Dipitus-bras an disoc'h : met perak an diaoul e oa bet bro C'hall plaset ken fall ?

-- Culture --

Chronique de Kerne Multimedia
Porte-parole: Fanny Chauffin

Publié le 15/05/22 10:16 -- mis à jour le 15/05/22 10:16
Merc'hed an Eurovision ba Turin :
Réalisation : Eurovision
(2452253 vues)

E 1996 e oa distroet Dan ar Bras dipitet-bras gant an disoc'h. D'ar mare-se e oa an taolioù esae nukleel e Morveur an Habask. Daoust d'ur sonenn dispar, leurenniet mat, echu ar ra ar strollad an hini a-raok an hini diwezhañ...

(traduction en breton, résumée, ci-dessous)

Alvan hag Ahez, ur strollad dispar douget gant meur a zen e Breizh hag e lec'h all, gant minorelezhioù yezhel Europa a-bezh a zo bet kroueet ur bloaz'zo e Roazhon, ha kinniget an ton savet gant Alvan hag ur sonenn kompozet gant Marine Lavigne. E sal Turin e oa birvilh evito, lakaet o doa an tan e kalon an arvesterien. Met, tamm ha tamm, o selaou disoc'hoù pep hini e oa deuet ar pezh oa gortozet : Ukrainia kentañ, tout an dud a ouie dija. Ouzhpenn d'ur sonenn vat, gant ur meskaj ton hengounel gant ar fleüt ha rap gant ur c'haner efedus ken-ken, anat e oa, hag evit broioù all, votadegoù politikel kenañ, evel Chypria o votiñ... evit bro Gressia da skouer...

Ha neuze, perak kement a gasoni evit ar strollad Breizh/Bro C'hall ? Peogwir ne gane ket e galleg, yezh ofisiel ar vro ? Un abeg a c'hellfe bout, pa soñjer e sonenn Dan ar Bras, hini bro Korsika, an ton Moldavia dispar e moldaveg a zo gant ur renk izel ivez daoust d'ur video ha d'ur sonenn dispar... Europa a zo bro ar stadoù ha n'eo ket hini ar minorelezhioù a rank chom bihan ? War 40 bro, dek hepken ne ganent ket e saozneg...

Un abeg all : dre ma oa bro C'hall e penn an Europa 'pad ur pennad, un doare da ziskouez n'int ket kontant gant an dilennadeg a lak anezhañ e penn ar vro evit pemp bloavezh c'hoazh ? Ha Zemmour ha Le Pen : un doare da ziskouez emañ bro C'hall war un hent fall ? Ha marteze an doare d'ober gant ar repuidi, gant ar jiletennoù melen a oa bet tennet dezho un dorn pe ul lagad ? Piv oar ?

Sur a-walc'h e vo displeget an abeg gant meur a zen er sizhun-mañ. Un dra a chomo atav : al lañs, an nerzh, ar vraventez. Plijus-kenañ e oa an teir merc'h gant broderezh Jaouen, un ton entanus, merc'hed an tan. An diaoulezed a rank chom plom, ha stourm, c'hoazh hag adarre evit ma ne vefe ket lazhet tan ar brezhoneg, entan an dud a gan hag a ziskan evit ar yezhoù bihan, e pep lec'h er bed. Ne chomit ket da dortal, an diaoul ne bado ket gant tud eveldoc'h !

Pour les fâchés qui ne comprennent pas le breton

Mais diable, pourquoi le groupe breton est il si mal placé à l'Eurovision ?

Les jeunes filles de Diwan, devenues pratiquement chanteuses professionnelles en quelques mois, sont tombées de haut, tout en gardant leur aplomb. 17 misérables petits points. Mais elles avaient chanté avec le groupe ukrainien, fait vibrer la salle de Turin, et tant d'autres. Alors, truqués, les votes ? Aversion des autres nations pour un pays qui ne chante pas dans sa langue nationale ? Peur des minorités ? Boycott de la France, de son extrême droite, de sa répression policière, de son omniprésident qui refait un mandat, et qui a pris la présidence de l'Europe un moment ? Comment savoir ? Le vote pour l'Ukraine a été pipé selon la Roumanie. Tout le monde savait avant le score qu'ils seraient vainqueurs. Gigantesque foire où les dés sont truqués ? En tous les cas les filles n'ont pas perdu de leur flamme, les Fulenn, étincelles, sont toujours là et elles n'ont pas fini de faire parler d'elles, filles du feu, on les verra à la Redadeg (dont elles avaient composé le chant quelques années auparavant), dans tous les fest noz et festivals de l'été, sans toutes les surprises que toutes ces relations internationales ne vont pas tarder à faire éclore, ici et là-bas, et en breton, même si cela semble déranger certains...

Voir aussi :

4  0  
mailbox
imprimer
Youtuberez, kazetennerez evit Ya, Ar Men, an Abp, kelennerez, komedianez, kanerez, konterez, filmourez, ha stourmerez war dachenn ar repuidi, gwirioù mabden, ar brezhoneg, an endro e Breizh. E penn aozadur Kan ar bobl bro Kemperle, kenstrivadeg Priz ar Vugale ha Priz ar Yaouankiz, kenstrivadeg haiku Taol Kurun, bet renerez ar festival pad ugent vloaz....
Vos 23 commentaires
Michel bernard
2022-05-15 10:34:30
Dommage qu 'il fallait récompenser le juste combat de l 'Ukraine,la chanson représentant la Bretagne et la France etait jolie et les interprètes brillants
(1) 
Penn Kaled
2022-05-15 11:01:44
Dipitet ouzomp dre bro Iwerzhon neus ket lakaet mouez ebet evit Breizh ,na Breizh veur ive .Mod all pes neus plijet dim eo bro Island ,Finland ,Sueden ,tchèquie ,Armenia ha hini bro saozh ive .Evit Ukraine ouzomp ket ha du ne faota ket ket mesko musik gant ar brezel ,kouzkoude red eo skoazell ar vro se med pas an dachenn deus ur kenstrivadeg musik .
(0) 
iffig
2022-05-15 11:07:36
Ne blij ket din Alvan hag Ahez. Tizhet o deus brezhonegerien bezañ en Eurovision ar bloaz-mañ e Torino (Italia). Kalz a vrud a zo bet graet evit an darvoud-se en tu all da vetou an Emsav. Ar c’hazetennoù Ouest-France ha Télégramme, France 3 Breizh ha kement ‘zo o deus roet mel d’ar ganaouenn-se, «Ar Fulenn». An disoc’h n’eo ket bet dispar avat paz int en emgavet e eil plas diwezhañ ar genstrivadeg. Eveljust ez eo un taol kaer memestra bezañ bet lakaet brezhoneg en un abadenn ken a-bouez hag an Eurovision a vez sellet outi gant war-dro 200 milion a dud. Dija e oa bet graet e 1996 gant Dan ar Bras ha «Diwanit Bugale».
Teñval e oa leurennadur an abadenn met an ton a roe ul lusk lañsus bravig gant an taboulinoù hag ar sonioù-boud, an ton a oa war-un-dro folklorek-raï-elektro leurennet gant forzh bannoù sklerijenn wer en deñvalijenn. Un ton lañsus a-walc’h eta goude holl hogen evidon-me n’hellan ket lavarout e oa brav, pe neuze brav blas an ifern gantañ dija. Rak diaoulek e oa an abadenn-se e gwirionez ha keuziañ a ran e vo kontet hiviziken e-touez ar c’hanaouennoù brezhonek brudetañ ur ganaouenn benelour ha dizereat pa ro meuleudi d’ur plac’h a zañs gant an Diaoul.
« E teñvalijenn ar c’hoadeier e tiwan en noz
ur skeud benel a droidell ouzh skleurenn ur flamboz,
oc’h ober fae deus ar fall loened e tañsan,
me ‘bak an tan en o lagad leun a droukc’hoant
Ha da dreiñ ‘n’añ en ur c’han da gan’ a-unvan :
Dañsal a ra gant an diaoul ha para ? Dañsal a ran gant an diaoul ha para ? »
« Ha para ? » a dalvez « ha petra, ha neuze ? ». Ha neuze ne blij ket din ar sonenn benelour-se, hini ur plac’h diouzh giz an amzer-vremañ a ra kement tra a blij dezhi, o riboulat an nozvezh a-bezh ma plij dezhi, oc’h ober fae a-grenn war ar vuhezegezh vat. Dalc’hmat emaomp gant diskan an dizalc’hiezh, a vez kavet mat hepken evit an emzalc’hioù diroll.
Bet skrivet gant Marine Lavigne, ar c’homzoù a vez lavaret hag adlavaret evel breoù-hud1, evit brasañ levenez ar re na gredont nag e Doue, nag e Paolig kornek sur a-walc’h evelkent, war ul leurenn gwerzhet d’ar vedelidigezh, pell-bras eta da labourat da sikour ar broadoù bihan distad o krakvevañ evel hon hini. Penaos e c’hellfed lavarout «idiots-utiles» e brezhoneg ?
O stadañ n’heller dont a-benn da c’hounid brud er metou-se nemet oc’h ober gant an trash, hon arzourien yaouank o deus komprenet e oa stag o berzh gant mont a-du a-grenn gant an dro-spered-se : pep tra (an ton, an dilhad – brageier evit ar ‘fulennoù’...-, al leurennerezh, ar skeudennoù teñval-diaoulek, ar c’homzoù) a gas d’an traoñ, d’un aergelc’h ifernel ha distrujus... Pelec’h emañ al livioù, ar c’homzoù yaus hag an ton laouen a c’hortozed gant an nevez-amzer deuet en-dro ?
Dija er bloaz tremenet e oa bet kalz a himnoù satanek, gant dilhad Halloween ha kanaouennoù ifernel : Elena Tsagrinou da skouer evit Kiprenez gant «El Diablo», pe Tix ha «Fallen» evit bro-Norge.
Poan gollet eo moarvat diskouez truez evit ar C’hatelled kollet a ya d’an ifern en abeg d’o gwall vuhez paz eo hiviziken eilpennet an talvoudoù a rene n’eus ket keit 'zo c’hoazh e Breizh. Ne chom nemet lavarout e soñj dichipot evel m’em eus graet amañ... ha pediñ evit kanttroidigezh an dud amgredik hag a re hep feiz na reizh.
(6) 
Emilie Le Berre
2022-05-15 12:42:26
Ne heulian ket seurt abadennoù, forzh peseurt n'emañ ket tv ganin.
N'eo ket ur souezhadenn evidon. Ha dreist holl n'arruan ket da intent perak ar vretoned atav o goulenn gant ar c'hallaoued an aotreadenn da vezañ anezho.
An dra a kif* din memestra. An dilhadoù a zo brav kenañ.
* brezhoneg a bannlev :-)
(1) 
Pascal Lafargue
2022-05-15 13:40:21
Marteze awalc'h n'eo ket prest publik an Eurovision da zigemer ur strollad ha ne gan ket en Galleg, pa vez afer deus Bro-Frans. Bro-Frans a vez atav gwelet gant an Europeaniz (ha tud all) evel bro ar ville lumiere, ar mode, ar gastronomi hag all. Laouen int gant sort ragvarniou ha skeudennou brav all, ha digass ur realite dishenvel a zo evel mont a-enep d'ur sort hunvre evito. Bevan a ran e Kembre ha pa laran da'r Saozon (ket ar Gembreis) e teuan deus Breizh, an darn vrashan anezho a respont din "Oh, I love France"...
Daoust d'an disoc'h dipitus-se, ne harza ket e c'heller bezan fier deus an dud yaouank-se !
(1) 
Jiler
2022-05-15 18:16:45
Evit kompren petra zo c'hoarvezet: peseurt plas a vije bet gant ar Spagnoliz ma 'dije kanet ar ganerez en euskareg e-lec'h diskouez he feskennoù ? Breizh n'he deus netra da welet gant seurt farsite. Kendalc'homp gant hor stourm uvel, padus , diaes,
skuizhus, entanus a zegas diaezamant ha joa tro-ha-tro. Gourc'hemennoù gant ar ganerezed kollet en ur bed oa ket ho hini, ha gwell a-se !
(1) 
Rafig e 44
2022-05-16 13:20:32
Ukraine hag Breizh memestra sonadenn : une chanson Tradi-moderne en langue "locale" ou menacée.
A l'année prochaine pour le concours en Russie ... heu en Ukraine (libre et en paix) n'est-ce pas M. Poutine ?
(0) 
Soaig Abgrall
2022-05-16 15:47:23
Diouzhin 'oa re greñv levezon ar Sav-Heol war an ton hag ar son. Tennañ a rae muioc'h abadenn ar Vretoned da draoù hon dije gortozet digant Bro-Gosovo, da skwer. Da'm soñj e oa engortoz an dud eus traoù a gorde muioc'h gant hengoun Breizh pe gant hini ar broioù keltiek.
Evit-fed ar pozioù... n'on ket re vignon da azeulerien "dance with the devil" kennebeut. An dra-se zo un afer all avat : hogos den ne oa e-tailh da gompren ar pozioù, brezhonegerien hag all (ha "para" : lec'hel-tre memestra, e-keñver distagadur). Ha gant "trouz" ar sonerezh tekno ouzhpenn e oa diaesoc'h a-se kompren un dra bennak, anat.
Koulskoude ne oa ket fall tamm ebet a-fet korollerezh, dilhad, goulaouiñ pe me 'oar, ha dreist-pep-tra dellezek eus ur plas kalz uheloc'h war an daolenn. Dipitus eo, evito hag evit Breizh. "Ils n'ont pas trouvé leur public", evel ma vefe lavaret e... galleg.
(4) 
Yann-Lukaz Melchon
2022-05-16 20:32:44
Ur strollad donezonet-kaer ha brezhonek e oa ar ganaouenn, netra da rebech. Breizhat avat ne oa ket, ganti holl orogelloù ar Brave new world kevelaour ha bedelour a zo prometet dimp-holl : « remise en cause du patriarcat », « féminisme », « anticléricalisme », gerioù a c'haller ezteurel ken aes ha tra e brezhoneg, anezho avat meizadoù deuet dimp eus ar SUA liesgouennel dre hanterouriezh ar republik frañmasonat gall hag he yezh, o fal lakaat freuz ha reuz er c'hevredigezhioù hengounel dre rannañ an dud a ya da ober anezho : gwazed a-enep merc'hed, feizidi a-enep nann-feizidi, hag all, hag all. Ha bevezerien ha roulerien hiniennek anezho holl, pell o soñjoù diouzh an hini nemetañ a rankfe ren splann e spered pep Breizhad : an dieubidigezh vroadel. Ar stourm hag ar pal nemeto, re Nevenoe, re Roparz Hemon, re Glenmor. Ha n'eo ket reoù programm kelenn an Deskadurezh Broadel gall desket d'hor bugale.
Iskisat tra, kendaze. Perak eta n'eo ket aet ar maout gant Fulenn peogwir e klote kement gant "frond" ar Reizhiad ? Ha ma vefe abalamour ma kendonie re gantañ just a-walc'h, re-bar d'ar beder « c'hanaouenn » warn-ugent all ? Marteze e vefe bet ret diskouez tammoù kroc'hen ouzhpenn evel al liboudenn a Vro-Spagn evit tizhout ar podiom ? Pe c'hoazh kanañ pozioù a-enep Poutine ? That is the only real question. Abadenn Bro-Ukraina ez eo unan eus an divalavañ tra am eus bet gwelet ha klevet biskoazh em buhez. Revr ar Spanolez avat a oa eus ar c'hentañ troc'h. A-benn ar bloaz a zeu ez alifec'h a-walc'h da Gatell Gollet lemel he dilhad ha kanañ en ukraineg : a sure recipe for success ! Tremen laouen e vo tud o zri foent hag o c'helc'hier.
(3) 
hepmouezh
2022-05-17 10:24:05
N'oubliez pas la dimension toujours politique de supermarché de l'eurovision.
L'Ukraine, pays martyre, gagne, la Russie est exclue et finissent derniers la France et l'Allemagne, à l'heure de la demande ces deux pays de renforcer leur pouvoir sur les autres pays de l'UE. Une coïncidence ? Ne soyez pas naïfs.
(1) 
KLG
2022-05-17 10:57:52
La victoire de l'Ukraine n'explique pas l'avant-dernière place de "Fulenn".
Ce classement reflète d'une part la méfiance de beaucoup de pays européens vis à vis de la France. Par ailleurs, le style de musique de ce groupe se rapprochait plus des Carpathes, Balkans ou du Caucase que du monde celtique. Je ne sais pas si la dimension bretonne ou celtique était perceptible vu de l'extérieur.
(2) 
Mona Bihan
2022-05-17 12:29:39
Demat la France a perdu l Eurovision mais la Bretagne a gagné un groupe de musique formidable ! A nous de les inviter et de les recompenser... Donc à suivre...
(1) 
Alter Écho & Ego machin
2022-05-18 09:39:05
Dans qu’elle mesure utiliser « notre langue Bretonne » pourrait être considérée comme un moyen utilisé « pour ne pas informer » ? Non seulement les articles et les commentaires en breton malgré toute leur pertinence et leurs qualités informatives et militantes, ne sont pas reçus, lus, compris par plus de 95 % des Bretons mais ils peuvent ainsi diffusés, des sentiments, et ressentis divers dont un rejet par une « nouvelle classe Bretonne » qui comme toutes les autres, les snobent (?) ! Ces articles et commentaires doivent avoir la première place ! Mais !... Si l’on veut toucher tous les Bretons, ils doivent alors, dans la foulée, être traduits en Français.
Eh oui ! Personnellement je pense que ne pas le faire est une grave erreur ! Qu’au-delà du plaisir, narcissique (?) que l’on prend, ou peut/pourrait avoir à montrer ses compétences linguistiques, et se placer au haut de la chaînette culturelle bretonne, à se différencier avec peut-être un peu, parfois, un soupçon de mépris envers tous ceux-là que l’on désigne comme ne se bougeant pas plus que cela.
Après tout, avoir vécu des décennies et depuis peu vivre, et à ses niveaux observer, et avoir participer peu ou prou en tant que « militants », l’on s’aperçoit que bien parler et bien écrire la langue de nos mères et de nos pères par seulement quelques uns, n’a fondamentalement rien changer à l’état de notre pays, et ça personne ne peut le réfuter ! Sauf ceux qui viennent de naître, à un moment ou un autre, à la prise de conscience avec le regard encore bien naïf.
Enfin dans la mesure où s’exprimer pour être bien compris d’un maximum de Bretons, et « espérer », il faut que leur vision de la BRETAGNE évolue et leur voit et désirer un autre AVENIR ; et leurdonner envie, lors d’élections notamment, de faire d’autres choix qui sont diamétralement opposés à ceux qu’ils faisaient jusqu’à présent!
Se faire comprendre, qui plus est par les faibles et peu de moyens d’information dont nous disposons, le comble serait de rendre incompréhensible aux Bretons des réflexions plus ou moins intéressantes, et les faire s’en détourner !
Si l’on veut « éveiller », se faire comprendre n’est-ce pas la moindre des choses ? Malgré tous les désirs, les déterminations de l’écrire en Breton, pour beaucoup la traduction et le double boulot que cela impose, restera encore pour un bout de Temps, la langue universelle !
Si l’Eurovision « récompensent » ceux qui s’imposent politiquement en fonction de circonstances, de combats, de déterminations, alors pour la langue bretonne et ceux qui la chantent, doivent venir d’un pays politiquement fort et les circonstances propices!
« Ce n’est pas le chemin qui est difficile, c’est le difficile …qui est le chemin ! »
(1) 
S. Abgrall
2022-05-18 13:44:45
Traoù interesus a skriv Fanny. Pinijet ar Frañs ? Ablamour d'ur souten "klouar" da Ukraina (hervez tud zo ha Zelinsky da gentañ) a gav din. Posubl-tre eo, rak falset e oa ar jeu a soñj din (s.o disklêriadurioù Roumaniz). Evit-fed an tu dehou pellañ ha disoc'hoù Z ha MLP, ne gav ket din. Nag ar repuidi kennebeut : Hongria, Polonia, Ukraina ha kalz broioù all a sav krenn a-enep degemer repuidi (afrikan) ha gournamantoù zo a zo gouennelour zoken. Doareoù ar polis gall ? Traoù dous da dud Polonia pe Hongria a-dra-sur ! @ Penn kalet : n'eus netra da c'hortoz digant Iwerzhoniz : pell zo int gwerzhet da Amerika, d'he yezh ha d'an dollar ha ne ouezont seurt diwar-benn Breizh, tud dizesk m'int ar muiañ anezho. Un tamm evel ar "vretoned" a-benn ar fin.
(3) 
Thomas
2022-05-18 17:36:03
@ Alter Écho & Ego machin
pep hini e groaz
(voir le site) (Un peu de gymnastique linguistique sera nécessaire)
(5) 
Alter Écho & Ego machin
2022-05-18 21:36:33
Thomas anvet mat, teskiñ a rit gant ho pizied gudenn ar Vretoned ! Ar re a sent war ho gein pouez ur groaz bennak, ha dezhi hag a lakaat o taoulin da blegañ,,. ar re se a oa bet barnet dija, ha gondaonet !
Traduction (?):Thomas le bien nommé, vous touchez de vos doigts le problème des Bretons! Ceux qui sentent sur leur dos le poids quelconque d'une croix, et qu'elle leur fait plier les genoux, ceux-là étaient déjà jugés, et condamnés!
(0) 
Kerbarh
2022-05-18 21:41:19
Je ne suis pas bretonnant mais je trouve normal qu’il n’y ait pas de traduction aux articles écrits en breton.
Traduire systématiquement est le début de la fin de la langue bretonne. Il n’y a aucun mépris dans cette façon de faire.
(0) 
Kerbarh
2022-05-18 21:41:24
Je ne suis pas bretonnant mais je trouve normal qu’il n’y ait pas de traduction aux articles écrits en breton.
Traduire systématiquement est le début de la fin de la langue bretonne. Il n’y a aucun mépris dans cette façon de faire.
(4) 
Didier Lebars
2022-05-19 17:20:59
Pas besoin de truquer les resultats.
Expérience du psychologue Asch
(voir le site)
(0) 
Alter Écho & Ego machin
2022-05-20 11:17:27
Kerbarh, si je suis bien la forme de votre logique développée dans votre première phrase, je n'y trouve que le même principe de la politique de l'état français qui a été imposé à beaucoup d’enfants des Bretons, d’apprendre le français sans utiliser leur langue maternelle par les enseignants, ni avoir le droit pour les élèves d’utiliser leur langue!
En simplifiant, vous ne voulez pas utiliser le français, et ainsi ne pas vouloir faire connaître un contenu qui peut avoir une importance, des informations et des réflexions intéressantes, à des personnes pour qui la langue bretonne, n’est pas relativement acquise, encore moins lorsqu’elle n’a pas été abordée.
Ce n'est pas sérieux de votre part de balancer que traduire des articles rédigés en breton, serait le « début » de la fin de la langue bretonne, si vous aviez écrit la fin de la fin j’aurai pu, peut-être, réinterroger le long passé d’agonie !
Vous n’êtes « pas bretonnant », si par là vous dites que ne connaissez rien au breton, que trouvez-vous d’intéressant, ressentez en regardant un texte en breton? Ne voyez pas d’arrière-pensées de ma part, mais la question vaut, pour moi, la peine de vous être posée.
Quant au mépris ? Il a 60 ans, et moins avant encore, il y avait peu à se pousser du col ! En dehors de quelques uns perdus dans le désert médiatique breton et français, le quasi silence régnait ! Le repli était une composante générale du monde bretonnant populaire qui lui-même plus du tout maître de sa pensée, tentait d’étouffer ou moquait et stigmatisait toute velléité, et désir d’apprendre ou d’exprimer du breton.
Á ceux qui, comme moi, n’avais pas passer le premier tiers ou un quart de sa vie posé sur ses fesses dans les écoles bretonnes (?) et universités …parisiennes, il n’a pas été spécialement facile en se glissant dans les interstices d’une vie de marin pêcheur et de marine marchande autour du monde, de tenter de rassembler des bribes de cette culture qui m’appelait, et dont je ne voyais/trouvais aucune organisation bretonne, des années 50/60, jusqu’à que je pense à Marc’harid Gourlaouenn que je connaissais depuis ma plus tendre enfance et qui vivait et apprenait le breton à des Bretons. Elle la « Breiz Atao » ! Dans ma rue, juste à côté.
Voilà qu’aujourd’hui, au fil des ans et décennies des héritiers, générés par je ne sais quel système franco politisé (ou peut-être que si) depuis quarante ans, veulent s’ériger en censeurs et dépositaires par la grâce d’une minorité à peine visible avec ses petits ongles qui a pu un peu desserrer l’étau. Ils veulent « ces héritiers » être la loi et la faire sans être maîtres de leurs destins, dont d’ailleurs certains d’entre eux ou prédécesseurs pour tenter de le devenir se sont laissés embringuer dans des voix sans issues.
Du moins pas encore trouvées et apparemment pas prêtes de l’être ! Dispersés ! Car idéologiquement dépendant donc vulnérables, et inefficaces!
Par ailleurs j’ai aussi constaté que Kerne Multimédia se servait du français selon certains sujets, alors là je suis aussi curieux de comprendre quels sont les raisons de ces choix ponctuels ?
Même l’UDB avait compris au moins l’un des intérêts d’avoir une traduction de son journal de parti Le Peuple Breton, il avait ensuite imprimé mais séparé, Pobl Vreizh.
Je préfère personnellement la traduction immédiate à côté ou dessous, c’est-à-dire Breton d’abord et traduction française ensuite, elle alterne le passage de l’une à l’autre qui implique dans le même instant l’esprit de comparaison, la curiosité quand on en possède, ce qui peut déboucher sur l’envie d’aller plus loin.
Pourtant je continue à pense assez fortement que des personnes, bretonnes mais quelques fois non, peuvent être rendues curieuses du breton et être intéressées par lui, soutenu par l’intérêt porté au sujet . L’incompréhension totale des textes en Breton généralement, produit l’effet inverse !
La traduction pour moi est une invitation (peut l’être) à aller plus loin c'est-à-dire s’intéresser à la langue elle-même! Sinon en quoi ceux qui prétendent nous instruire de choses et d’autres, seulement par la langue bretonne, et négligeant une majorité qui ne la parle ni ne la comprend et n’est pas prête de le faire, oui en quoi seraient-ils intellectuellement, si éloignés des fameux « hussards noirs » ? Également je comprends parfaitement ceux qui veulent utiliser les articles en breton et leurs réponses apportées comme un exercice, cela pouvait, à mon avis, participé tout à fait à la promotion du breton et son affermissement chez les apprenants quel que soit le niveau, ou à peu près.
Et, mais la langue ne sera jamais tout ! Surtout ne doit pas devenir un abcès de d’hyper fixation !
Et en conclusion, de ce seul commentaire, je regrette que comme Bretons convaincus, nous ne connaissions rien de nos parcours de vie respectifs, seulement ce qui est interprétable et ultra limité au travers de commentaires sans chair, dévitalisés ; et cela à fin d’ajuster, relativiser, humaniser des commentaires et articles, et établir, ou reconstituer un sentiment d’appartenance à une vieille « communauté » historique. Ce qui bien entendu ne semble pas aller de soi. Quand encore l’on n’y porte pas plus d’atteinte, que de volonté de « réunification »…
Difficile d’échapper à l’infection mentale insufflée de France ! Hein ?
Il est vrai qu’identités « connues », photo et mini biographies rapides, tout cela sécurisé pourrait établir d’autres types de relations et de formes de commentaires.
Interdit de faire communauté? Et de cracher par terre, et surtout dans la soupe en Bretagne !
(0) 
Fred "Ret"
2022-05-21 12:35:17
La traduction est un leurre.
Car les gens non bretonnants ne liront que la version française. Et également une bonne partie des bretonnants, par paresse intellectuelle et facilité (et moi le premier).
Autant ne plus utiliser que le français.
Monsieur, des outils existent : utilisez-les : la gymnastique à opérer vous sera profitable. "Traduttore, traditore", certes... mais un effort, monsieur.
Contrairement à ce que vous pensez, la langue, si elle n'est peut-être pas "tout", est "énormément". Et elle se mérite. Mais à chacun ses priorités. Je l'ai placée par dessus tout. J'en récolte les fruits tout en ayant fait le deuil de bien autres choses. Je ne le regrette aucunement. Et aucune impression de ma part de faire partie d'une élite : ce sentiment n'est que votre perception personnelle... découlant de votre frustration ? On n'obtient rien sans effort, sans travail, sans sacrifice. C'est le prix à payer. Mais n'enviez pas votre prochain. Pour moi, sans "brezhoneg", pas de Bretagne, pas de Bretons non plus. Juste des "Ouestiens" plus ou moins francisés. Pas de mépris ici, juste l'expression de ma perception personnelle, crue, sans jugement de valeur : mais on est ce que l'on est, il faut faut l'assumer, pas envier son alter ego.
En français, pour vous monsieur.
(1) 
Alter Écho & Ego machin
2022-05-21 16:27:41
Vous êtes très gentil Fred "Ret", Je crois, je crains que vous, pour le coup vous vous leurrez terriblement sur beaucoup de choses me concernant. Après votre exposé, d'une telle clairvoyance, il ne me reste plus qu'une petite chose à vous dire, à vous conseiller. "Ret eo deoc'h kemer ur repoz, grit ur pennadig dizheoliet dindan ur wezenn!
(0) 
Fred Ret
2022-05-22 11:08:16
C'hwi 'oar brezhoneg, neuze... hag ar gwir ganin kent-se : "leziregezh spered". Kleñved marvel ar "Vretoned", hag "emskiantek" na pa vent (c'hwi, da vihanañ !). Ma c'hellan-me mont da ziskuizhañ laouen, c'hwi n'ho po nemeur a ezhomm moarvat !
Kement-se deoc'h atav !
Du-mañ "repoziñ" 'zinifi bout marvet. Bez' on bev ! C'hwi zo marv... E-giz breizhad.
Doue ra bardono d'an anaon !
(2) 
ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 5 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.