-- Festivals --

33e Festival Européen Du Film Court de Brest

photo 1
Le portrait des cinéastes qui ont participer au 33e Festival du Film Court de Brest
photo 2
Carlos Abascal Peiro réalisateur de Jupiter!
photo 3
Sinisa Galic le réalisateur de Bon voyage
photo 4
Thomas Petit le réalisateur de Le cavalier seul
photo 5
Le jury de 33e Festival Européen du Film Court de Brest: Benjamin Siksou, Julien Hallard, Arnaud le Gouefflec, Catherine Cosme et Alicja Gancarz
photo 6
Carlos Abascal Peiro

Le 33e  Festival Européens du Film Court de Brest qui se déroulait du 6 au 11 novembre 2018 vient de se terminer dimanche dernier.

Comme d'habitude le festival a attiré son fidèle public, les séances ont eu lieu dans les salles du Quartz mais aussi au cinéma « Le Liberté » et des salles de danse.

Au premier étage du Quartz on a pu admirer un magnifique décor inspiré du film qui faisait l'ouverture du festival «Belle à croquer» d'Axel Courtière, déjà diffusé sur France Télévision, qui a aussi gagné des prix dans d'autres festivals bretons.

Les films ont rivalisé dans plusieurs catégories comme: « Compétitions françaises », « Compétitions européens », « Compétitions ovni » ou « Made in breizh »

A notre époque et à cause du changement climatique et de la robotisations, la condition humaine change. Les films présentés n'ont pas oubliés ces sujets.

Le grand vainqueur de la compétition européenne traite du sujet de la relation homme-machine dans le domaine du travail. Ce fut le film hongrois Best game ever de Kristof Deak, qui a gagné les «Prix du publique», «Mention spéciale du jury» et «Prix jury des passeurs de courts».

Les statistiques démontrent que dans un futur très proche, plusieurs métiers vont disparaitre pour être remplacés par des robots. Les postes majoritairement attribués aux femmes sont particulièrement visés.

Ce film nous prouve, avec une dose d'intelligence et d'humour, que le travail de l'homme est nécessaire malgré tout dans beaucoup de circonstances.

Dans le film belge «Vihta» de François Bierry on parle aussi du monde de travail et jusqu'où vont nos limites de convictions pour garder son poste. Nos héros sont dans un voyage d'entreprise un peu particulier. Une histoire drôle qui laisse un goût amer sur la vérité du fonctionnement des entreprises.

Le Grand Prix du Film Court de la Ville de Brest a été décerné au film français La chanson de Tiphaine Raffier. C'est le premier film de cette réalisatrice et actrice, elle était très émue et a déclaré que «c'est la première fois que je gagne quelque chose dans ma vie».

Le film était superbement bien fait pour une débutante. De plus, son sujet est encore et toujours actuel: on peut réaliser ses rêves sans perdre ses amies même si elle rêvent de la même chose.

Dans la compétition «Ovni» le film qui a gagné a été la production espagnole 72% de Lluis Quilez. Notre corps est composé à 72% d'eau et il est nécessaire lui apporter cet équilibre pour survivre, surtout dans les conditions extrêmes où se sont retrouvés les héros du film.

Le réalisateur a voulu montrer par des cas sortant de notre ordinaire que, dans le futur, on peut avoir de mauvaises surprises si on ne respecte ni économise pas l'eau.

Le sujet d'écologie a aussi été abordé dans «Hybrids» de F. Brauch. Ce film d'animation post-apocalyptique a eu d'autres succès pendant des festivals de courts métrages comme « Court métrange » à Rennes où il fut récompensé.

Ici le sujet de la destructions des océans est abordé.

Toujours dans cette compétition « Ovni » le très intéressant film roumain «Coastland» de Miruna Dunu a été remarqué. La réalisatrice a utilisé la technique des cartes postales pour raconter ses histoires.

On a également pu voir, en « compétition européenne », le film polonais «Bogdan i Roza» de Milena Dutkowska qui fut très touchant: pour oublier la monotonie de la vieillesse, le vieux couple se « taquine » sans arrêt.

Les autres films du Palmarès de ce festival sont:

Premier coup de Peter Kerek - «Prix du Conseil Régional de Bretagne»

Schoolyard Blues  de Maria Eriksson - «Prix du Conseil Départemental du Finistère»

Fifo de Sacha Ferbus et Jeremy Puffet - «Prix spécial du jury»

Le cavalier seul de Thomas Petit - «Film manifest»

La bête de Philippo Meneghetti - déjà présenté sur le festival Court métrange de Rennes «Prix de meilleure composition musicale»

Bon voyage de Sinisa Galic - «Prix du Jury Jeune» : Une nouvelle génération grandi dans les pays d'ancienne Yougoslavie mais les relations entre voisins sont toujours tendues. Le réalisateur a placé un prêtre et et un imam dans un bus qui traverse la région pour qu'ils retrouvent la communication et la paix.

Venerman de de Swann Arlaud et Tatiana Vialle « Prix du publique la compétitons françaises»

Jupiter de Carlos Abascal Peiro- «Prix France 2»

Le festival a également rediffusé des courts fait en Bretagne qui ont connus du succès comme le film « Les bigorneaux» d'Alice Vial qui a eu le César 2018 et qui a gagné onze prix internationaux.

Dans le cadre du festival, il y avait aussi des séances diffusés sur France Télévision.

Nous avons pu beaucoup rire avec «Davide» de Shaun Severi, «On ne badine pas avec l'amour» de Armande Lameloise, «Rebhot» de Donato Sansone, «Nuit debout» de Jean-Charles Paugam et «Un entretien» de Julien Patry.

Lors de la dernière séance du samedi, on a pu encore recevoir notre dose d'humour, un peu satirique, dans des films comme «Dispersion» de Basile Vuillemin. A notre époque on peut acquérir beaucoup de biens «discount». Il est fort possible que bientôt, il sera organisé des enterrements « discount » complètement robotisés.

La «Cleptomamie» de Pola Beck est une petite comédie noire sur le maternité, mais au final, on pardonne tout à cette charmante jeune maman et de plus... on a droit à un sourire inoubliable de bébé.

Un festival plein des bonnes petits bijoux cinématographiques.

mailbox imprimer
Journaliste-photographe ABP pour Rennes

Vos commentaires :

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 2 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.