Nil Caouissin présente sur France 2 une solution à la crise immobilière sur le littoral breton

-- Société --

Reportage de Philippe Argouarch

Publié le 20/11/21 7:13 -- mis à jour le 20/11/21 14:33
Nil Caouissin sur le plateau de France 2
Réalisation : France 2
(449 vues)

Alors que ce week-end, une douzaine de manifestations sont organisées en Bretagne pour revendiquer l’accès à un logement, en particulier pour ceux qui travaillent dans des zones touristiques du littoral breton, l’élu UDB au Conseil régional, Nil Caouissin, était un des invités jeudi dernier sur la chaîne de télévision France 2 dans l’émission J’ai une idée pour la France .

Il a pu présenter le projet de créer un statut de résident dans certaines communes où les locaux n’arrivent plus à se loger. Concrètement, ce statut consisterait à réserver le droit d’acheter à ceux qui habitent depuis un an au moins en Bretagne.

Malgré l’opposition de Jean-Pierre Raffarin, un politique invité, et celle du maire des Sables d’Olonne, Yannick Moreau, lui-même un Breton né à Nantes qui, lui, propose des primes municipales pour les locations à l’année, 60 % de l’audience invitée pour assister à l’émission a approuvé le projet. A noter que Nil a pu dire une ou deux phrases en breton à la demande du présentateur Julien Bugier.

Voir aussi :
mailbox imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 7 commentaires
Alter Écho & Ego machin
Samedi 20 novembre 2021

Il suffirait, suffisait que la BRETAGNE ait le pouvoir d’étendre « le droit de préemption » aux Bretons!
Prioritairement face aux institutions communales ou préfectorales qui en disposent. Ces institutions ayant éventuellement dans leurs cartons un projet d’utilité publique, pour lequel ils seraient prioritaires, il faudrait alors qu’ils puissent démontrer et justifier son utilité réelle!
Droit de préemption
En premier aux Bretons établis sur le territoire de BRETAGNE depuis des générations.
En seconde priorité aux Bretons nés en BRETAGNE, ayant dû s’expatrier, et désirant s’y réinstaller à un moment de leur vie.
Priorité comme logement principal et non aux résidences secondaires.
Mais pour choisir entre divers choix, pour cela il faut être maître en sa demeure !
Deux phrases en breton sur FR2? Ça c’est une victoire, il suffisait qu’ils demandent gentiment et trois était aussi possible.

Naon-e-dad
Samedi 20 novembre 2021

Qu'a dit Nil Caouissin en breton? Petra en deus Nil Caouissin lâret e brezhoneg?
. "Nil Caouissin eo ma anv .Tregont vloaz on. " (ur vunutenn, teir eilenn / 1 mn, 03 )
. "Mat eo din, ma fell deoc'h ..." (div vunutenn, peder eilenn ha hanter-kant / 2mn54)

Youenn Koadig
Dimanche 21 novembre 2021

Qui sont responsables du développement de la location touristique et en particulier de l'usage du système des plates-formes de location. Les particuliers Bretons et Bretonnes! Au lieu de mettre en vente la maison ou l'appartement dont ils viennent d'hériter ou qu'ils viennent de construire à la seule fin de les louer.

penn kaled
Dimanche 21 novembre 2021

Pour la mise en location d'accord avec vous sur le principe .Seulement quand on constate la multiplication des impayés et des dégradations de maisons du à un incivisme montant ,on peut comprendre la réticence des propriétaires .Cela peut être une des raisons du choix de la location saisonnière .Vu la situation , une législation protégeant les propriétaires à l'encontre des impayés et actes malveillants contribuerait à résoudre les problèmes .

Thomas
Dimanche 21 novembre 2021

@Youenn Koadig
l'échelle n'est pas la même. A titre d'exemple pour vannes, pour airbnb, il y a entre 200-300 logements proposés selon les périodes. L'insee chiffre le nombre de résidences secondaires à 2351 en 2018 pour un ensemble de 34 000 logements.
Mais, pour carnac, toujours entre 200-300 logements sur airbnb. Par contre 6200 résidences secondaires pour....8600 logements. 70%!!!!. C'est là le problème et le risque que celui s'aggrave avec le temps.
Construire plus ne changera pas la problématique ou même réserver aux primos accédant qu'ils aient résidé un an ou plus puisque les prix ne changeront pas plus que ça.
Peut être mettre l'obligation de logements sociaux en rapport à l'ensemble des logements ?

Brocélbreizh
Dimanche 21 novembre 2021

Pouvoir s'exprimer en Breton sur une chaine nationale est une chance qu'il faut savoir saisir.
Merci à Messieurs Caouissin,Mollac, Le Fur et autres...
Concernant le sujet de l’immobilier et les difficultés de logement, d'autres solutions sont possibles à condition d'utiliser la gauche et la droite au service de nos intérêts communs.
Concrètement, les Bretonnes et les Bretons ont la liberté de louer ou de vendre leurs biens à qui bon leur semble. Les règles actuelles sont déjà suffisamment discriminatoires (somme d'argent à détenir pour se voir obtenir un prêt immobilier) pour en rajouter de nouvelles. Comment réussira t'il pour faire partir les propriétaires des maisons secondaires ? Quid la mobilisation des agences immobilières dans ce sens ? Auront-elles le courage et les moyens de passer à côté de commissions pendant plusieurs mois afin de trouver le non-breton qui aura son titre de séjour Breizh supérieur à un an ?
Pourquoi devrait-on ralentir le droit de louer ou de vendre au plus offrant ? Monsieur Caouissin aurait-il peur que certaines petites gens s'enrichissent trop vite et puissent ainsi vivre de leurs biens immobiliers ?

Jiler
Mercredi 24 novembre 2021

Dalc'hit mat Ao Caouissin ! War an hent mat emaoc'h ! Awalc'h a vrezhoneg ho peus distaget dirak an douristed barizian . Lavar muioc'h vije bet marmouzat dirazo !

ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 8 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.