20 ans après son premier album Clarisse LAVANANT - « Ici »
Chronique de Culture et celtie

Publié le 8/12/22 10:32 -- mis à jour le 08/12/22 14:10
Clarisse LAVANANT - Extrait d'« Ici » ClarisseCD LAVANANT - d'« Ici »
56505_1.jpg
Clarisse LAVANANT

- « Où c'est ailleurs ? »

- « Ici » !

Enigmatiques interrogation et réplique, nous en conviendrons, pour marquer l’orée de notre présente chronique.

D’autant que la question a été posée en 2001 et la réponse, sans nul doute, apportée… en 2021 !

Vingt années séparent ces deux phrases qui sont, de facto, en « effet miroir », deux titres d’albums enregistrés par une même et délicieuse voix bretonne !

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous !

Comme un pont jeté sur 20 ans d’une très belle, prolifique et fort riche épopée artistique qui ne fait que, pour le présent et l’avenir, s’amplifier, plus encore ; temporel et virtuel pont qui pourrait, particulièrement pour cette chanteuse, prendre pour allégorie, l’altière silhouette du célèbre ouvrage d’art ferroviaire structurant le viaduc de Morlaix, granitique enseigne surplombant cette magnifique citée finistérienne scindée par la rivière qui coule en son nom.

Si, de surcroît, l’on vous précise, parmi tant et tant d’autres faits, que la signataire de ces deux opus susnommés n’est autre que cette remarquable et musicale comédienne, théâtrale épouse de Moïse qui a, aussi, parmi moult scènes, assuré, en 2002, la première partie de la tournée des Zéniths des TRI YANN, vous aurez, bien évidemment, reconnu, cette artiste morlaisienne, à la voix, tour à tour, lumineuse, duvetée, puissante mais nuancée, cette active défenseuse de la culture et de la langue bretonne, qui, dès 16 ans, a remporté un prix « Auteur-Compositeur-Interprète »… la multi-talentueuse et pluridisciplinaire, Clarisse LAVANANT !

Après une dense tournée, l’enregistrement de deux disques issus de l’actuel spectacle « Cœur de Bretagne » que nous vous avons présentés sur nos pages ( juillet 2021 - Volume 1) et (Avril 2022 - Volume 2) , la tenue du rôle principal dans le film « Noz », réalisé par Soazig DANIELLOU (2021), peu éloigné de la parution du CD « De Kerouze à Ouessant », opus, paru, en novembre 2019 (notre chronique), la vigoureuse chanteuse bretonne publie son douzième album composé de chansons très personnelles et de nombreuses collaborations, dont un onirique et intimiste duo franco-anglais chanté avec le musicien irlandais Phil COULTER, compositeur pour Sinead O’ CONNOR ou les DUBLINERS.

Une toute première collaboration issue d’une rencontre, en mars 2022, à Dublin, où la chanteuse a eu l'opportunité de se produire pour la Saint-Patrick.

A noter, aussi, la présence d’un texte écrit par le poète andalou, Antonio MACHADO « Inventario galante - Inventaire galant», à partir duquel Clarisse a ciselé, en deux mouvements rythmiques, une bien romantique et hispanisante mélodie.

Cette chanson, qu’elle dit aussi, lui a permis de remporter, en juillet 2021, le 13ème Prix Andrée CHEDID, remis, en direct des Francofolies de la Rochelle !

Enregistré dans le studio de Philipe GUEVEL (Voir site) , à Kersody - Plourin-lès-Morlaix, « Ici » est précisément, le titre de ce nouveau Compact-Disc nous devrions dire, « Double CD », puisque celui-ci ne propose pas moins de 21 plages d’où émanent 72 minutes de réelle poésie nimbée d’intimes émotions.

« J’ai vécu de très belles rencontres et j’ai eu envie de reprendre, en chansons, tout ce qui s’était passé dans ma vie durant deux décennies », confiait récemment, Clarisse, au quotidien Ouest France.

Durant deux années de préparation, Clarisse s’est, particulièrement, impliquée dans l’écriture de cet opus, puisqu’elle a élaboré l’intégralité des paroles et des musiques de 10 chansons, et, en plus des susnommés, Phil COULTER et Antonio MACHADO, elle a fusionné, alternativement, pour les textes ou les mélodies, ses talents de co-auteure, avec, pour le titre éponyme, le parolier et scénariste Pierre-Yves LEBERT, ou pour d’autres chansons, le regretté Franck LANGOLFF (Serge GAINSBOURG, Vanessa PARADIS… et tant d’autres), le poète morlaisien, Tristan CORBIERE (1845-1875), auteur d’un unique recueil poétique, « Les Amours jaunes », la chanteuse franco-israélienne, auteure-compositrice, pianiste et guitariste, Yaël NAÏM, de parents bretons, le chanteur toulonnais Maxime PIOLOT, le compositeur spécialiste de la musique à l'image, membre des SONERIEN DU, Philipe FEREC, ou le légendaire guitariste quimpérois, héritier des Celtes, Dan AR BRAZ.

Conforme à l’âme universelle caractérisant, depuis des siècles, le maritime et navigant peuple breton qui, de sa péninsule qui regarde la mer, envisage l’ailleurs, une coloration World est insufflée dans certaines notes et dans les mots. Dans ce contexte, l’on remarque que Clarisse confirme, une fois nouvelle, qu’elle chante, aussi aisément et délicieusement, en breton, en anglais, en gallo ou en espagnol.

La chanteuse aime les langues et ça s’entend…

Dédiée à Loeiz GUILLAMOT, musicien, écrivain, ardent défenseur de la langue bretonne et par ailleurs, voix emblématique de la radio France Bleu Breizh Izel, disparu en juin dernier, la composition, paroles et musique, de Clarisse, titrée, « Langue vivante », corrobore, dans le fond et la forme, nos précédents dires.

Dans le livret joint au CD, précédant la dédicace de cette pièce, une note finale de l’artiste synthétise un superbe et long texte (c’est la plage la plus étendue du programme), magnifiquement chanté et modulé, parfois, dit, sur une entêtante, persuasive, mais ô combien, limpide partition du clavier de Philippe GUEVEL.

« Vive les langues, de Bretagne et d’ailleurs », précise, en effet, la chanteuse.

Nous serions tentés de transcrire intégralement cet excellent et fervent plaidoyer pour ce quasi être vivant qu’est, pour une région, un pays, une langue vernaculaire.

Nous nous contenterons de choisir, arbitrairement, certes, tellement le propos de Clarisse est substantiel, deux quatrains qui, dans les registres du constat et l’espoir, « bornent » cette littérale déclaration d’amour, où la langue, elle-même, prend, grâce au talent de l’auteure… la parole !

« Je suis une langue ancienne

Qui sa bat contre l’oubli

Du plus loin que se souviennent

Les nuits. »

(1er quatrain)

…/…]

[…/…]

« Je suis une langue ancienne

Qui traverse l’oubli

Grâce à ceux qui me soutiennent

Ici.

(Dernier quatrain)

[…/…]

Nous avons précédemment évoqué, bien évidemment, la tessiture exceptionnelle de Clarisse, qui est, aussi, à part entière, une voix de la Bretagne donnant, au fil de ses albums, pleine vie enracinée, aussi bien à la belle chanson à texte « Graet e Breizh », qu’aux chants traditionnels ; rappelez-vous, « Kantikoù Breizh », paru en décembre 2018, (Voir CD A RETENIR) .

Nous avons, également, souligné ses incontestables talents mélodiques, littéraires, oratoires, interprétatifs, ne passons pas à côté des ses compétences instrumentales que l‘artiste met, d’entrée, en lumière, dès la première chanson, « Eloge de la lenteur », puisque, sur quelques discrètes programmations rythmiques signées de Philippe GUEVEL, enjolivées de chants d’oiseaux, elle conduit, avec finesse, sur les cordes de sa guitare acoustique, une douce mélodie, quelque peu, celtisante, qui nous invite à « avancer, ensemble, à petits pas, mais d’un pas meilleur ».

[…/…]

« Retrouver le goût du vent

Et la saveur

De l’instant pour seul bonheur ».

[…/…]

Comme nous abordons l’aspect instrumental, temps est venu de saluer le magnifique travail musical et technique de Philippe GUEVEL qui assure, avec quel brio et diversité de couleurs, le clavier, les programmations, les arrangements, le mixage et le mastering qui garantissent à l’œuvre finale une lisibilité absolue offrant un très bel écrin pour le bijou vocal qu’est le chant de Clarisse.

Et pourtant les lignes musicales, parfois amples, à la limite du symphonique (Amour impossible), et les rythmiques, font plus qu’accompagner la voix lead, sans jamais interférer avec la parfaite diction mélodique de Clarisse.

Avec des moyens techniques performants mais un effectif instrumental mesuré, voici une belle et professionnelle leçon, en matière de travail du son, dont beaucoup devraient s’inspirer.

Il n’est, effectivement, pas nécessaire, comme, trop souvent dans nombre d’enregistrements actuels, d’engluer la voix, pour qu’elle demeure un instrument, à part entière. Il est, aussi, vrai que Clarisse articule, ce qui est loin d’être le cas, pour pléthore de chanteuses qui, trop près des micros, ânonnent, plus que ne prononcent des textes qui seraient, peut-être, par ailleurs, intéressants... s'ils étaient plus audibles.

Bravo Monsieur GUEVEL !

Il a, parmi tant d’autres, collaboré, sur scène et en studio avec Dan AR BRAZ, Gilles SERVAT, GWENDAL, Mélaine FAVENNEC, Laurent VOULZY, les bagadoù de LOCOAL MENDON, LANN BIHOUE, BEUZEC CAP SIZUN, MOULIN VERT…, membre des SONERIEN DU, Philippe ZIEGLER apporte, à la guitare acoustique, mandoline et violon, ses notes du grand-ouest, et souligne, particulièrement, les compositions de Frank LANGOLFF de très belles lignes de guitare électrique.

Et puis, ruisselle magnifiquement le piano de Phil COULTER qui « concertise », sur ses deux compositions, « Scorn not his simplicity, devenu « Si je mens » et « The shores of the Swilly - Sur les bords de la Swilly », où les voix de Phil et Clarisse, parées de leurs langues respectives, se répondent, se conjuguent dans une intime proximité annihilant toute distance de captation. Encore une fois, bravo Monsieur GUEVEL, pour cette parfaite osmose technique.

Nous avons également, particulièrement apprécié, en piste 4, « Marche ou rêve », chanson, une nouvelle fois, intégralement écrite et composée par Clarisse, dans des colorations folk, « Roots », qui semble, sur les chemins de terre de notre Far-West armoricain, nous entraîner vers la nécessaire et vitale résilience.

Sur des programmations rythmiques et des effets « slide », la guitare de Claude ZIEGLER, peint, à merveilles, les jolis et encourageants mots de notre poétesse bretonne.

[…/…]

« Comme le vent sur la grève

Qui, un jour, nous enlève,

Comme le temps qui apaise

Quoi qu’on dise, marche ou rêve ».

[…/…]

Ah ! bien, sûr, pour cette chronique, nous pourrions, arrêter votre attention, sur tous les titres de cet album, méticuleusement travaillé et abouti, tant la substance littéraire et poétique est présente, comme en plage 10, avec, extrait du recueil « Les amours jaunes », le poème en vers libres de Tristan CORBIERE, ou l’« Inventaire galant » d’Antonio MACHADO, texte, antérieurement, Interprété par Paco IBANEZ.

 …/…]

De tu morena gracia,

De tu soñar gitano,

De tu mirar de sombra

Quiero llenar mi vaso

[…/…]

[…/…]

De ta grâce brune,

De ton rêve gitan,

De ton regard d’ombre

Je veux remplir mon verre.

[…/…]

Ou, encore :

[…/…]

« Apaisée, libre, comme les voiles,

Le cœur prêt pour la prochaine escale

Et la mer aux reflets de cristal

Sera mon château

Comme le vent sur la grève

Qui, un jour, nous enlève,

Comme le temps qui apaise

Quoi qu’on dise, marche ou rêve ».

Entends-tu l’écho

Derrière les vitraux

Plus clair que de l’eau

Comme un vent nouveau… »

[…/…]

Et, là, comme tout au long de cet opus, ce sont les propres et lyriques mots de Clarisse, qui soufflent sur « Vent nouveau ».

Ne pouvant tout évoquer, nous vous laisserons, en écoutant de fort belles mélodies, le soin de découvrir l’intégralité des textes qui figure dans le livret de 24 pages, annexé au CD.

Permettez-nous encore, avant de vous quitter, ces quelques mots :

En piste 18, vous retrouverez, avec plaisir, le texte de Clarisse mis en musique par Philippe FEREC, pour « L’écho des étoiles », l’une des clefs de voûtes du spectacle « Cœur de Bretagne », voyage, entre terre et mer qui reprend la route, en 2023, avec les meilleurs danseurs de Bretagne, issus du cercle celtique Eostiged ar Stangala de Quimper.

Dans une version, un peu plus intimiste que dans le disque - volume 1, Clarisse et Philippe GUEVEL ont, néanmoins, réussi à suggérer, au travers de ce présent enregistrement, réalisé avec un pupitre moins conséquent, l’ampleur symphonique nécessaire à une telle prestation scénique animée par une vingtaine d’artistes.

C’est en écoutant « Quitter la terre », le dernier titre de ce remarquable album « ici », avec un texte de Clarisse qui a épousé les notes de Dan AR BRAZ sur un thème instrumental que le quimpérois guitar-hero, disciple des Clapton, Marvin, Gallagher… avait enregistré en plage 6 de son initial disque vinyle 33 tours « Septembre bleu », paru en 1988, sous le titre « Blue in Eau Claire » que nous vous invitons à vous procurer ces beaux instants qui illustrent 20 ans de la vie d’une artiste qui, pour nombre d’entre-nous au cours de toutes ces années, croise, régulièrement la nôtre.

Avec « Ici », Clarisse LAVANANT est l'une trois lauréats du fonds de soutien culturel Leclerc 2022 et à ce titre, son nouvel opus est disponible dans les magasins « Espace Culturel E.Leclerc ».

Il se dégage de cet enregistrement lumineux et, en tous points, remarquablement bien écrit, une sereine espérance, portée par une voix cristalline aux reflets de glaz qui élève les âmes, au-delà de ses « vagues ».

Alors,

« Pas besoin d’être heureux

Pour être bien.

Les longues langues de brumes

Bercent nos vagues à l’âme

Et l’écho de l’écume

Dilue lentement les larmes. »

[…/…]

Ne cherchez plus… c’est « Ici » !

Gérard SIMON

Illustration sonore de la page : Clarisse LAVANANT - "Ici" - Extrait de 00:55.

Le site Internet de Clarisse LAVANANT : (Voir site)

D'autres extraits sonores sur Culture et celtie, l'e-MAGazine (Voir site)

Les titres du CD "Ici" :

01 - Eloge de la lenteur - Clarisse Lavanant - 02:44.

02 - Ici - Pierre-Yves Lebert/Clarisse Lavanant - 03:35.

03 - Sur les bords de la Swilly - Phil Coulter/Adaptation française Clarisse Lavanant - 03:26.

04 - Marche ou rêve - Clarisse Lavanant - 03:22.

05 - Langue vivante - Clarisse Lavanant - 04:55.

06 - Vent nouveau - Clarisse Lavanant - 03:23.

07 - L'enfance - Clarisse Lavanant - 03:49.

08 - Autant que l‘on s'aime - Clarisse Lavanant/Franck Langolff - 03:53.

09 - L'amour est plus fort que l'oubli - Ciarisse Lavanant - 03:10.

10 - Point n'ai fait un tas océans - Tristan Corbiéres/Clarisse Lavanant - 02:10.

11 - Sous ma peau Clarisse Lavanant - 02:15.

12 - Si je mens - Phil Coulter/Adaptation française Clarisse Lavanant - 03:42.

13 - J'irai dire - Clarisse Lavanant/Yaël Naïm et Nourith - 03:18.

14 - Si c'était vrai - Maxime Piolot/Clarisse Lavanant - 02.37.

15 - Amour impossible - Clarisse Lavanant/Franck Langolff - 04:44.

16 - L'absence - Clarisse Lavanant - 02:40.

17 - Inventario galante Antonio Machado/Clarisse Lavanant - 03:21.

18 - L'écho des étoiles - Clarisse Lavanant/Philippe Ferec - 04:27.

19 - Chanson pour elle - Clarisse Lavanant - 02:00.

20 - Début du jeu - Clarisse Lavanant - 03.31.

21 - Quitter la terre - Clarisse Lavanant/Dan Ar Braz - 04:15.

Durée totale : 72 minutes.

CD "ICI" - Clarisse LAVANANT

Parution : 18 novembre 2022

Production : Label Mus'Iris

Pour commander l'album sur le site officiel de l'artiste : Cliquez ICI

© Culture et Celtie

Voir aussi :

2  0  
mailbox
imprimer
logo
« Culture et Celtie… le magazine » C'est le magazine en ligne des événements celtiques et artistiques en Presqu'île guérandaise et, d'ailleurs... Des 5 départements bretons... à la Celtie !
L'auteur a décidé de ne pas autoriser les commentaires pour cet article.