Fabien Lécuyer : On ne peut pas avancer en Bretagne sans le gallo

Fabien Lécuyer
Fabien Lécuyer
Lors de la journée "Bzh en marche" organisée par Breizh Impacte samedi à Vannes, le journaliste et enseignant Fabien Lécuyer fait le point sur la langue gallo.

Si le gallo revient de loin et a "100 ans de retard", Fabien Lécuyer admet que le Conseil régional a fait un très bon travail ces dernières années pour la reconnaissance du gallo comme langue de Bretagne. "Nous luttons contre la connerie interne et externe" a expliqué Fabien Lécuyer à propos des Jacobins mais aussi des militants bretons qui considèrent le gallo uniquement comme un "patois" du français. En Haute Bretagne "le gallo est la langue de vos pères" a rappelé Fabien.

Voir aussi : Yvon Ollivier : Réapproprions-nous la démocratie par Philippe Argouarch
Voir aussi : L'éradication de l'Alsace jusqu'à son nom par Philippe Argouarch
Voir aussi : François Alfonsi : Comment nous avons gagné les élections en Corse par Philippe Argouarch
©agence bretagne presse

.
Cet article a fait l'objet de 1050 lectures.
mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer

Auteur de l'article :

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003

Vos commentaires :

Jean-Luc Laquittant
Dimanche 10 septembre 2017

Tout à fait d'accord avec Fabien ! L'extinction du gallo, par le rejet des locuteurs eux-mêmes ( bon formatage Parisien) me peine et me navre totalement. Le gallo est ma langue maternelle, celle que j'ai entendu sur les genoux de ma mère. C'est d'ailleurs pour cela que je comprends les défenseurs du breton, dommage que certains soient si mal informés. Il n'y a pas qu'une seule langue en France comme l'affirment les jacobins, en Bretagne non plus. J'entends parfois" Le gallo est une langue orale, sans écrit " (Faw pé k'maï j'escript el galo) Nommez moi donc une langue qui n'a pas été orale avant d'être écrite ?

Le modérateur (P.Argouarch)
Dimanche 10 septembre 2017

Luigi Barsagli vous ne pouvez plus commenter les articles de l'ABP. Etre négatif sur tout ce qui est écrit est du trolling. Regardez la définition du terme. Si ça vous parait injuste, allez poster sur un site de la PQR un commentaire pro-réunification. J'ai écrit 100 fois mais je vais le réécrire une centéunième fois. L'ABP de donne pas la parole à tous, ça n'a jamais été le but du projet d'autant plus que les provocateurs auraient détruit tout débat constructif. Le projet de l'ABP est de donner la parole à une communauté distincte en tant que communauté distincte. De lui donner la parole sur des sujets qui concernent son avenir ou son passé, voire son présent, ou de rapporter des débats qui ne trouvent pas forcément écho ailleurs.
D'ailleurs il n' y a aucune raison de donner la parole à tous y compris aux trolls comme vous puisque la liberté d'expression individuelle existe bel et bien en France depuis l'invention de l'Internet. Il y a un blog de créé toutes les minutes. Faites le votre et arrêtez de nous emmerder, car plus il y a de conneries postées sur ce site, plus on perd du temps à les lire. Vous pensez que l'on a que ça à faire, lire votre fiel ?

joel Champalaune
Lundi 11 septembre 2017

bonjour à tous ; je suis natif du pays de Brocéliande , entre Saint Méen le Grand et Mauron ; j'ai eu une enfance avec en permanence cette langue

parlée et très vivante à travers des moments inoubliables , cette langue c-est l'histoire d'une région , d'un village avec ses hommes et ses femmes

leurs joies et leurs peines - je commence à écrire un recueil sur cette période des années 1970 - au moment ou il y a eu l'évolution de l'agriculture

les veillées dans les quartiers reprises par des groupes ou associations nous font revivre cette époque ;

un des moyens pour entretenir cette richesse qu'est le gallo ! à bientôt

Écrire un commentaire :

Combien font 7 multiplié par 2 ?

Publicités et partenariat