Bilinguisme : le combat de Yannig Baron

-- Politique --

Dépêche
Par

Publié le 7/05/06 19:57 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Voilà 20 jours déjà que Yannig Baron a entamé sa grève de la faim. Ce combat, ce n’est pas le premier. Le président de l’association DIHUN se bat depuis de nombreuses années pour l’enseignement du breton dans les écoles, collèges et lycées catholiques. Et ce n’est pas sa première grève de la faim non plus. Mais après 20 jours de jeûne, on le sent fatigué. Dans le local de l’association, à Vannes, ou il passe ses jours et ses nuits, le trajet de sa table de travail au fauteuil ou il se repose est de plus en plus difficile.

Si Yannig Baron a entamé ce combat, c’est parce qu’il estime ne pas avoir été entendu. Il est inquiet pour la rentrée 2006 dans les établissements catholiques de Bretagne, et il le fait déjà savoir depuis pas mal de temps...en vain. Il tire le signal d’alarme depuis déjà quelques mois : d’abord par une lettre aux responsables de l’enseignement catholique, le 24 janvier dernier ; puis par son absence au GPLR ; enfin par un rapport à Jean-Yves Savidan, le 2 mars dernier.

Ce n’est qu’après avoir pris contact avec les 5 évêques de Bretagne, après avoir informé tout le monde de ses intentions, et voyant que rien ne se passait, que Yannig Baron a décidé de commencer sa grève de la faim. Une grève qu’il fait pour dénoncer les difficultés qui se présentent pour l’année à venir : Le président de DIHUN s’inquiète en effet du peu de résultats obtenus sur le terrain, de l’hostilité des responsables de l’enseignement catholique et des chefs d’établissement du secondaire et du primaire face au bilinguisme.

Il plane sur la rentrée 2006 des menaces de fermetures de classes bilingues, des élèves risquent d'être refusés dans certaines filières. Les parents aussi sont face à de grandes difficultés lors du passage de leurs enfants de l’école au collège ou du collège au lycée, avec une absence de suivi entre les niveaux. Tout cela amène Yannig Baron à penser que l’enseignement du breton ne va pas progresser dans les établissements scolaires catholiques de Bretagne.

Il faut savoir que plus de 10.000 élèves, tous niveaux confondus, suivent un enseignement bilingue en Bretagne. Avec une progression de 8 à 10 % en 2005 par rapport à la rentrée précédente, le Breton se porte plutôt bien. Cependant, Yannig Baron constate à ce jour que la progression risque de se situer entre 0 et 1 % à la rentrée prochaine dans l’enseignement catholique, par manque de volonté et d’implication des responsables de l’enseignement catholique.

C’est afin de tenter d’ouvrir les yeux aux responsables, que Yannig Baron agit actuellement. Un début de réponse est attendu pour le 10 mai. Même affaibli, Yannig Baron garde espoir. Il est décidé à combattre et à gagner.

A ce jour, Yannig Baron est soutenu par de nombreuses formations associatives, politiques, et de nombreux élus. Le nombre de communiqués diffusés sur ABP témoigne de ses soutiens.

JPT/ABP

mailbox imprimer

Vos commentaires :

ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 9 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.