula, pe deus ar gregach: "khatedra (e galleg: gadedra"Muzik" teu deus ar galleg, ha araok deus al latin ("musica"), hag araok deus ar gregach "mousikê"). N'eo ket dav kaout mez diwar an dra-se. Ne gavan ket "sonerezh" evit ur seurt "amprevan" (untammig heñvel ouzh ur wespedenn, med ne flemm ket) ba' gaeriadurioù: koulskoude eo brzg brav.
(0) 
Anne Merrien
2022-07-21 17:21:31
Faut-il voir une influence du gallo dans le nom "La Cavale Blanche" dans la banlieue de Brest ? (J'ignore comment on dit jument en gallo.) Bizarrement, le breton "Ar gazeg wenn" n'a pas été traduit par "La Jument Blanche". Il ne faut pas interpréter le toponyme en imaginant des bagnards en cavale qui auraient fait chou blanc. Même si en breton, ober kazeg signifie échouer. D'ailleurs il semblerait que le toponyme en breton soit une mauvaise transcription pour "Ar wazheg wenn" où il est plutôt question de marécages.
Si le gallo n'a rien à voir là-dedans, peut-être l'influence du Cap Caval, autre nom pour Penmarc'h.
Cheval vient du gaulois caballos, lui-même issu du turc ancien keväl.
(0) 
Gweltaz Le Menn
2022-07-24 11:00:10
@Anne Merrien: Just awalc'h, ma eo bet kemeret "emzalc'h" ha "aergelc'h" digant yezhoù keltiek all eo bet graet gant tud Gwalarn, pas gant ar bobl.Pozhioù chimik, giz "sevenadur, kevredigezh" ha me oar me. "Kaset eo bet dec'h d'an Anaon un den a ne ouie ket kaozeal ar brezhoneg!" 'n doa laret din Fañch Morvannou goude marv Roparz Hemon. Med ne oa ket tener Morvannoù evit ar vrezhonegerien all! Dont a ra "muzik" deus ar gregach ("moussikhê"), paseet ba'r latin"musica".
Dont a ra ur bern pozhioù deus ar galleg: tok, botoù, chupenn (jupe), liñsel, ha "gador" deus ar gregach: "khatedra, gadedra, gador", daol" deus al latin: "tabula, taola, taol"... N'eo ket mezus an dra-se. Gwelloc'h eo implijañ pozhioù heñvel ouzh ar galleg gant ur muzik breton eget pozhioù chimik gant ur muzik gall, giz ma vez klevet gant Roudour, Stumdi, Dao hag all...
(0) 
hervé Brétuny
2022-08-11 13:33:50
Gweltaz Le Menn, bretoned a oa evel saozon (goude aloubadenn an normanted) : ur bobl hag a gomze e yez met hep tud skiantet diwar benn ar yez.
ar referens nemetken a oa : galleg, galleg , galleg , al liamm gant tud skiantek diwar benn ar brezhoneg (hag ar saozneg koz) a oa kollet penn da benn .
n'eo ket fall dam sonj, mont en dro etrezeg yezou keltiek all. echuet oa an "huis clos" gant ar galleg .
(0) 
Mathieu le Guellec
2022-08-12 15:59:55
Anne Merien; du temps des gaulois, les turques habitaient en Mongolie. Sinon elever le gallo au rang de langue est un peu bizarre. Et ce qui est derenageant c'est le fait de cacher que la moitié du pays gallo etait autrefois bretonnant.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 1 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.