Il y a 100 ans, un indépendantiste breton obtenait le statut de réfugié politique en Grande-Bretagne

Louis-Marie Le Roux
Louis-Marie Le Roux
Dans le cadre des commémorations du centenaire de l'insurrection irlandaise de Pâques 2016 et du festival du livre de Carhaix, dont le thème cette année est l'Irlande, des conférences sont données à Carhaix à la pépinière des entreprises adjacente à l'espace Glenmor. L'universitaire Alan Le Cloarec de Rennes 2 a fait part de ses recherches sur Louis-Marie Le Roux (1890-1944), plus connu sous le nom de Louis-Napoléon Le Roux.

Louis-Marie Le Roux est né à Pleudaniel dans le Trégor, dans un milieu très modeste. Rien ne le destinait à une vie engagée pour la Bretagne ni à devenir un des pionniers de l'interceltisme. "Ce bretonnant de naissance, fils d'un meunier de Pleudaniel dans une famille de huit enfants, a été un activiste breton et international. Il agissait le plus souvent en coulisse, sans trop se mettre en avant, mais a côtoyé de près certains des grands événements et certaines grandes figures du monde politique de son temps", a écrit Alain Le Cloarec.

Très tôt, Louis-Marie Le Roux, assure le secrétariat de rédaction de la revue Ar Bobl, l'hebdomadaire bilingue de Taldir Jaffrennoù. Mais à l'âge de 21 ans, en octobre 1911, il est un des fondateurs du Parti Nationaliste breton (le premier PNB) avec Camille Le Mercier d'Erm et son frère, Pierre-André Le Roux. Il devient alors ouvertement indépendantiste (on dit alors séparatiste).

Il a pu être impliqué dans le dynamitage, à Rennes, du monument de Jean Boucher représentant Anne de Bretagne agenouillée devant le roi son époux.

Il participe au bulletin Brug (Bruyère) que fait paraître son ami et mentor Émile Masson. Avec lui il répand alors les thèses socialistes et libertaires dans la paysannerie de Basse-Bretagne. Il écrit dans la revue La Bretagne libertaire en 1921. En 1922, il est le traducteur français des ouvrages de J. Ramsay MacDonald. En 1922, il est devenu le secrétaire particulier du futur Premier ministre britannique Harold MacMillan mais acquiert la nationalité irlandaise. En 1930, il publie un livre qui définit les bases d'une langue interceltique.

En 1932, il écrit et publie L'irlande militante, la vie de Patrick Pearse, la première biographie du grand poète irlandais, qu'il a probablement rencontré lors de ses nombreux voyages en Irlande.

Dans les années 30, il fréquente les breizh atao mais s'en écarte vite pour éviter d'éponger les dettes du journal sans contrepartie politique. Le Roux crée alors une Association nationale bretonne, avec un nouveau journal intitulé Breiz Dishual. Son testament politique : il ne croit pas à la lutte armée en Bretagne. Pour lui il suffit d'obtenir l'enseignement du breton obligatoire dans toute la basse Bretagne et l'enseignement de l'histoire de Bretagne dans toute la Bretagne pour lancer la Bretagne d'une façon irréversible vers son émancipation.

Reparti en Irlande juste avant la seconde guerre mondiale, il est militant dans les rangs du Sinn Féin avec sa femme irlandaise. Il fait quelques voyages discrets en Bretagne, notamment en 1939 lors du débarquement d'armes à Locquirec destinées aux indépendantistes bretons.

Doué d'un sentiment extraordinaire pour prévoir l'arrivée des guerres, des guerres qu'il ne considère pas comme celles de la Bretagne, il se retrouve en Grande-Bretagne une année avant le début de chacune des deux guerres mondiales. A noter que la Grande-Bretagne lui accordera le statut de réfugié politique en 1916, alors que la France avait demandé son extradition. Pour la seconde, comme il était devenu citoyen irlandais, il pouvait ne pas participer au conflit. Ironie du sort, la guerre le rattrapera quand même en 1944 puisque il est tué par un V2 allemand tombé sur l'hôpital où il était soigné pour une grippe.

La plupart de ses archives ont été acquises par le gouvernement irlandais car il connaissait personnellement bon nombre de leaders nationalistes irlandais.

©agence bretagne presse

mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer
Cet article a fait l'objet de 1912 lectures

Auteur de l'article :

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003

Vos commentaires :

gerard carrière
Dimanche 30 octobre 2016

cet article nous montre combien notre histoire est camouflée.Merci de tout cœur pour cet article

spered dieub
Jeudi 3 novembre 2016

Histoire camouflée oui mais pas que ,car cet épisode que je considère comme capital pour le mouvement Breton a été aussi plus ou moins occulté par celui ci ,c'est énigmatique .Pire, la période de 1933 à 1945 , qui a pris des directions sulfureuses ,a largement été mies en avant au point que le militantisme Breton en est encore en porte à faux aujourd'hui .Et bien entendu ,c'est entretenu par les ennemis de la cause bretonne qui instrumentalisent abusivement cette période ,mais tout autant par certains nationalistes qui veulent continuer à régler des comptes ,c'est stupide vu que même beaucoup d'anciens résistants dans les années soixante avaient déjà tourné ces pages tragiques .

Jacques
Jeudi 10 novembre 2016

Sulfureuses?

C'est peut-être là le problème... le mouvement breton pour faire la chasse aux sulfureux à retirer toutes notions nationalistes aux Bretons de la résistance pour les transformer en bon petits Républicains fiers de leur identité française!

On ne me fera jamais croire que des personnes comme Maurice Halna du Fretay (mort en 42 à Dieppe à 22 ans) qui avait inscrit sur son avion "Breizh Dalc'h mat" et "Kentoc'h Mervel" étaient des bons petits français souhaitant l'intégration des Bretons dans la Nation artificielle Française au prix de la disparition de leur identité plusieurs fois millénaires!

Il suffit de voir comment le Groupe Liberté est rarement évoqué, à l'évidence trop politiquement incorrect au vu de la réécriture officielle de l'histoire.

Et ce ne sont là que 2 exemples, il ne doit pas être difficile d'en trouver bien d'autres au vu de la place des Bretons dans l'effort de guerre!

Le mouvement breton est tout aussi coupable de négationnisme que les jacobins!

La raison en est simple: la gauche bretonne s'est servi de la réécriture de l'histoire par la République pour s'imposer vis à vis des citoyens bretons (militants ou pas)!

Aujourd'hui on paye le prix par une indifférence généralisée qui fait que le FN se développe en Bretagne sans beaucoup d'opposition de la part de ceux qui depuis 70 ans pourfendent le fascisme (?) chez les militants bretons!

spered dieub
Vendredi 11 novembre 2016

Les directions sulfureuses prises entre 1933 et 1945 n'étaient pas forcément le fait de la droite ou de l'extrême droite ,mais tout autant de personnes issues de la gauche radicale comme Marcel Guyesses un des seul d'ailleurs qui n'a pas fui, mais a honnêtement assumé ,des tendances néo paganistes pour d'autres Tandis que par exemple Yves Le Moal proche de l'abbé Perrot avait mis en garde dès 1933 contre ces dérives .Un militant gallois a aussi tenté de dissuader jusqu'au dernier moment le mouvement Breton de s'engager dans cette voie ,c'est à mon avis une des causes de la situation de la Bretagne par rapport à la Corse ,l'Ecosse ou la Catalogne qui n'ont pas eu à subir cet héritage ,les adversaires de la cause bretonne l'exagèrent et une partie du mouvement Breton le minimise voir continue à le justifier ,non par pragmatisme ,mais par idéologie .

Setu ar gudenn

Jacques
Lundi 14 novembre 2016

@ Spered dieub

J'avoue que le sujet mérite d'être développé car ce n'est pas à cela que je pensai tout comme j'imagine que ce n'est pas à cela que penseraient 99% des Bretons en entendant le mot "sulfureux" associé à la période des années 30-40.

Et j'avoue ne pas comprendre en quoi ce néo-paganisme poserait un problème quand pour la majorité des Bretons de l'époque la foi chrétienne restait profondément imprégnée des traditions de l'ancienne religion. Ce que malheureusement nous avons oublié, au point qu'un Breton d'aujourd'hui ne sait plus que ses grands-parents fêtaient Halloween (Samain) pour reprendre l'exemple le plus pathétique.

Et cela d'autant que nombres de pays européens cultivent cet aspect paganique comme une composante des racines de leur identité culturelle. Les Bretons sont donc loin d'être des extra-terrestres sur ce sujet.

Par contre, comme je le disais : l'oubli de tous ces nationalistes bretons (ou bretons très fortement engagés vis à vis de la Bretagne) qu'on nous a fait passer pour de bons petits français sous prétexte qu'ils étaient dans la résistance (en Bretagne ou en Grande-Bretagne) afin de consolider une image sale du nationalisme breton est l'une des honteuses du mouvement breton qui en virant à gauche à repris à son compte les accusations fallacieuses des ultra-nationalistes français!

Car à l'évidence, par égoïsme la gauche bretonne a fait bon ménage avec l'ultra-nationalisme français bloquant pour longtemps encore la capacité de Bretons à s'affirmer démocratiquement!

Écrire un commentaire :

Bien cliquer sur le bouton JE SUIS PAS UN ROBOT. Le trolling est interdit ainsi que les attaques personnelles ou tout ce qui est contraire aux lois en vigueur !
Attention : A cause des spammeurs et des publicités non-sollicitées ou de la simple propagande, les liens (URL) ne sont pas autorisés dans les commentaires.

Publicités et partenariat

pub