Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Dessin de NHU.bzh
Dessin de NHU.bzh
- Chronique -
"Les attardés" : ce que nous dit Béatrice Macé
Au-delà de la faute de langage, Béatrice Macé nous ramène au "racisme civilisationnel" qui sévit toujours en France, malgré les beaux discours sur la diversité. C'est à la hiérarchie des langues et des cultures qu'elle nous renvoie, avec au sommet Paris et en bas, les ploucs que nous sommes. Tous nos maux viennent de là!
Yvon Ollivier pour ABP le 16/01/24 8:17

Dire qu’aux festoù-noz nous sommes « chez les attardés », lorsque l’on est vice-présidente à la Culture et aux droits culturels à la région Bretagne, interpelle forcément. Le peuple breton lutte pour sa dignité depuis si longtemps. Mais loin de moi l’idée de tirer sur l’ambulance, en joignant ma colère légitime aux cris d’orfraie qui secouent les réseaux sociaux. Je pense sincèrement que l’expression malheureuse n’a pas été voulue et réfléchie, par Mme la vice-présidente. C’est encore plus grave. Cette expression malheureuse exprime la pensée profonde ou si l’on préfère la psyché collective où nous baignons depuis si longtemps.

Nous savons tous que ces propos-là ne sont plus entendables aujourd’hui, et pourtant demeure la certitude française et bourgeoise de la hiérarchie des cultures, des langues et des civilisations. Un internaute récemment me soutenait que la langue française était une « langue supérieure », sans voir le problème. Un intellectuel comme Christian Barbier pouvait affirmer, il y a quelques années encore, que les peuples bretons et basques étaient des « sous-peuples » sans encourir la moindre critique de l’establishment parisien. Du sous-peuple au sous-homme, il n’y a qu’un pas.

Cette psyché collective explique le dédain pour nos langues et le peu d’intérêt public à la progression de leur enseignement. L’éducation nationale est structurée autour de la hiérarchie des cultures et des hommes : le primat de la civilisation française sur fond d’élitisme républicain.

Dans une chronique récente j’insistais sur l’urgence de modifier les représentations collectives, dans une perspective gramscienne, si nous voulions espérer sauver nos langues et notre culture. C’est à ce niveau-là qu’il faut se situer.

Même au sein de la région Bretagne, les services administratifs sont peuplés de fonctionnaires convaincus de l’infériorité de notre culture bretonne. Pour faire clair, ce n’est pas important, à leurs yeux.

Cette psyché de la hiérarchie des langues et cultures exprime un « racisme civilisationnel », qui peine à s’avouer pour les raisons que l’on comprend aisément. Mais si ce racisme particulier peine à s’avouer, il n’en est pas moins présent partout.

Aussi, je tiens à remercier Béatrice Macé pour la mise en relief de ce « racisme civilisationnel » enkysté dans les structures mentales et qui trop souvent s’ignore.

Mme Béatrice Macé est en charge de la culture à la région, mais aussi des « droits culturels ». N’est-il pas significatif pour celle qui devrait être la plus sensibilisée à la promotion des droits culturels, de qualifier l’un des fleurons de notre culture minoritaire en grand danger, « d’attardée » ? Elle aurait pu intégrer le fait que le fest-noz figure désormais au patrimoine de l’Unesco, mais cette reconnaissance internationale n’apparaît pas suffisante pour infléchir la déconsidération de notre culture.

Béatrice Macé ne peut ignorer que, derrière les festoù-noz, c’est tout un peuple qui s’active et se rassemble pour vivre sa culture.

Le préalable aux droits culturels est l’égale dignité des peuples, des langues et des cultures. Cette conviction humaniste débouche logiquement sur la reconnaissance des droits culturels.

Et si pour Mme Macé, les droits culturels se résumaient à ceux de « la civilisation » ou culture supérieure, c’est-à-dire parisienne ou rennaise ?

Mais cette psyché se retrouve aussi en nous. Je suis assez sidéré de voir l’absence de réaction des associations culturelles bretonnes dont la raison d’être est de sauvegarder et de faire vivre notre culture. Pourquoi ce silence ? Je n’ai pas de leçons à donner mais j’aimerais juste que l’on s’interroge un peu.

Le mal est bien là lorsque la main qui nourrit un peu entrave toute liberté parole. Mais peut-être aussi que nombre d’entre nous ont intériorisé l’infériorité congénitale et « régionale » de notre propre culture. Le mouvement breton n’est plus un mouvement. Il dort. Il a oublié le principe d’émancipation de notre peuple et surtout notre égale dignité parmi les peuples. Il ne s’indigne plus du peu de cas que l’on se fait de notre dignité ! Et si nous commencions par affirmer haut et fort que nous sommes un peuple, que nous nous considérons comme tel, et que jamais nous nous résoudrons au mépris et à l’enveloppe assez grotesque en somme, d’une région administrative.

Yvon Ollivier

auteur

Voir aussi :
6  2  
Cet article a fait l'objet de 1666 lectures.
logo
Yvon OLLIVIER est juriste, auteur de l'ouvrage "la désunion française essai sur l'altérité au sein de la République" ed l'harmattan 2012 et membre de la coordination des juristes de Bretagne blog associé desunion-francaise.over-blog.com
Voir tous les articles de de Yvon Ollivier
Vos 19 commentaires
Kristof Bach-Bourdelier Le Mardi 16 janvier 2024 08:43
Merci pour cet article ¬tous_nos_maux : Certes - Il y en existe quelques autres, aussi - Un podcast interessant a ecouter sur 'France Culture' en ce moment >>>https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/serie-sur-les-traces-du-front-de-liberation-de-la-bretagne-une-histoire-du-terrorisme-breton<<<
(1) 

Yannig Coraud Le Mardi 16 janvier 2024 10:18
Merci Yvon pour cette brillante analyse.
Elle nous permet de se poser la question individuellement et personnellement en toute conscience et connaissance de savoir qui je suis!
Je me suis un jour demandé suis je breton suis je français ? Question importante à se poser .
La réponse est bien souvent une fuite : breton et français ou français et breton.
Il faut choisir l’un ou l’autre et pas l’un et l’autre reconnaissons le cela devient plus difficile.
Je suis breton ou français
J’appartiens au Peuple Breton ou au Peuple Français
Je précise que c’est un choix très personnel qui ne dépend pas du tout de son origine
Un collègue m’avait dit un jour qu’il était breton du Finistère depuis le XVI eme siècle mais qu’il était d’abord français C’est son choix Un autre collègue d’origine malgache lui a répondu que lui se sentait breton mais pas français
Personnellement toute ma famille est originaire de l’actuelle département de Loire Atlantique du Pays de la Mee au vignoble breton nantais en passant par le Pays Guerandais
J’ai très longtemps voulu convaincre mes collègues élus à Saint Nazaire /Sant Nazer de l’importance de reconnaître la double appartenance franco bretonne de notre ville Je me suis fourvoyé car dans l’inconscient collectif la France le français et sa culture bourgeoise parisienne sont supérieurs à la Bretagne Le Breton et notre culture celtique.
Depuis je suis Breton Toujours Français Jamais et je ne me suis jamais senti si heureux
La découverte ou l’ignorance sans doute
Chañs bat d’an holl
(2) 

Anne Merrien Le Mardi 16 janvier 2024 12:36
Peut-être Madame Macé a-t-elle une expérience des festoù-noz, après tout. En tant que femme, j'évite les danses de couples au profit des seules danses collectives : une stratégie qui n'est pas la panacée pour ne pas être importunée en fest-noz, par quelques "attardés".
(0) 

Alain E. VALLÉE Le Mardi 16 janvier 2024 17:01
Tant parler de cette politicienne sournoisement jacobine à ce qui se déduit de ses propos rapportés en commission privée, est lui faire un trop grand honneur.
On observe ainsi que certains jacobins mènent comme une double vie. Une qui permettrait d'apparaître sur une liste de candidats aux élections et qui donnerait ensuite l'apparence d'un vrai rôle de V-Présidente déléguée à la culture en Bretagne ; Et une autre plus authentique mais habituellement cachée qui correspondrait à la pensée profonde consistant à minorer la culture bretonne.
Pourquoi pas puisque chacun est libre de ses contradictions tant qu'elles ne sont pas nuisibles aux gens ordinaires. Mais ce genre de grand écart fait habituellement perdre l'équilibre et finit vite par se faire négativement remarquer. Ce qui ne peut normalement être accepté par l'auteur de la délégation.
Pour contrer ces propos méprisants le mieux pour le Mouvement breton est de s' "attarder", plus et mieux encore, sur la promotion du patrimoine et de la culture bretonne.
La leçon de cette lamentable affaire est qu'avant de voter les Bretons fassent bien attention à préalablement repérer et démasquer l'insincérité.
AV
(2) 

TY JEAN Le Mardi 16 janvier 2024 18:03
Dans l'entretien au Télégramme(12/1/2024 ) l'écrivain Sylvain Tesson a parfaitement résumé la situation.
Extrait : " il est difficile, dans un pays jacobin et passionné de bureaucratie administrative,de conserver une spécificité.La France c'est l'amour de l'égalité.Si tout le monde dans ce pays pouvait ressembler à un parisien à chapeau mou attendant docilement l'autobus,nos maîtres seraient contents.Pour l'écossais ou le galicien....Il est plus aisé de conserver leur singularité "
..." La république grande dévoratrice,veut assimiler tout le monde à ce qu'elle appelle comiquement
ses valeurs "
(3) 

Kerbarh Le Mardi 16 janvier 2024 18:48
Il y a beaucoup trop de rénégats et de laches en Bretagne pour que le peuple et la culture bretonne puissent survivre face au rouleau compresseur jacobin.
(2) 
De Alain E. VALLÉE à Kerbarh Le Jeudi 18 janvier 2024 12:05
Via l'Education Nationale, la Culture, les Radios et TV, l'Armée, les Banques, les grands investissements, les co-financements, les recrutements, ..., l'État jacobin domine et contrôle tout et en particulier les carrières des gens ordinaires soumis à la fameuse obligation de réserve. AV
(0)
De Ronan Courtial à Kerbarh Le Mardi 23 janvier 2024 09:57
Iels ne sont même plus Jacobins, ce sont des mondialistes ( le vivre ensemble ). Ce sont les mêmes qui crachent sur le livre "Jean-Marie perrot" d'Yves Mervin ou sur SylvainTesson, qui rêvent d'être les assistés du 182 rue Saint-Honoré, qui versent une larme pour les pilleurs de banlieue mais qui détestent nos Paysans enracinés...
(1)
De Alain E. VALLÉE à Kerbarh Le Mardi 23 janvier 2024 11:07
"Le rouleau compresseur jacobin" n'est-il pas constitué du rôle des médias ainsi organisés, de celui de la fonction publique soumise à l'obligation de réserve où l'accès s'effectue par concours, des grands services publics dont les centres de décisions sont français, des co-financement où l'État pèse lourd, des transferts sociaux (chômage, maladie, retraites, ...)... L'intérêt bien compris de chacun est évidemment de n'y rien changer. AV
(0)

Pcosquer Le Mardi 16 janvier 2024 22:11
Le mot attardé qui est une résurgence de la première version du symbole! Il y en a eu deux déjà. Est-ce la troisième?
Ar ger "attardés" an hini eo a sav Ar goulenn da-heul: Hag ur merk a vestroni ouzh an dud vunud a vefe ar gunujenn-se evel ma oa bet steuñvet ar vezh, gwechall, ouzh hon tudoù kozh hag hon tud? Warlerc'hiet e oa pobl Breizh d'ar mare-se. Chom a ra e-maez eus an araokaat hiziv c'hoazh? Sell 'ta ar varnerez kaer o c'hoari ar memes taol fall a-benn tevel war sevenadur Breizh.
Ar c'hontrol bev eo itronez; un dra vat 'nag eo diouzh soñj ar paour-kaezh Yann e chomfe Breizh e-maez eus islonk doare bevañ ar c'huz-heol o vont da hesk. Dreist-holl pa weler penaos e ya a-dreuz ar gevredigezh broioù gornok. N'eus tra ebet a ya en dro en o bed diboell... N'eus ket mui eus an darempredoù etre an dud hag an natur... Nemet ar pennholierezh a gont dezho c'hoazh hag adarre! Gast! penaos 'ta! Ha me o grediñ e oa an natur kavell ar mab-den! N'eus ket gwall zoujañs kenebeut etre an dud rak an hinnienelouriezh o ren e Bro C'hall! Disorc'hoù ideologiezh Bro C'hall eo! N'eus ken met an arc'hant a laka ar c'halonoù da dridal ha me da soñjal e oa c'hwez an avel ha tonnioù trouzus ar mor a zegase kevrin ar bed-all... Gwelloc'h eo din chom bev dre spered ar vro eget dre urzh an emlazh. Evurus on me: fromus eo treuzkas ar yezh d'am mab yaouank , selaou sonerezh a nij kuit dre ma red e vizied ouzh kerdin an delenn,, sell ouzh strollad tud o tañsal ur gavotenn o reiñ kement a nerzh din ... Chañs am eus bezañ Breton ! Kalon deoc'h holl ha bloavezh mat!
(2) 
De André Gilbert à PcosquerLe Samedi 20 janvier 2024 16:57
Je suis né à St Malo et habite en Mor Bihan,mais n'ayant , malheureusement jamais appris le Breton " je ne peux comprendre votre réaction et c'est sans doute dommage , pensez à nous simples monolingues une question pour ABP ,une traduction simultanée est elle possible , ou existe t elle ? cela inciterait , peut être , à visualiser d'avantage de textes en Breton
(2)

JJGOASDOUE Le Mercredi 17 janvier 2024 09:50
Pour Frère Marc de Landevennec dans le village de Quillien à Argol nous en étions " toujours au sixième siècle " . Je sentais que pour lui c'était un hommage à la noblesse naturelle des paysans de Bretagne. Marie-Jeanne et Paul Ely , 9 enfants 25 petits enfants, n'avaient pas le droit de nous parler en breton. Ils ne nous ont jamais parlé en français, sans doute par résistance à la barbarie française. L’enfer est privation d’histoire ( Lebesque) .. guérir c'est enseigner l'histoire et la dignité ( Grall). A galon.
(0) 

Jean-Luc Laquittant Le Mercredi 17 janvier 2024 11:22
D'assent o Kerbarh ! D'accord avec Kerbarh !
(0)  Envoyer un mail à Jean-Luc Laquittant

Al Coin Le Dimanche 21 janvier 2024 13:32
Donner tant d'importances aux "inutiles", ne mérite vraiment pas de s'attarder davantage !
Ces "inutiles" pris beaucoup trop souvent au sérieux , tant ce sérieux l'est si peu, non seulement comme modèles politiques, mais comme une norme acceptable électoralement, sans les soumettre à des examens préalables de compétence, ou sinon s'inquiéter d'un minimum intellectuel (intelligent) de leur part, oui cela peut confondre absolument!!!Ne nous attardons pas!
Il faut s'attarder aussi à l'échelle planétaire pour juger de la gravité existentielle globale et actuelle à tant s'attarder dans les divagations mentales, que sont sans vergogne, ces idéologies et religions, qui toutes enferment!
Sur les niveaux même de ceux qui mettent en avant toutes ces masses de charlatans , les élisent, et chantent leurs victoires électorales illusoires!
Heureux les simples d'esprit "élus" profiteurs, qui trouvent et ont dans des peuples tant "d'électeurs-turfistes" qui s'attardent tant dans l'inutile! Chantant si souvent des "on a gagné", qui ré(rai)sonnent comme des tonitruants "alléluia" des déserts...
(0)  Envoyer un mail à Al Coin

KLG Le Lundi 22 janvier 2024 12:50
En parler autant, cela devient pénible...
Les mêmes qui nous appelleront à voter pour la 8954 ème fois pour la Liste Divers PS aux prochaines échéances électorales.
(2) 

Naon-e-dad Le Mardi 23 janvier 2024 11:54
.1
« Cette psyché de la hiérarchie des langues et cultures exprime un « racisme civilisationnel », qui peine à s’avouer »
.
Pour une première remarque, la réponse (ou le constat plutôt) me parait assez simple.
.
C’est l’ignorance des langues en général et de la langue bretonne en particulier qui est sous-jacente à cette stupide psyché politico-administrative. Or, le « Prince » ne peut proclamer : « je suis ignorant et j’en suis fier », sauf à passer pour le dernier des abrutis. En gros, c’est pourtant ce que font les adversaires de la langue bretonne, et il semble bien que la vice-présidente à la Culture soit dans ce triste camp, celui des naufragés de la Culture….
.
Aux acteurs de la culture, il nous faut dire : Interrompez la pente glissante « dé-civilisationnelle », en acceptant la culture séculaire bretonne (parmi d’autres) vous reprenez le train de la « civilisation », à quoi nous sommes tous attachés (j’espère)…Et en tout cas, vous laissez les gens qui s’y reconnaissent (bretons ou non) s’épanouir et vivre plus heureux...
.
.2
« peut-être aussi que nombre d’entre nous ont intériorisé l’infériorité congénitale et « régionale » de notre propre culture »
.
Pour cette deuxième remarque, concernant l’intériorisation, le diagnostic est sans doute plus individuel.
.
Une personnalité suffisamment solidement construite pourra être navrée jusqu’à la colère de ce prétendu statut d’infériorité infligé de force à la langue bretonne (ou aux autres composantes de la culture bretonne). Cette prétendue infériorité est au fond un « mensonge »… Les mensonges ont certes la vie dure (il n’est que de regarder l’exemple poutinien en Russie), mais ils finissent par s’effondrer. Nous sommes donc dans une course contre la montre : dans l’attente du changement de regard des autorités politiques françaises sur les cultures minoritaires (nées à travers l’Histoire, dans un territoire circonscrit), il faut du côté des défenseurs maintenir et développer cette culture bretonne (la langue bretonne au premier chef, qui touche à la tête et au cœur, et ses autres composantes - danse, musique, etc…- qui touchent au corps et au cœur). Maintenir cela comme un acte d’estime envers le passé, un acte de confiance envers l’avenir, un acte de bienfaisante jouissance du moment présent.
.
Sachant qu’il y aura toujours des pisse-vinaigres. Madame « la Vice-Présidente déléguée à la culture en Bretagne », il est encore temps de choisir votre camp, celui que vous êtes censée représenter. Ne tardez pas à le faire. Vous n’en mourrez pas, gageons même que vous en vivrez mieux. Dites-nous, montrez-nous que vous acceptez que la Bretagne vive. Ou alors, cédez la place.
.
A-wechoù am eus keuz nompas bezañ ken ampart e brezhoneg ha e galleg. Pegen fur, pegen eurüs (dre o yezh karet) e oa hon beizanted a-wechall e Breizh. « Dalc’hit soñj ez out den », setu titl ul levr a vrud vat. Bezañ den. Posubl eo e brezhoneg ivez, kement hag e forz peseurt yezh. Ha dre sevenadur Breizh : dañs, sonerezh, hag all…
(2) 

Jack Leguen Le Mardi 23 janvier 2024 23:27
(1) 

Jack Leguen Le Mercredi 24 janvier 2024 00:21
Ben j'aime ces attardées !
(5) 

Burban xavier Le Mercredi 24 janvier 2024 15:33
Doanik eo da glevout an dilennidi da lared traoù evel-se , an tonioù , ar c'horoll , ar sonadeg , ar sonnerezh zo bevet a-drugarez an dud ampart gant leun a fromoù en o enne kaer !
Setu perag , reont -int , ar sonerien , ar ganerien ar sevenadur e Breizh c'hoazh , ur bochad tud a zo o vont da zansal gant blijadur dezho , lirzhin b'a festoù noz e Breizh a -bezh bep dibenn sizhun , ar gevredigezh en hon tiriad ne c'hell ket da dremen hep abadennoù plaen !
Ret eo da Vretoned da gas kuit ho pozioù d'hon speredoù " chez les attardés " !
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 2 multiplié par 9) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons