-- Economie --

Une lithium valley est-elle possible en Bretagne ?

Un site en constante extension. L'usine des super-condensateurs n'est pas sur cette carte. (  Document du dossier de presse Bolloré du16/01/2015)
Un site en constante extension. L'usine des super-condensateurs n'est pas sur cette carte. ( Document du dossier de presse Bolloré du16/01/2015)

La quatrième usine que vient d'inaugurer Vincent Bolloré à Ergué-Gabéric, près de Quimper sera-t-elle le substrat d'une Lithium valley sur le modèle de la Silicon Valley ? Elle aussi, avait commencé par une seule usine installée au milieu des vergers, dans un lieu peu probable, alors que l'industrie américaine était concentrée sur la côte Est et que la Californie était majoritairement une région agricole comme la Bretagne l'était jusqu'à récemment (toujours un tiers des emplois industriels liés à l'agriculture).

Un laboratoire peut créer une industrie

Le groupe Bolloré a commencé par un laboratoire de recherche sur les batteries au lithium (1996, à Pen Carn), un peu comme Shockley Semiconductor Laboratory, à Mountain View, créé en 1956, et qui a été le premier fabricant de transistors et de semi-conducteurs, lançant ensuite la première usine de fabrication dans ce qui est devenu la Silicon Valley, 30 ans plus tard. Tout commence par un labo pour lancer le cycle bien connu : Recherche --> technologie --> startups --> entreprises -->emplois --> dollarsdollarsdollars --> éducation --> recherche et le cycle recommence. Si le cycle se casse à n'importe quelle étape, la croissance s'arrête et il y a, alors, régression. Il est évident que toutes les transitions doivent être bien huilées et c'est le rôle du gouvernement. Les recettes doivent être réinvesties dans l'éducation et surtout dans le cycle supérieur et la recherche. Ce n'est pas un hasard si les économies qui dominent le monde sont celles qui ont les meilleures universités. Ce qui est certain, c'est qu'à l'origine de la Silicon Valley, il y a l'invention du transistor par John Bardeen, William Shockley et Walter Brattain. On ne peut que prier pour une invention similaire dans la stockage de l'électricité, l'invention des super-condensateurs étant, à n'en pas douter, un début, mais sera-t-elle suffisante pour créer une industrie ?

Mais ou est passée l'Université ?

Si on regarde le développement de la Silicon Valley, le départ a aussi été lent. L'université a joué un rôle de catalyseur important, les relations entre l'université de Stanford et les entreprises qui venaient s'installer autour ont été capitales et c'est la pierre manquante ici. Rien de ce côté-là à Quimper. Où est l'université qui va jouer ce rôle ? Où sont les relations universités-entreprises ? Où sont les relations recherches fondamentales-laboratoires privés ? Si cette relation n'est pas libéralisée, on peut douter d'une évolution vers une lithium valley à l'américaine même si la loi Macron va favoriser le développement des PME, car, pour faire une lithium valley, il faudra aussi un tissu de PME et de sous-traitants agglomérés à Pen Carn.

30 600 tonnes de lithium à Tréguennec en Pays Bigouden

On a découvert un gisement important de lithium à Tréguennec, au fin fond de la baie d'Audierne, à moins de 50 kms de Pen Carn ! Le gisement a été inventorié par un rapport titré « Panorama du marché mondial du lithium » rédigé par le Bureau_de_recherches_géologiques_et_minières (BRGM) et datant de 2011 basé sur le papier de Y. Lulzac Y Les minéralisations à étain, tantale et lithium de Tréguennec (Finistère) (1986) par le BRGM. La teneur en lithium du gisement est assez faible mais sera sans doute exploitable quand les technologies d'extractions le permettront.

©agence bretagne presse

mailbox imprimer
logo

Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford. Voir le site et Voir le site

Vos commentaires :

PIERRE CAMARET
Mardi 20 janvier 2015

La Reaction en Chaine . Certain que des PME peuvent s'établir pour etre les soutraitants de la grande Entreprise qui , s'installe . donc marche captif . Mais cela n'est pas suffisant , cette PME doit chercher d'autres activites , pour absorber les secousses de son marche principal.Plus delicat .

Donc avant de s'installer la PME doit regarder l'environnement , la prospective autour .

Avoir un seul client est dangereux .

Paul Chérel
Mardi 20 janvier 2015

Question université, hélas ! nous retombons, il semble, dans le cycle infernal de l'Education nationalisée. Pour le moment, Nantes me semble prendre un peu de liberté mais je n'ai pas la même impression de Rennes ni de l'UBO. Le lithium peut, je pense, ne pas s'en tenir à sa simple utilisation pour batteries de stockage électrique du fait de sa légéreté par rapport au plomb, mais, en laboratoire, on peut certainement lui découvrir d'autres qualités et d'autres applications. C'est là évidemment que doit résider l'essentiel d'une vraie Université, la recherche. A condition évidemment d'en avoir les moyens et pas seulement du, point de vue financier. Paul Chérel

PIERRE CAMARET
Mardi 20 janvier 2015

Il est certain qu'une Bretagne autonome , pourrait faire appel a des expertises etrangeres , pour evaluer son sous sol , puisque BRGM n'est pas efficient .

Je vois trois grands Miniers dans le Monde :

- Le Canada

- L'Australie .

- L'Afrique du Sud .

Donc 1ere etape :conquete d'un pouvoir... et on revient a la case Depart .

Léon-Paul Creton
Mercredi 21 janvier 2015

Pierre Camaret la question du "minier" pour moi est liée aux clauses du contrat passé, son application équitable et juste, équilibré et bénéfique pour les deux partis. Oui comme vous dites d'abord que les Bretons prennent le pouvoir sur ce qui leur appartient ...de droit!

Avec surtout des retombées économiques positives ...pour la BRETAGNE, donc au profit du peuple breton(???).

Ce qui implique un certain contrôle par la "Nation bretonne" de l'exploitation raisonnée, équilibrée, écologique et rémunératrice de "nos Richesses" naturelles.Et non au travers du sas français se faire dépossédé par l'un(ogre d'état jacobin), et l'autre, un "minier" éventuellement spoliateur et profiteur mondialiste, qui une fois sucer le filon s'en prendra à une autre source, ailleurs! En laissant quel état des lieux derrière lui?

PIERRE CAMARET
Mercredi 21 janvier 2015

Leon Paul CRETON . Mais quand meme il convient de tenir compte du "cout ".

Il faut mieux importer la matiere premiere , que de la produire sur place , si cela revient plus cher .

Ne pas recommettre l'erreur de Mitterand, reouvrant des mines de charbon en France , alors que le charbon ,importe de Pologne, etait bien moins cher .

Le critere economique etait oublie , au profit de l'electoral,en creant de "faux" emplois, finances par le contribuable.

Si un "Ministere Breton de l'Economie/Industrie " s'interesse au "minier", il devra faire faire une etude serieuse par un ( des ) expert .Le BRGM n'aurait plus de statistiques a jour depuis 1990?????

PIERRE CAMARET
Jeudi 22 janvier 2015

Les enjeux economiques : Creer une nouvelle filiere .

Le lithium fait partie des metaux speciaux a fort potentiel de croissance .ERAMET a constitue une equipe de geologues , d'ingenieurs et de chercheurs pour etudier le potential des gisements en Argentine , les procedes de production des sels de lthium , mais aussi la recyclabilite des batteries au lithium.Au printemps 2014 , ERAMINE Sudamerica est devenue proprietaire de titres miniers couvrant pres de 500 Km2 dans cette zone , suite a un accord avec REMSA, Societe publique de la Province de Salta. Cet accord prevoit des travaux d'estimation des ressources minieres et de valorisation du gisement .

Je l'ai deja dit : ERAMET RESEARCH , le centre R&D du Groupe a mis au point un procede innovant visant a produire du lithium a partir de saumures lithiniferes presents sous les salars de AltiPlani andin .Un prototype pilote en laboratoire au Centre de recherche de Trappes,permet d'evaluer et d'optimiser les performances de ce procede brevete d'extraction directe du lithium.Ses caracteristiques techniques reduisent tres sensiblement l'empreinte environnementale de l'activite en comparaison avec les procedes conventionnels actuellement exploites et qui reposent sur l'evaporation solaire .

Le procede a ete mis au point afin de repondre aux enjeux techniques , commerciaux et industriels, environnementaux et financiers du projet et il constitue une rupture technologique dans les methodes et les filieres de production de lithium .Objectif : produire des sels de lithium purs, utilises par les fabricants de cathodes et d'electrolyse.

L'Administration d'ERAMET se trouve a la Tour Montparnasse Paris 56 eme etage . Ses services Techniques a Trappes

PIERRE CAMARET
Jeudi 22 janvier 2015

LITHIUM . En classifiant mes notes .

La production de lithium pour l'annee 2010 etait estimee a 102 000 Tonnes . Avec l'expansion des vehicules electriques , celle ci pourrait s'elever a 320 000 tonnes d'ici 2020. Une start up Californienne SIMBOL MATERIAL , a mis au point un nouveau procede d'extration du lithium a partir des centrales geothermiques.Les Centrales geothermques servent a produire de l'electricite grace a la saumure chaude presente dans le sous sol , qui permet de vaporiser l'eau , pour actionner ensuite des turbines electriques.SIMBOL MATERIAL , envisage de recuperer cette saumure encore chaude pour la reinjecter dans des filtrations de sels afin d'en extraire le carbonate de lithium , ainsi que du manganese et du zinc.

D'apres LUKA ERVEG , fondateur de SIMBOL MATERIALS , ce principe permettrait de concurrencer le lithium low cost chilien , vendu environ 1500 USD par tonne . C'est une enorme opportunite de produire grace aux energies renouvelables et propres des materiaux essentiels et d'une maniere durable.

La Start up a debute sa premiere unite d'extraction de lithium en 2012 sur le site de la Centrale Salton Sea en Californie. Celle ci aura une capacite de production de 16 000 tonnes de carbonate de lithium par an .D'ici 2020 , SIMBOL MATERIAL aurait donc la capacite d'en produire 426 000 tonnes .

Damien Kern
Vendredi 23 janvier 2015

On retombe sur le même problème.

Bolloré peut y mettre sa Financière de l'Odet. Il est très doué pour l'optimisation.

Mais qui sont les scientifiques qui vont venir travailler dans l'enfer fiscal français ?

Bolloré pourra trouver des passe-droits pour quelques personnes. Mais comment attirer une équipe ? Un campus.

Il y a déjà 20 ans, un ami m'a raconté le débauchage de toute une équipe d'ingénieurs à peine constituée (Mitsubichi Mobile) du côté de Vitré.

De facto, la Suisse vient d'augmenter les salaires de 20%.

Une fiscalité style Irelande, UK, Suisse ... et ça marche.

Pour cela, il faudrait que les indépendantistes se forment à la real economy. La Bretagne est en tête des classements scolaires. Quel désastre.

SPERED DIEUB
Vendredi 23 janvier 2015

Je profite de cet article pour vous alerter sur un abandon révoltant de centrale solaire dans le Morbihan ,il est bien symptomatique de la situation coloniale de la Bretagne

(voir le site)

PIERRE CAMARET
Vendredi 23 janvier 2015

SPERED DIEUB . Et bien sauf si des evidences technico economiques, demontrent la mauvaise faisibilite de ce projet en Bretagne ........ il y a eu des "evidences"politiques pour deplacer le projet/l'investissement ... classique ... cela fait partie des "Valeurs de la Republique ".

PIERRE CAMARET
Lundi 16 fevrier 2015

La Page economique de "The Australian" signale aujourdhui que le EMH ( European Metal ) indique une revalorisation du titre "LITHIUM"suite a une decouverte faite en TCHEKY .

Minerai tres riche , avec forte teneur .

Écrire un commentaire :

Combien font 4 multiplié par 2 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées.

Publicités et partenariat