1200 Lieux de légende en Bretagne
Chronique de Philippe Argouarch

Publié le 26/06/19 16:35 -- mis à jour le 26/06/19 23:51
48057_1.png
Couverture

Le dernier livre de Bernard Rio ne pouvait tomber plus à propos. Le timing is perfect. Alors que des maires se mettent à baptiser à tour de bras des nouvelles rues et des lieux avec des noms bien français d'une banalité à mourir genre "Allée des ajoncs" ou "Résidence des genêts d'or", le répertoire de Bernard Rio vient nous rappeler que nos noms de lieux, souvent en breton mais aussi en gallo, sont non seulement chargés de la mémoire de nos ancêtres, mais associés aux légendes les plus anciennes et des souvenirs historiques authentiques.

Certains de ces lieux sont sacrés même. Sacrés, dans le sens que les Sioux Lakotas donnaient à ce mot "le sacré étant ce qui peut être détruit mais ne peut être reconstruit". Dans ce sens Lakota, la langue bretonne est sacrée, car elle peut disparaître. Il en va de même de notre toponymie à la merci des exigences colonialistes des responsables de la Poste qui trouvent que l'apostrophe dans la "rue de l'étang" n'est pas un problème pour les décodeurs optiques, mais l'est dans Beg ar C'hastel. On nous a enlevé notre histoire, va-t'on nous enlever notre géo-graphie c'est à dire notre graphie des lieux ?

Le livre est à la fois une encyclopédie, un guide et un dictionnaire. Bernard Le Nail qui écrivit Noms de lieux bretons à travers le monde aurait pu aussi écrire ce livre tant ses connaissances de la Bretagne étaient vastes. Il est trop tôt disparu et merci à cet autre Bernard d'avoir repris son flambeau.

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 1 multiplié par 5 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.