10 000 manifestants à Nantes pour l'identité, la culture et la langue d'une Bretagne réunifiée
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 20/09/08 14:45 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

10 000 manifestants ont défilé samedi après-midi dans le centre ville de Nantes pour la réunification administrative des cinq départements bretons, le droit à l'expression de la culture bretonne et pour l'officialisation du breton. Le temps était au beau fixe et l'atmosphère festive pour cette grande parade quasi annuelle de la Bretagne dans son ancienne capitale.

Parmi les manifestants de nombreux élus comme Jean-Yves Le Drian (PS), président de la région Bretagne, Patrick Mareschal (PS), président du Conseil général de Loire-Atlantique, Jean-Louis Jossic, adjoint à la Culture au maire de Nantes, le député Verts François de Rugy, Caroline Ollivro élue Modem de Rennes et Kevin Izorce, élu Modem de Saint-Nazaire, Kristian Guyonvarc'h, vice-président UDB du Conseil Régional de Bretagne, Jean-Pierre Thomin vice pésident du Conseil régional de Bretagne (PS), Pierre Even élu UDB de Nantes, Yann Syz adjoint UDB au maire de Lorient, Philippe Coulau, vice-président UDB de la Communauté de Communes Paimpol-Goëlo, Jean-Jacques Monnier, élu UDB de Lannion, Gwendal Rioual, conseiller municipal et conseiller communautaire UDB à Guingamp, Naïg Le Gars, maire-adjointe de Pluguffan et élue UDB au Conseil régional de Bretagne, Émile Granville (Parti Breton), adjoint au maire de Redon et Gaël Le Bras aussi conseiller municipal à Redon, odyle Fourniel (Parti Breton) conseillère municipale de Guidel (Parti Breton), Sébastien Gérard conseiller municipal de Saint-Jacques de La Lande (Parti Breton) mais aussi des artistes comme Alan Stivell, Nolwenn Korbel, Dan Ar Braz ou Paskal Lamour, sans oublier les nombreux bagadoù qui avaient fait le déplacement et ont sonné pendant la manifestation et durant la fête qui a suivi sur l'Île Gloriette. Étaient présents, le bagad de Nantes, le bagad Cap Caval, le bagad de Saint-Brieuc, le bagad du Moulin Vert de Quimper et plusieurs autres.

Bien que la ministre de la Culture madame Christine Albanel ait retiré son avant-projet de loi sur les pratiques amateurs, l'ensemble des musiciens et des acteurs de la culture bretonne étaient mobilisés aujourd'hui pour l'enterrer et veiller à ce que l'on ne le ressorte plus.

Pour certains, c'était la culture bretonne elle-même que l'on aurait voulu étouffer car cette loi aurait sérieusement réduit l'incroyable dynamisme du bénévolat breton qui a permis l'explosion en Bretagne de la musique de Bagad et même celle de pipe bands puisque le pipe band Cap Caval a été récemment sacré champion du monde 2008 (à Glasgow).

La réunification administrative de la Bretagne était aussi un thème de cette mobilisation. De nombreux militants de Bretagne Réunie avaient fait le déplacement y compris son président Jean-Yves Bourriau. Jean-Louis Jossic a lancé un appel pour préparer le référendum sur la réunification.

(voir le site) de ABP-TV pour la vidéo du discours de Jean-Louis Jossic.

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 4917 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 4 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.