« Rue Youenn Drezen » débaptisée à Pont-L’Abbé : Le Parti Breton demande de la cohérence

-- Politique --

Communiqué de presse de Parti Breton
Porte-parole: Sébastien Girard

Publié le 1/12/19 13:28 -- mis à jour le 01/12/19 13:28

Le 27 novembre 2019, M. Le Doaré, maire de Pont-L’Abbé, a confirmé qu’il allait débaptiser la rue Youenn Drezen, du nom de ce grand écrivain de langue bretonne du XXème siècle. Il a donc «annoncé» la décision du prochain conseil municipal du 3 décembre.

49362_1.jpglogo Parti Breton

Sur la forme, le Parti Breton s’étonne que cette décision se fasse sans véritable concertation et contre l’avis de la population concernée. Cela aurait évité les remous actuels. A trois mois des élections municipales, c’est un mauvais signe pour la démocratie locale.

Sur le fond, les activités journalistiques de Youenn Drezen pendant la Seconde Guerre Mondiale ont fait l’objet d’une enquête à la Libération, classée sans suite, notamment grâce au soutien du résistant René-Yves Creston et du directeur de l’Humanité Marcel Cachin. On peut ajouter qu’en 1979 lors de l’inauguration par Per Jakez Hélias en présence des élus et de représentants syndicaux communistes de la CGT personne ne trouvait rien à redire. Cela dit, les travaux d’historiens peuvent être utiles pour établir son degré d'implication. Le débat doit rester ouvert et serein.

Mais M. Le Doaré n’est pas historien, il est maire. A ce titre, il doit être juste et cohérent. Il est établi qu’un nombre très important d’hommes de lettres et de journalistes français de l’époque ont ouvertement collaboré, et beaucoup d’entre eux ont leur rue dans les communes de France. Qu’en pense-t-il ? Allons plus loin : à Pont-L’Abbé, pourquoi ne débaptise-t-il pas la rue Voltaire, écrivain raciste et antisémite et homme d’affaires esclavagiste ? S’il assume sa décision, il doit être cohérent jusqu’au bout.

Mais M. Le Doaré ne s’arrête pas aux écrivains. Pour justifier sa décision, il compare Youenn Drezen à Pierre Laval et Maurice Papon. Le premier est un ministre et président du conseil fusillé en 1945, le second un préfet et ministre reconnu coupable de complicité de Crime contre l’Humanité en 1998. Bigre ! Cette comparaison est-elle raisonnable ? Youenn Drezen n’était pas un homme politique mais un écrivain, et il n’a tué personne. Le Parti Breton rappelle que la déportation, le génocide et l’esclavage sont des Crimes contre l’Humanité reconnus par la Cour Pénale Internationale. Dans cette logique, en 2017, Emmanuel Macron a qualifié le colonialisme de Crime contre l’Humanité. Si M. Le Doaré veut dénoncer cela, nous lui proposons de débaptiser la rue Jules Ferry et la place Gambetta, du nom de deux hommes politiques colonialistes. Encore une fois, M. le maire doit être cohérent jusqu’au bout !

Le Parti Breton appelle donc M. Le Doaré et l’ensemble des conseillers municipaux à reconsidérer cette décision lors du conseil municipal du mardi 3 décembre. Il propose de les rencontrer afin d’échanger sur la question et trouver une solution.

Le bureau du Parti Breton

Cet article a fait l'objet de 1246 lectures.
mailbox imprimer
le parti breton a pour but de rassembler, d'unir et d'organiser tous les bretons et amis de la bretagne décidés à réveiller la conscience nationale du peuple breton afin que celui-ci se dote enfin des structures politiques, économiques, sociales et culturelles lui permettant d'assurer en tant qu'entité internationalement reconnue, son avenir et son épanouissement dans le cadre d'une europe des peuples et de la solidarité

Vos commentaires :

Mikael Gwilhom
Lundi 2 decembre 2019

Argumentation particulièrement pertinente ...

Brezhon
Lundi 2 decembre 2019

Ce petit numéro dure depuis 20 ans à cause d'une toute petite poignée d'extrémistes bien connu : la Libre Pensée, organisation infiltré par les trotskistes lambertistes. C'est la bande à Morvan relayé par les vieux fossiles du Parti Communiste.

Trop c'est trop. Que fait la Région ? Les associations linguistiques ? Les artistes brittophones ? L'Emsav ? On va laisser les hommes de lettres bretons être censurés et insultés sans réagir ?

Il est temps de taper du point sur la table.

jakez Lheritier
Lundi 2 decembre 2019

Excellente réaction.

En rajoutant que les 3/4 de la chambre des députés de la France de 1958 était composée d'anciens collaborateurs du régime de Vichy.

Faire diffuser cette article dans nos réseaux .

En ce moment sur St Nazer ,on est dans ce genre de débat.

Lamentable le maire de Pont l'Abbé.

La preuve est qu'il faut enseigner l'histoire de Bretagne dans les écoles.

Yannig Baron
Lundi 2 decembre 2019

Pendant ce temps ils nous parlent ni de Céline ni de Voltaire qui avait écrit: " Les blancs sont supérieurs aux noirs qui sont supérieurs aux singes qui sont supérieurs aux huîtres..." ni de bien d'autres "grands" écrivains français du même genre, promoteurs de la colonisation et du racisme... Ils oublient la LVF et la Milice française, autour de 45 000 membres chacune qui combattirent avec les allemands et furent intégrés dans les S.S.

Ces personnes sont formatées à bloc depuis leur enfance...

Yannig Baron

JP. Touzalin
Lundi 2 decembre 2019

Voir l'excellent article de Didier Rykner dans le JDD de ce dimanche: " Faut-il exposer Gauguin? ... qui a couché avec des filles de 13 ans "!

Au secours Me-Too !

"Nos nouveaux Torquemada ne font que commencer leur œuvre purificatrice. Le pire reste à venir ".

Jacques
Lundi 2 decembre 2019

On est encore une fois sur un problème de fond du mouvement breton.

La France a très largement réécrit et oublié l'attitude de collaboration (souvent très active) de nombre de ses artistes/écrivains/personnalités politiques. On peut certes évoquer Céline, mais aussi Sartre, Y.Montant, également les ''gentils'' socialistes qui ont votés les pleins pouvoirs à Pétain (Laval n'était-il pas socialiste?).

Il en va de même avec ces personnages plus anciens et surtout de gauche, comme Gambetta et Jules Ferry qui jetèrent les bases de la justification du colonialisme... à but humanitaire (et oui, il n'était pas humain de laisser les noirs, gris, jaunes dépourvus de civilisation...! Surtout qu'ils avaient des richesses utiles et inexploitées... un peu comme aujourd'hui au Mali/Niger)

Mais chez nous les Bretons, l'attitude a été toute autre...

Le mouvement breton s'est livré à un véritable révisionnisme pour justifier d'être ''propre sur soit''!

Le méchant, c'était l'autre...

Bien entendu, pas question de permettre à l'autre méchant de se défendre... plus on pouvait le faire taire plus il était coupable...

Cela fut le cas au sein du mouvement breton... (dont il faut se rappeler que les principaux acteurs d'aujourd'hui bien marqué à gauche ont bien souvent un père, une mère, un oncle, une cousine qui était au PNB... mais chut, c'est Tabou...!)

Cela fut encore plus vrai avec les communistes bretons qui avaient à faire oublier leur collaboration très active avec le régime nazi jusqu'au 22 juin 1941...

Ils avaient aussi à faire oublier les actions si peu militaire et tellement politique d'élimination des opposants civils au communisme dans un rêve d'une Europe soviétique, largement mis à mal en 1944 par de Gaulle et la population bretonne qui à l'époque était très conservatrice (chrétienne démocrate).

Sauf erreur, les Communistes bretons ont tués plus de civils bretons que de militaires allemands sur la période...

A faire oublier aussi tous les crimes de 1945 à 46 (n'oublions pas amnistie pour ''fait de guerre'', jusqu'à 1 an après la fin de celle-ci...)

Dans cette après guerre, l'état français comme les communistes se sont trouvé alliés de circonstance dans une réécriture de l'histoire à une époque où il était très opportun de fabriquer des héros... et forcément des méchants...

Le Français était gentil, le Breton était méchant... sauf ceux de l'île de Sein comme preuve du ''pas d'amalgame'' mais en oubliant tous les autres et surtout ceux de la résistance qui portait un uniforme breton à l'exemple du ''Groupe Liberté'' (pourtant tous membre du PNB)...

Ce n'est donc pas un hasard si aujourd'hui encore, c'est l'extrême gauche qui s'acharne à salir les militants bretons, d'autant que le mouvement breton s'étant largement renié reste dans le postulat que ''salir ceux d'hier rendrait plus propre ceux d'aujourd'hui''... (l'état français lui à déjà tourné la page...)

Cette même extrême gauche (communiste, NPA, France Insoumise, libre penseur) qui aujourd'hui défile bras dessus/dessous avec les islamistes.... Ce même mouvement breton qui fait semblant de ne pas entendre qu'à Brest un religieux justifie sur YouTube le viol des femmes non-voilées... ou qu'à Rennes l’extrême gauche attaque des étudiants à l'acide (oui, les mêmes méthodes que les islamistes vis à vis de leurs femmes...)

Vera-t-on nos artistes ou l'UDB défendre la mémoire et l'oeuvre de Youenn Drezen, en organisant une manifestation à Pont-l'Abbé avec la participation des cercles celtiques et des bagadou locaux? Probablement pas...

Reste que j’attends impatiemment nos artistes et l'UDB nous parler encore des ''gentilles'' Kurdes (car officiellement marxistes) maintenant qu'ils/elles ont passé un accord de défense avec les Forces Militaires Syriennes de Bachar El Assad (le ''Hitler moderne'' d’extrême droite), dans une démarche qui sauf à se voiler la face ressemble assez bien à ce que certains bretons ont fait...

(d'ailleurs comme tant de peuples opprimés en Europe à la même époque : Cosaques russes, Finlandais, Croates, Ukrainiens, Slovaques, etc.... et tous étaient souvent loin d'admirer le régime auquel ils s'associaient et duquel ils ont portés l'uniforme...)

A mon humble avis, tant que le mouvement breton sera incapable de défendre la mémoire de personne comme Youenn Drezen, l’émancipation de la Bretagne ne sera qu'un verbiage sans substance...

Merci au Parti Breton pour son courage...

Il faut bien que quelques-uns montrent la voie... si nous voulons un jour avancer...!

Lucien Le Mahre
Jeudi 5 decembre 2019

En prise directe avec la polémique de Pont-L'Abbé et bien au-delà, je signale à ceux qui ne le connaîtraient pas encore, que le site de JP Le Mat : "Contreculture.org", riche d’une matière patiemment accumulée au cours des années, permet à chacun de nourrir sa réflexion sur toute une série de personnages et de sujets, l’auteur sous-titrant : "Enquêtes bretonnes sur les mythes français».

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 1 multiplié par 8 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.