BREXIT : L'Irlande toujours une épine dans le pied du Royaume-Uni

C'est lundi 4 décembre qu'un accord doit être trouvé à Bruxelles pour passer à la phase 2 du BREXIT mais très peu y croient. D'autant plus qu'aussi bien Angela Merkel en Allemagne, et Theresa May, la Première ministre du Royaume-Uni, sont dans des situations politiques précaires. Macron, lui, a d'autres chats à fouetter que de s'occuper des problèmes du Royaume-Uni. Déjà fortement mise à mal par le mouvement indépendantiste en Catalogne, l'Europe se dirige vers une crise majeure au sujet des frontières de l'Irlande.

L'évolution politique en Irlande du Nord.source wikipédia 43 43713_1.jpg L'évolution politique en Irlande du Nord.source wikipédia

La partition de l'Irlande en deux fut une solution bâtarde proposée par l'empire britannique en 1920 pour sauver des miettes de son forfait : l'annexion illégitime d'une nation à un empire bâti par la force et les conquêtes militaires. Le passé des nations finit toujours par revenir les hanter. Ce problème des deux Irlande qu'on avait oublié depuis les accords du 10 août 1998 - les accords dits du Vendredi Saint qui mettaient fin à une guerre civile entre les pro-britanniques et les pro-irlandais (les protestants et les catholiques) en Ulster - vient de resurgir en plein milieu des négociations du BREXIT.

Résumons : l' Europe avait aboli les frontières entre ses États membres pour faciliter d'une manière radicale et efficace le libre échange et donc le développement économique. Le BREXIT impose le rétablissement d'une vraie frontière autour du Royaume-Uni et particulièrement entre l'Irlande du Nord, partie du Royaume-Uni, et la République d'Irlande, au sud de l'île. Pourquoi pas ? Sauf que : Les deux Irlande ont tellement d'échanges commerciaux que remettre une frontière entre les deux est absurde et aurait un coup pour les consommateurs et pour l'économie de l'île. Même les Unionistes sont contre cette frontière tout en restant fermement opposés à une réunification avec la République. Les unionistes veulent le beurre et l'argent du beurre. Ils veulent à la fois rester dans le Royaume-Uni et ne pas avoir de frontières avec la République d'Irlande au sud. 55 % des Irlandais du Nord avaient voté contre le BREXIT.

Les partis réunionistes comme de Sinn Féin de Gerry Adams, eux, se frottent les mains. Ils voient dans le BREXIT une opportunité pour réunifier l'Irlande.

Avec 39 députés, les nationalistes irlandais de l'Ulster (les réunionistes) n'ont jamais été aussi forts. Ils ont autant de députés au parlement de Belfast que les unionistes (les pro-Royaume-Uni). Mary Lou McDonald, la vice-présidente du Sinn Féin, députée de Dublin, demande un statut spécial de l'Irlande entière au sein de la Communauté européenne (voir la vidéo). Elle demande aussi un référendum sur la réunification, en Ulster, dans les cinq prochaines années.

Une sacré crise en perspective capable même de rallumer la guerre civile ! D'autant plus que Theresa May ne détient une majorité au Parlement de Westminster que grâce aux députés unionistes de l'Irlande du Nord. La politique est toujours compliquée mais peut vraiment devenir un casse-tête.

Même si les élections parlementaires de l'Ulster sont récentes, 2016 et 2017, en faire de nouvelles pourrait-il faire bouger les lignes en engageant le processus de réunification ? Si les nationalistes l'emportaient, ce qui est probable au vu de leur progression depuis 50 ans, on aurait une solution car cette nouvelle Irlande, réunifiée, voterait de rester dans l'Union européenne. De nouvelles élections vont avoir lieu en Catalogne où deux camps aussi s'affrontent, ne devraient-elles pas aussi avoir lieu en Ulster si l'Europe veut sortir de l'impasse ? et oui il faudra un référendum un jour ou l'autre pour le réunification et une fois la réunification opérée, une nouvelle adhésion à l'Europe pour le nouvel état.

modifié le 4/12/17

Philippe Argouarch

©agence bretagne presse

.
mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer

Auteur de l'article :

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003

Vos commentaires :

Jean Cévaër
Lundi 4 decembre 2017

Philippe, nous connaissons l'histoire des états-nations qui forment l'Europe, certains sont légitimes et pertinents, d'autres sont illégitimes comme la France et certains ne sont pas pertinents comme l'Irlande divisée. Ce devrait être aux peuples de trancher. JC

spered dieub
Lundi 4 decembre 2017

Une petite provocation destinée à alerter de la pire issue qui n'est pas certaine bien entendu ,mais quand on constate que de jeunes irlandais s'engagent dans l'armée britannique plutôt que dans la défense irlandaise ,il y a de quoi être inquiet . Cependant dans cet éventuel cas de figure l'ensemble des nations insulaires britanniques pourraient évoluer vers un système fédéral qui atténuerait l'hégémonie de l'Angleterre ,donc ce ne serait pas totalement négatif .

L'Irlande sera t-elle encore indépendante en 1921 ? En tout cas son gouvernement n'a pas soutenu la république de Catalogne ,ils y en a qui ont la mémoire courte .....

spered dieub
Jeudi 7 decembre 2017

Un article en plein dans le sujet et il y en a d'autres aussi sur ce site du irish times

(voir le site)

Jack Le Guen
Vendredi 8 decembre 2017

Ce qui est sûr c'est que si le UK construit des postes frontières avec des barrières et des barbelés, l'IRA les fera sauter !

Écrire un commentaire :

Combien font 5 multiplié par 0 ?

Publicités et partenariat