Élection présidentielle 2e tour : deux scénarios pour un vote

-- Politique --

Communiqué de presse de François Alfonsi
Communiqué de presse de

Publié le 20/04/22 21:27 -- mis à jour le 21/04/22 08:59

Pour désigner le chef d’Etat d’un pays, le mécanisme d’un second tour d’élection, entre les deux candidats arrivés en tête au premier tour, qui est la base même de la cinquième République, n’existe qu’en France. Selon que l’un ou l’autre l’emporte dimanche prochain, l’avenir prévisible se déclinera alors de façon très différente.

Dans les autres démocraties connues, le plus souvent, c’est le régime parlementaire qui prévaut. Ainsi, en Allemagne, en Italie, en Espagne, aux Pays Bas, en Grande Bretagne, et dans la presque totalité des pays d’Europe, le Chef d’Etat, souvent appelé « premier ministre », est issu d’une majorité parlementaire préalable. Légèrement différent est le cas des USA où le Président est élu lors d’un scrutin où, cependant, une « démocratie territoriale » s’exprime par le jeu des délégués qui sont élus Etat par Etat, apportant un correctif. La France seule élit son Président de façon aussi directe.

Autre différence notable est la puissance institutionnelle de ce Président, supérieure par exemple à celle d’un Président américain dont la toute-puissance est contrebalancée par les pouvoirs des gouverneurs des 51 Etats Unis d’Amérique. En France, depuis De Gaulle, les pouvoirs se sont progressivement concentrés entre les mains du locataire de l’Elysée, inamovible durant tout son mandat, alors que son premier Ministre, responsable devant le Parlement, est devenu au fil du temps un simple « collaborateur » selon l’expression employée par Nicolas Sarkozy il y a une douzaine d’années. Dans les démocraties européennes, le « premier ministre-chef de l’Etat » peut être renversé à tout moment par le Parlement. Le Parlement français, élu dans la foulée immédiate de l’élection présidentielle, est prévu pour apporter une « composition conforme » au vote survenu deux mois plus tôt lors de l’élection du président de la République. Et de toutes façons il ne peut que renverser le premier ministre.

Dans ce schéma de pouvoir très présidentiel, qui deviendra Président a donc mécaniquement une influence démesurée sur l’avenir. Rarement le jeu n’a été aussi ouvert et les deux candidats ont des chances réelles d’être vainqueur le soir du 24 avril.

Scénario 1

Emmanuel Macron l’emporte. Les élections législatives seront ensuite déterminantes. S’il retrouve aisément une majorité de godillots telle qu’il l’a obtenue en 2017, la continuité est prévisible. Or l’effondrement des appareils politiques traditionnels du PS et de la droite lors de ce scrutin a désarmé les groupes d’opposition actuels dont les élus sortants disposaient d’une certaine base électorale. Beaucoup se rallieront, surtout à droite, pour assurer leur réélection. On voit mal le Rassemblement National contester ce scénario. La Corse a réussi grâce aux mobilisations provoquées par la mort d’Yvan Colonna à figurer à l’agenda du début de la deuxième mandature d’Emmanuel Macron. Le dialogue promis sera-t-il tenu, et les objectifs espérés atteints ? Aura-t-il entendu le vent du boulet qui a menacé sa réélection ? Aucune certitude, dans un sens ni dans l’autre.

Scénario 2

Marine Le Pen l’emporte. La vague soulevée peut alors aller loin. Pas plus que le PS ou la droite, LREM, le parti de Macron, ne peut espérer grand-chose aux législatives une fois ce dernier hors de l’Elysée. La frénésie de la victoire Le Pen va alors déchaîner les dérives les plus dangereuses, pour les droits de l’Homme, pour l’Europe, pour les droits des femmes, pour les victimes de racisme, … et pour la Corse ! Sans compter les dangers de sa proximité avec Poutine dans le contexte de la guerre en Ukraine.

Avec Marine Le Pen la France évoluera selon une trajectoire d’extrême-droite, dont la caractéristique la plus prévisible est un nationalisme français intransigeant à l’encontre de tout ce qui remet en cause leur vision de la France « une et indivisible ». La Corse ne pourra qu’y perdre.

Ce communiqué est paru sur François Alfonsi

Voir aussi :

0  0  
mailbox
imprimer
logo
Membre de Femu a Corsica et préside depuis 2014 l'Alliance libre européenne (ALE). Élu une première fois député européen le 7 juin 2009, Il est de nouveau élu député européen le 26 mai 2019, sur la liste Europe Écologie Les Verts.
Vos 5 commentaires
Rafig e Breizh
2022-04-21 13:03:40
Perso en tant que breton du 44, je n'attends rien de ces 2 nationalistes français.
"Si" Macron l'emporte (le scénario est déjà écrit) ce sera la continuité de l'Etat jacobin avec ce président qui n'écoute personne et ne connaît que les sujets financiers. Il n'y entend rien à l'écologie, ni au régionalisme = fédéralisme.
Il à 60-70 ans d'âge effectif.
Si LePen gagne, on se dirige vers une démocrature à la Orban avec une présidente tenue par Poutine. Avec des lois qui nous sortent progressivement de l'Union Européenne . Le néant dans 5 ans.
Voilà ce que la République française est capable de nous sortir de ses institutions ! Des candidats médiocres sans esprit démocratique et fédéraliste ... rien à voir avec la démocratie Allemande et ses politiciens de qualités issus des landers politiquement actifs.
(1) 
KLG
2022-04-21 14:41:13
Tout le monde parle de danger avec la Russie, pour l'Ukraine etc. Or, quelle est la responsabilité de Le Pen dans la situation actuelle au juste ??
Qui reçoit à plusieurs reprises et en grande pompe Poutine malgré les atteintes aux droits de l'homme, aux meurtres, assassinats, occupation d'une partie de l'Ukraine, de la Moldavie et de la Géorgie ?
Combien de voyages pour Emmanuel Macron en Ukraine pendant son quiquennat ?
Qui est le mentor de M. Sholz ?? M. Shroeder, vice-président de Gazprom et ancien chancelier allemand.
La liste est longue, Mme Merkel a aussi une responsabilité colossale (kolossal) dans la situation actuelle.
La Hongrie mène une politique somme toute assez proche de celle de la France concernant la Russie.
(1) 
Kerbarh
2022-04-21 20:20:36
Malheureusement aucun Président n’est capable de
de casser le monstre jacobin car il y a tant d’emplois qui en dépendent. Il faudra attendre une crise majeure.
(3) 
Yann L...
2022-04-22 16:46:59
Sauf erreur de ma part, en Europe, hors de France, c'est bien le 1er ministre qui est Chef du Gouvernement et leader réel du pays. Mais, il n'a pas le titre de "Chef de l’État".
En ce qui concerne la Russie, les Européens et, notamment, les Allemands ont cru la paix possible après la chute du communisme. Je dois avouer que, jusqu'en 2014, j'y croyais aussi.
OF d'aujourd'hui cite Marine LE PEN. Selon elle, "le breton n'a pas sa place à l'école".
(0) 
Anne Merrien
2022-04-22 20:27:19
Dans le dernier Télérama, à l'occasion du second tour de la présidentielle, quelques réflexions de Madame Ariane Mnouchkine, patronne du Théâtre du Soleil.
Elle regrette que la gauche ait "cessé de parler de province pour parler de territoires (...) un monde brisé en une infinité de groupes, tous plus narcissiques les uns que les autres". La dichotomie Paris/province n'est-elle pas le comble du narcissisme parisien ? Sans être une panacée, "territoires" échappe aux références de l'administration militaire contenues dans "provinces" (vaincre) ou "régions" (régiment).
Plus tôt, il était question de "notre Constitution, qui reste un modèle pour les démocraties du monde" alors que la RF ne se classe qu'au 22e rang mondial en matière de gouvernance démocratique (je ne sais plus exactement de quel classement il s'agit).
Elle fustige les inégalités de ressources entre les personnes, mais ne relève pas que 70 % du budget de fonctionnement du ministère de la Culture soit alloué à la gestion de dix monuments parisiens.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 7 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.