"Réunification de la Bretagne ?" Un nouvel ouvrage essentiel sur l'avenir breton

-- La réunification --

Communiqué de presse de Bretagne Prospective
Porte-parole: Michel Bouvier

Publié le 24/03/15 8:10 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Ils sont têtus dit-on. Plutôt déterminés. Le têtu bute contre un mur alors que celui qui gagne le contourne. Après le refus par l'Etat de reconnaître la Bretagne, on ne pensait pas qu'un ouvrage évoquerait aussi rapidement une capacité de rebond. Or, dirigé par Yves Lebahy et Gaël Briand, ce livre « Réunification de la Bretagne » de l'Association des Géographes de Bretagne est un livre dans tous les sens du terme incontournable et carré (15 sur 15 cm). Il évoque avec de multiples arguments le bénéfice pluriel pour l'ouest de la France d'avoir trois régions claires (Bretagne, Normandie, Val de Loire), le caractère indispensable d'une Loire-Atlantique pour la Bretagne et d'une Bretagne pour la Loire-Atlantique. D'ores et déjà, l'ouvrage rappelle que cette unité existe (le droit, la géographie, l'histoire, le sentiment d'appartenance etc.). Dans ce pays centralisé, sa reconnaissance permettrait surtout de renforcer les projets et de contrer un pouvoir parisien omniprésent ... qui explique en boucle une non-reconnaissance et un déni de démocratie. L'ouvrage passionnant est remarquablement illustré de nombreuses cartes représentant la pertinence d'une Bretagne forte à l'échelle infrarégionale, régionale, nationale et européenne. A noter aussi quelques dessins parfois très drôles de l'illustrateur Nono. Décliné en quatre parties, l'ouvrage campe remarquablement les enjeux d'une Bretagne fonctionnant cinq sur cinq, pour son profit et celui des régions voisines. Le texte est lisible, clair, avec des chapitres bien organisés et évitant les redites. A noter en fin d'ouvrage deux articles d'Yves Lebahy qui posent des enjeux de fonds sur l'aménagement du territoire breton et le déséquilibre renforcé entre l'est et l'ouest. Il interroge surtout une vision métropolitaine « à marche forcée » qui remet en cause le polycentrisme breton et son équilibre urbain. Une réflexion stratégique de plus et des arguments scientifiques peu contestables de la part de spécialistes de l'aménagement du territoire. Comme le souligne l'ouvrage (p.9), « la Bretagne a toujours eu besoin de géographes » (M. Phlipponneau pour le C.E.L.I.B etc.). Il est plus largement à souligner que l'ensemble de la communauté universitaire, parfois pour de simples raisons de compréhension, travaille naturellement sur la Bretagne et non sur une Bretagne administrée à quatre départements. Cet Etat est de plus en plus loin des réalités sur lesquelles travaillent les universitaires, qu'ils soient historiens, anthropologues, sociologues, géophysiciens, naturalistes, politologues, juristes... Mais l'Etat semble juger ici aussi que le pouvoir universitaire est sans compétence et que l'ensemble de la communauté scientifique se trompe. On aimerait bien parfois pouvoir comparer le niveau réel des uns et des autres. En tout cas, un ouvrage à lire absolument.

Le Comité de Rédaction de construirelabretagne.org

« Réunifier la Bretagne ? Région contre métropoles ? », Collectif Géographes de Bretagne, sous la direction d'Yves Lebahy et de Gaël Briand, Skol Vreizh, 2015, 160 p, 13 Euros, ISBN 978—36758-042-5

Voir aussi :
mailbox imprimer
logo
Bretagne Prospective mène une activité de production d'idées nouvelles (Think Tank), d'études et d'élaboration de projets innovants pour la Bretagne. Dans une société fonctionnant de façon étanche, Bretagne Prospective met en relation les acteurs du monde politique, économique, de la société civile et de la recherche universitaire des 5 départements bretons afin de tisser des liens et de créer des plus-values de ce décloisonnement. Par ses réflexions et actions, Bretagne Prospective entend contribuer à faire de la Bretagne un lieu singulier où l'on peut développer des manières d'agir, des projets et des produits adaptés à la réalité et à l'originalité des territoires.
Vos 5 commentaires
Louis Le Bars
Mardi 24 mars 2015

"Mais l'Etat semble juger ici aussi que le pouvoir universitaire est sans compétence et que l'ensemble de la communauté scientifique se trompe"
Mais nous ne sommes pas dans un débat raisonné, l'Etat veut détruire la Bretagne par la méthode la moins couteuse, de façon palliative : CQFD

Michel Treguer
Mercredi 25 mars 2015

Le problème, c'est que toute publication plaidant pour la réunification de la Bretagne convainc les jacobins parisiens qu'il ne faut surtout pas l'accepter ! Et les manifestations plus encore. Quelle solution ?

Naon-e-dad
Jeudi 26 mars 2015

Effectivement pour l'instant la situation en France est bloquée.
Mais ils sont de plus en plus nombreux les responsables et analystes (on l'a encore entendu hier soir, incidemment, dans une émission C dans l'air qui n'avait rien à voir avec l'organisation territoriale) à penser et déclarer que la V° République, dans sa conception même, dysfonctionne...
Il y a quelques semaines, c'est un constitutionaliste reconnu qui le laissait percevoir à demi-mots.
Evidemment, les politiciens, qui sont dans le marigot, sont les moins diserts sur la question. Ou alors les plus inquiets - il est vrai que la situation est particulièrement inconfortable pour eux...
A ce qu'il semble, nous n'avons pas d'homme politique d'exception en France. Et en aurions nous un que ce ne pourrait évidemment être la loi commune au fil des décennies.
Nous sommes donc devant un problème fonctionnel, systémique.
Voilà le contexte, et il est nouveau et bourré d'incertitudes, dans lequel s'inscrit la situation de la Bretagne. C'est pourquoi, les apports de type réflexion sont - à mon avis - nécessaires et utiles.
Cher Michel Treguer - bet on bet ouzh ho selaou e Brest meur a vloaz zo - , pas plus que vous je n'ai de solution mais je suis persuadé que le vent de la liberté et de la démocratie soufflera - mod pe vod, d'une manière ou d'une autre - même en France.
Affaire d'années, de décennies? Avec ou sans troubles sociaux? Et le contexte économique, sans doute corrélé au blocage politique vers lequel on s'achemine, ajoute une part d'inconnu.
Piv oar? Evidon-me, ne ouian ket. Qui sait? Pas moi, en tout cas.

MANSKER
Vendredi 27 mars 2015

Que Nantes soit réincorporée à son vaisseau originel, il ne fait aucun doute. Mais cette réunion serait également la réparation d'une injustice grave. Le souligner c'est aussi doubler les revendications des Bretons, victimes d'une ablation forcée d'une partie de son territoire historique. Qu'un infime groupe de personnes soit à ce jour farouchement opposé à ce qui paraît une évidence, est symptomatique du fonctionnement de la France dans son ensemble, chaotique. Rétablir l'historique de Bretagne, c'est aussi respecter les habitants qui la composent. Ce serait aussi faire preuve que la démocratie fonctionne encore dans ce pays, ce que bon nombre de citoyens commence sérieusement à en douter. A scier la branche sur laquelle ils sont confortablement assis... la chute n'en sera que plus rude. On ne balaie pas impunément 1000 ans d'histoire bretonne.

Un non Breton
Mercredi 22 avril 2015

Chers compatriotes,
Sur cette histoire, vous n'avez pas été malins, avec l'emploi du terme de "réunification", décret "Pétain" etc... Jouer les victimes communautaristes et crypto-indépendantistes, voilà qui ne pouvait qu'énerver tous les Français républicains (dont je suis) qui auraient été contents d'une région Bretagne, fière de ses racines mais en même temps ouverte et Française. Oui, on peut être à la fois Breton, Français et Républicain(comme mes amis Bretons et j'en ai pas mal). Par contre les Bretons étroits, insulteurs avec leur trogne de bonnet rouge, beurk. Ce sont eux les premiers artisans de l'échec du rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne. Trop tard. Rendez-vous dans 50 ans.
ps: inutile de convoquer les géographes pour justifier le rattachement, depuis la loi d'autonomie des universités savez-vous d'où vient leur budget de recherche ? De la Région justement. Indépendance de niveau 0. Je le sais, je suis chercheur.

ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 0 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.