Les délégués d’EBLUL-France et de l’Association des Régions de France expriment leur satisfaction d’avoir pu exposer ce matin la situation grave de leurs langues aux parlementaires européens de l’Intergroupe Minorités Nationales à Strasbourg

-- Langues de Bretagne --

Communiqué de presse de EBLUL
Porte-parole: Patrick Malrieu

Publié le 18/05/06 18:53 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Les délégués d’EBLUL-France et de l’Association des Régions de France expriment leur satisfaction d’avoir pu exposer ce matin la situation grave de leurs langues aux parlementaires européens de l’Intergroupe Minorités Nationales Traditionnelles, Régions Constitutionnelles et Langues Régionales, avec des représentants des Conseils régionaux d’Alsace et de Bretagne notamment.

Ils soulignent l’intérêt des propositions émises pour des campagnes européennes de promotion de la diversité linguistique et des langues régionales ou minoritaires, d’un fond européen spécifique pour les langues menacées en lien avec les régions concernées, ainsi que de la décision du Parlement de mener des enquêtes en Alsace au mois de juin et en Bretagne à l’automne.

Ils constatent avec incompréhension, comme l’a déclaré le président de l’Intergroupe M. Csaba TABADJI en se référant aux nouvelles adhésions et en particulier à la Roumanie, que la France ne pourrait pas aujourd’hui être admise dans l’Union européenne faute d’avoir ratifié les conventions protégeant la diversité culturelle et linguistique auxquelles ces nouveaux entrants ont été obligés de souscrire.

Ils s’interrogent : la France qui s’apprête à ratifier la Convention de l’UNESCO sur la diversité culturelle dont elle a été à l’initiative, va-t-elle pouvoir longtemps refuser de reconnaître la diversité de son territoire ?

A Strasbourg le 18 mai 2006.

mailbox imprimer

Vos commentaires :

ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 6 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.