L'Armée de Bretagne et le camp de concentration de Conlie

-- Histoire de Bretagne --

Chronique de AMBASAD VREIZH
Porte-parole: Yann Varc'h Naoufel FURON

Publié le 22/10/16 19:59 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Le 22 octobre 1870 fut créée la première armée de Bretagne !

Ah bon ! Et pourquoi faire ?

Pour ceux qui découvrent cette histoire, autant vous dire qu'il ne faut pas se méprendre sur le nom donné à cette armée, elle n'a de "Bretagne" que l'origine des volontaires qui la composèrent, en fait elle fut constituée pour sauver la France. La patrie des Droits de l'Homme en fit bon usage...

1870 : la France est en guerre contre la Prusse

Cette guerre est très peu connue car lui ont succédé deux conflits mondiaux d’importance : 1914-1918 et 1939-1945.

Pour la plupart, la guerre de 1870 se réduit au siège de Paris et de la commune par la Prusse. Témoignent de ce conflit ancien les nombreux forts encore présents autour de Paris… Mais pour les Bretons, le sentiment est tout autre ; ce qu’ils retiennent de cette guerre, c’est : Conlie !

Cette page d'histoire guère contée sur les bancs des écoles de la République française mérite d'être rappelée aussi souvent que faire se peut dans la mesure où elle s'inscrit dans le contexte anti-breton de l'époque - où nombreuses furent les déclarations racistes émanant de certains intellectuels et de politiques - mais qui reste toujours d'actualité même si plus insidieux : l'État français continue l'homogénéisation de son territoire, poursuit son négationnisme vis-à-vis de la Bretagne, intervenant à loisir à tous les échelons, au mépris du souvenir et de la vérité, au mépris de la démocratie et des lois internationales.

L'Histoire de cette Armée de Bretagne et l'affaire du camp de Conlie sont pour les Bretons l'exemple criant des sacrifices consentis par les Bretons pour défendre l'idéal promis par la République française, mais dans les esprits de leurs dirigeants, le passé récent de l'anti-Républicanisme des Chouans et des Vendéens allait resurgir moins d'un siècle plus tard... L'ethnocide breton se poursuit avec Conlie, un holocauste que certains aimeraient taire...

Le conflit franco-prussien

La guerre de 1870 fut courte, l’armée impériale de Napoléon III essuie des défaites, notamment les désastres de Sedan puis de Metz. La quasi-totalité de l’armée régulière a disparu, Napoléon III abdique, fin du Second Empire… S’en suit la proclamation de la République, le 4 septembre 1870.

Mais Paris reste encerclé par les troupes prussiennes. Un gouvernement provisoire est formé, un homme devient ministre de la Guerre : Léon Gambetta. Dans ce gouvernement, plusieurs Bretons (tiens donc ! Ce qui n'est pas forcément bon signe pour la Bretagne) :

- Le général Trochu, gouverneur de Paris ;

- Le général Le Flô, qui reçoit le portefeuille de la Guerre ;

- Jules Simon, Glais, Bizoin, le comte de Kératry, chargé de la préfecture de police...

Les Mobiles bretons, commandés par Le Bouëdec, dégagent le gouvernement provisoire, assiégé dans l'Hôtel de Ville de Paris.

22 octobre 1870 : création de l’armée de Bretagne autonome

Léon Gambetta choisit le comte de Kératry, chargé de la préfecture de police, pour l’aider à poursuivre une « guerre à outrance » avec le rôle des Mobiles et des mouvements de foule parisiens et des batailles pour essayer de rompre l'encerclement de la capitale (20 sept. 1870 - février 1871).

Émile de Kératry, issu d'une vieille famille bretonne et député du Finistère, propose et obtient de Gambetta (enfui à Tours et représentant le Gouvernement de la Défense Nationale) un décret l'autorisant à former, sous son autorité et sa responsabilité, une Armée de Bretagne autonome (60 à 80.000 hommes), destinée à se rendre au secours de Paris. Cette armée s'installe à Conlie, près du Mans, sur la butte de La Jaunelière.

Il est prévu d'armer l'Armée de Bretagne avec les surplus de la guerre de Sécession américaine (1861-1865)…

3 novembre 1870 : arrivée des premiers contingents. Le 10, plus de 25.000 Bretons sont rassemblés au camp.

Avec un génie de l'organisation extraordinaire, Keratry parvint en quelques semaines à transformer un mamelon situé à Conlie, en arrière du Mans, en un camp retranché imprenable de 500 hectares et à y faire parvenir 80.000 volontaires enthousiastes recrutés dans toute la Bretagne.

Les conscrits Bretons arboraient sur leurs képis l'hermine bretonne et leur drapeau, offert par le Comité républicain de Nantes, était la bannière ducale.

En décidant la création de cette armée autonome, Gambetta était sûrement de bonne foi : le jour où, bien entraînés, ces 80.000 hommes pleins d'ardeur auraient été jetés dans la bataille, ils auraient pu renverser le rapport de force sur le front de la Loire... Mais devant le succès-même de Keratry, l'efficacité de son action, l'enthousiasme soulevé par ses appels aux Bretons, il prit peur. Dans son esprit étroit de jacobin, un Breton était par définition un chouan et 80.000 chouans sous la conduite d'un général chouan (fût-il député de gauche) étaient un péril pour la République. Alors il conçut un projet abominable : profiter de ce que ces 80.000 hommes qui représentaient les forces vives de la Bretagne étaient concentrées dans un camp pour s'en débarrasser. Il suffisait de les laisser dépérir sans soins en arrière des lignes, d'en faire la proie des épidémies, de les exposer sans armes à la mitraille prussienne.

L'arsenal de Brest lui ayant rendu compte qu'il disposait de 3.200 chassepots mais n'avait plus de fusil à percussion, il lui donna avec un humour particulièrement noir l'autorisation de livrer des armes à Keratry, mais uniquement des fusils à percussion ! Ils finissent par recevoir des armes hors d'usage, des cartouches mal calibrées ; les exercices sont faits avec des bâtons, et tout à l'avenant ! Toutes les réclamations sont sans effet. À Tours, l'on craignait que l'Armée de Bretagne ainsi constituée puisse être une "Armée de Chouans".

Gambetta, par dépêche, s'adressant à Kératry :

"Je vous conjure d'oublier que vous êtes breton pour ne vous souvenir que de votre qualité de français !"

Gambetta donna l'ordre de se porter avec 12.000 hommes à la rencontre des Prussiens à Saint-Calais. Il télégraphiait simultanément au directeur de l'arsenal de Rennes pour lui interdire de remettre une seule cartouche à l'armée de Bretagne. C'était envoyer les 12.000 Bretons à la mort... mais l'opération échoua car l'ennemi n'était plus là : il était parti en direction d'Orléans et de la Loire.

Dans le Journal du Calvados, J.-P. Duval écrit :

"Par peur d'une résurrection de la Chouannerie, Gambetta refuse armes et ravitaillement à l'Armée de Bretagne... qui pourrit dans l'immonde camp de Conlie, dans la Sarthe ".

Les baraquements ne sont pas construits à l’arrivée des mobilisés et des tentes sont établies en urgence. Comme le terrain avait été nivelé peu de temps avant l'installation du camp, le piétinement de milliers d’hommes en fait rapidement un bourbier où il est très difficile de se déplacer. Les mauvaises conditions climatiques n'arrangent rien, des pluies torrentielles inondent le camp que les soldats surnomment « Kerfank », la ville de boue en breton. Avec les premières neiges, les maladies se développent : fièvre typhoïde, variole, etc.

La description qu'en fait Gaston Tissandier, de passage le 15 décembre 1870, est éloquente :

« Est-ce bien un camp ? C'est plutôt un vaste marécage, une plaine liquéfiée, un lac de boue. Tout ce qu'on a pu dire sur ce camp trop célèbre est au-dessous de la vérité. On y enfonce jusqu'aux genoux dans une pâte molle et humide. Les malheureux Mobiles se sont pourvus de sabots et pataugent dans la boue où ils pourraient certainement faire des parties de canots. Ils sont là quarante mille nous dit-on et, tous les jours, on enlève 500 ou 600 malades. Quand il pleut trop fort, on retrouve dans les bas-fonds des baraquements submergés. Il y a eu ces jours derniers quelques soldats engloutis, noyés dans leur lit pendant un orage ».

Le manque d'instructeurs (prisonniers en Allemagne), de matériel, de ravitaillement, provoquent le découragement au sein d'une troupe pourtant largement constituée de volontaires mais livrée à l'oisiveté et à l'ennui.

Dans la débâcle de la guerre franco-prussienne, le ravitaillement en armes et en matériel connaît de sérieuses difficultés : pénurie de tentes, de couvertures, de chaussures, etc.

Keratry, choqué, informe Gambetta à plusieurs reprises. Ce dernier se refuse à l'évacuation, et affirme même ne pas se trouver choqué par ce qu'il constate.

Mal vêtus, contraints de monter leurs tentes dans un terrain récemment labouré, devenu bientôt fangeux, sans aucun approvisionnement, tant alimentaire que d'ordre militaire, ils furent bientôt la proie de maladies (fièvre typhoïde, variole...). Gambetta les considérant comme des Chouans potentiels, n'équipa qu'une infime fraction des troupes avec à peine plus de 4.000 vieux fusils à percussion de types divers, parfois rouillés, dont les plus modernes étaient des Springfield de la guerre de Sécession. De plus, ils furent dotés de munitions hétéroclites qui parfois ne correspondaient pas à leurs armes, ou dont la poudre avait été "délavée" par l'humidité et se révélaient incapables de faire feu. Dans le pire des cas, certaines de ces armes explosaient au moment du tir, s'avérant plus dangereuses pour leur servant que pour l'ennemi. Indigné par le sous-équipement de ses troupes et les conditions sanitaires déplorables qui leur étaient imposées, et n'obtenant pas de réponse satisfaisante du Gouvernement de Défense Nationale, Keratry demanda à être relevé de son commandement.

Observation d'un journaliste du Times :

"... L'aspect des troupes que j'ai rencontrées aujourd'hui était déplorable. Leurs armes rouillées paraissaient hors d'état de service. Plusieurs marchaient sans chaussures, un grand nombre paraissait exténué et leur cavalerie était dans un état pire que l'infanterie s'il est possible. Bien souvent, c'est le cavalier qui aide le cheval à avancer..."

23 novembre 1870 : combat de La Fourche en la commune de Coulonges-les-Sablons. Gambetta décide l’envoi de 12.000 des hommes du camp de Conlie, armés de seulement 4.000 carabines en mauvais état et de munitions d'un calibre inadéquat contre le premier corps bavarois du duc de Mecklenburg. Le général de Kératry envoie les mieux équipés et les moins fatigués de ses hommes, formant la division de marche de Bretagne (4e division du 21e corps), commandée par le général Gougeard.

24 novembre 1870 : arrivée de 4.000 carabines Spencer mais les munitions sont inadéquates.

Démission de Kératry

26 novembre 1870 : La 4e division arrive à Yvré-l'Évêque, lance une reconnaissance jusqu’à Bouloire. Le combat n’a pas lieu, les Prussiens s’étant esquivés.

Gambetta décida de mettre fin à l'indépendance de l'armée de Bretagne et de placer Kératry sous les ordres du général Jaurès. Kératry démissionna aussitôt ; Gambetta le fit remplacer par le capitaine de vaisseau Marivault.

Ce dernier ordonne immédiatement une première évacuation, contre les ordres de Gambetta (qui ne signera la première autorisation que quelques jours plus tard).

7 décembre 1870 : le général de Marivault est nommé commandant du camp. Il y arrivera le 10. Il est tout de suite atterré par ce qu'il voit. Il écrira le 22 décembre à Gambetta :

" J'ai trouvé 46.000 hommes désarmés, mal vêtus, non chaussés, sans campement (les baraquements promis n'ont jamais été montés et la troupe pour plus de 90 % couche sous des tentes, ils ont comme matelas de la vieille paille) et sans solde, paralysés dans un marais où toute leur énergie consiste à se tenir debout et à se tenir secs... !"

Il décide alors, malgré l'administration et Gambetta, d'évacuer les soldats bretons du camp vers les départements bretons. On lui imposera tout de même de garder les mobilisés d'Ille-et-Vilaine, lesquels seront portés à la pointe de la défense française, alors qu'ils ne devaient former qu'une armée de réserve. Ils seront sacrifiés à La Tuilerie.

20 décembre 1870 : dès le lendemain, les 15.000 soldats les plus faibles se replient sur Rennes. Les plus malades sont renvoyés dans leurs familles. Le scandale prend plus d'ampleur devant l’état des hommes qui rentrent chez eux.

24 décembre : Marivault reçut, par télégraphe, l'ordre exprès d'arrêter l'évacuation du camp, sous peine de conseil de guerre, par le ministère de la Guerre : il n'en eut cure ! Chaque jour les hommes des 12 bataillons des Côtes-du-Nord quittèrent Conlie pour Laval, Vitré, Fougères.

Le 24 décembre à minuit, les Morbihannais assistèrent, dans la grande prairie qui avoisine l'étang en forêt de Sille-le-Guillaume, à la messe de Noël...

Gambetta trouva encore de bonnes raisons administratives pour suspendre les fournitures de vivres, tout en prescrivant : "Il ne faut quitter le camp sous aucun prétexte ".

Les mobilisés d'Ille-et-Vilaine s'en vont au "casse-pipe" avec la 2e armée de la Loire, avec un armement totalement dérisoire face à des forces prussiennes en nombre très supérieur. Et voilà, ce qui devait arriver arriva. Chanzy vaincu au Mans déclare : "La bataille a été perdue par la faute des Bretons".

voir aussi "La Vérité syr la bataille du Mans":

(voir le site)

Les quelques généraux comme Gougeard, Chanzy par la suite et Marivault, ne furent pas dupes de l'imbécillité des ordres donnés par le gouvernement, et reconnurent la vaillance des mobilisés bretons et le calvaire qui fut le leur pendant à peine... 2 mois !

De plus, après la démission de Kératry, une décision ministérielle, en date du 1er décembre, priva l'armée de Bretagne de tout crédit. Les caisses étaient vides, les subsides coupées, la solde plus payée, les fournisseurs plus réglés, l'armée de Bretagne vivait sur ses propres réserves. L'armée de Bretagne "agonisait" ! Qu'importe, ces Bretons n'étaient-ils pas faits pour de la chair à canon... ?

Malgré tout et contre toute évidence des soldats arrivèrent jusqu'au 10 janvier 1871... !

11 et 12 janvier 1871 : La déroute du Mans

La veille de la bataille, Gambetta, les considérant comme des Chouans potentiels, fournit aux 19.000 hommes restant des fusils Springfield rouillés et des cartouches avariées. Dans certains cas, certaines de ces armes explosaient au moment du tir (voir l'article d'ABP).

Le général Chanzy rejette la responsabilité de la défaite aux hommes de Conlie. En effet, c’est sur leur position de La Tuilerie que les Prussiens font porter leur effort décisif, qui décide de la victoire. Les soldats français, épuisés par deux mois de privations, mal armés, presque pas préparés, sont taillés en pièces dans la nuit du 11 au 12 par la 20e division prussienne du général von Krautz-Koschlau.

Par la suite, le général de Lalande déclare devant une commission d'enquête parlementaire :

« Je crois que nous avons été sacrifiés. Pourquoi ? Je n'en sais rien. Mais j'affirme qu'on n'aurait pas dû nous envoyer là, parce que l'on devait savoir que nous n'étions pas armés pour faire face à des troupes régulières ».

Henri Monnié, mobilisé de Nantes, rapporteur du service sanitaire :

" ...pendant toute la durée du camp, du 6 nov. 1870 au 7 janvier 1871, sur près de 60.000 hommes qui y passèrent, il entra en tout aux ambulances, 1.942 malades, dont 143 morts, 1.433 évacués, 208 réformés et 70 congédiés ".

13 janvier 1871 : le camp fut définitivement abandonné. Le soldat Suzor arrivé le 18 novembre 1870 le quitta dans l'après-midi ! Les troupes qui quittèrent le camp s'arrêteront à Assé-le-Béranger, puis poursuivirent leur route sur la Bretagne.

14 janvier 1871 : Le camp de Conlie est atteint par les Prussiens. Un détachement commandé par le colonel de Lehman du 10e corps d'armée de la 2e armée allemande trouva le camp évacué, ils capturèrent 8.000 fusils, 5 millions de cartouches, un canon et des affûts. Ils feront sauter les fortifications et quittent la commune, le 6 mars.

26 janvier 1871 : signature de l'Armistice.

6 février 1871 : rapport officiel du ministère de l'Intérieur.

7 mars 1871 : dissolution de l'Armée de Bretagne, puis le retour au pays des troupes bretonnes

La décapitation de sa jeunesse, le sacrifice criminel de tant de ses fils, provoqua en Bretagne stupeur et colère. En tant que député d'Ille-et-Vilaine, l'historien La Borderie (1827-1901) rédigea un rapport accablant pour Gambetta, sur Le Camp de Conlie et l'Armée de Bretagne.

Ce rapport fut publié sous forme d'un condensé de 124 pages dans les publications parlementaires du Paris-Journal en 1874 (rédigées en 1872) sous le titre Rapport fait au nom de la Commission d'enquête sur les Actes du Gouvernement de la Défense nationale :

"... Aux brumes et aux premières pluies d'hiver avaient succédé les glaces, les neiges, le verglas, et ensuite d'affreux dégels, dont les eaux ruisselantes, inépuisables, ne pouvant être absorbées par un sous-sol argileux, détrempaient si complètement la couche supérieure du sol, que cet humus semi-liquide remué déjà par un labour récent, délayé par les pieds de 50.000 hommes, finit par former un vrai cloaque. On n'y pouvait faire un pas sans enfoncer à mi-jambe. Non seulement l'exercice y était impossible, mais les corvées indispensables pour les vivres, l'eau, le bois, la paille, y devenaient d'une difficulté extrême. L'humidité pénétrait sous toutes les tentes, dont plusieurs furent envahies, en diverses circonstances, par de véritables inondations..."

Mais tout s'oublie puisqu'il s'est trouvé depuis, des municipalités bretonnes assez ignorantes en histoire pour donner à leurs rues ou places le nom de Gambetta.

Près de 60.000 Bretons des cinq départements furent ainsi rassemblés dans le camp de Conlie. De novembre 1870 à janvier 1871 il y eut 131 morts, mais ce chiffre fait encore débat. Deux mille des 60.000 soldats qui y sont passés ont dû être envoyés à l’infirmerie.

1873 : "Croix des Bretons" édifiée dans le cimetière de Conlie. Y sont inscrits tous les noms des morts de la Première Armée de Bretagne, ainsi que le carré.

1913, 11 mai : Un monument est inauguré sur la colline de La Jaunelière.

1971, 14 février : plaque commémorative apposée lors du centenaire.

Sur cette plaque est gravé :

" 1871 D'Ar Vretoned trubardet e Kerfank Conlie. Dalc'homp soñj 1971 "

(" Aux Bretons trahis au village de boue de Conlie. Souvenons-nous ").

La France veut l'oublier, nous non !

Sources:

- Paul Tailliez, L'histoire du camp de Conlie, Le Mans, éd. Monnoyer, 1913.

- Philippe Le Moing-Kerrand, Le camp de Conlie, 2000, édité chez l'auteur.

- Bernarg Giovanagelli : bged [at] wanadoo.fr

- Henri Ortholan, L'armée de la Loire.

Voir aussi :
tags : guerre 1870-71,Armée de Bretagne, Conlie
Cet article a fait l'objet de 7621 lectures.
mailbox imprimer
Yann Varc'h Naoufel Furon, Président d'Ambasad Vreizh, Organisation Non-Gouvernementale. Mission: défendre les intérêts de la Bretagne et ceux de ses enfants. Breizh est Nation et demande à ce que tous les Bretons se fédèrent pour qu'elle puisse redresser la tête en encourageant le "Made in Breizh"! Ambasad Vreizh s'appuie sur son réseau international via ses ambassadeurs qu'elle nomme de par le Monde.
Vos 4 commentaires
Jacques
Lundi 24 octobre 2016

Bon article, il manque les conclusions de l'enquête où le caractère volontaire a été évoqué et non réfuté, bien qu'aucune sanction n'a été prise à l'encontre de celui qui aujourd'hui est l'un des grands (?) personnage de la République (chacun ses valeurs, comme on dit!).
Peut-être l'ignorez-vous, mais dans les archives du Musée des Beaux Art de Quimper, il existe un dessin représentant le camp de Conlie. Ce dessin a été réalisé par Jean Moulin (le fameux résistant) lorsqu'il était sous-préfet à Châteaulin. Jean Moulin, qui n'était pas Breton, se serait passionné pour notre peuple et sa culture et il aurait été particulièrement choqué en découvrant les récits de l'événement du Camp de Conlie qu'il ignorait!
Il aurait fait un recueil des derniers témoins (au-travers des descendants directs). Ce dessin présente des corps décharnés, nus, brisés, agonisants,.... une évocation qui pour nous est immédiatement identifiable car c'est celle des camps de concentration nazi.... Sauf que Jean Moulin a réalisé son dessin au début des années 30!
Du fait, ce dessin provoque un malaise immédiat pour tout ceux qui peuvent le voir d'autant que son auteur ne peut pas être accusé de complotisme breton...!
Bien entendu, ce dessin est très rarement montré au public pour cette raison bien évidente!
Ce serait bon d'inviter le Musée à le sortir un peu plus souvent des archives!!!
"La Pastorale de Conlie"
(voir le site)

Gilles Renard
Mercredi 2 novembre 2016

Tres bon article qui montre jusqu'ou peu aller la perfidie d'un politique dans l'aneantissement d'un peuple.

DAVID ETESSE
Jeudi 27 février 2020

MORT A LA BRETAGNE

Charles Jan
Dimanche 3 janvier 2021

Il faut adresser ce très bon résumé à chaque maire breton y compris la région nantaise dont la commune affiche encore Gambetta dans ses rues. Nous pourrions proposer d autres noms dont DuGuesclin ou de fameux corsaires malouins . N oublions pas le genocide vendéen puis la surreprésentation des morts bretons en premières lignes lors de la première guerre mondiale , voir à ce sujet le décompte par régions affiche aux invalides à Paris .

ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 2 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.