"Le plus gros bénéficiaire de la PAC, c'est Doux"
Conference debat

Publié le 4/06/12 15:33 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Une force et une fragilité dénoncées par Jean-François Piquot vendredi.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Malgré une chaleur accablante dans la petite salle des mariages d'Arzano, son chapeau noir reste vissé sur son crâne. Une petite bouteille d'eau et le conférencier repart. Ce sera une heure de chiffres, de comparaisons avec d'autres pays européens, et un débat passionné avec la salle. Il s'y connaît le bougre, a réponse a tout, alors qu'il avoue n'être ni un scientifique ni un agriculteur. C'est un homme de dossiers qui compile les rapports, qui sait lire les imposants compte-rendus, les statistiques, et les propositions.

La Bretagne a mal à son agriculture et à ses eaux de surface et souterraines. Mais les solutions existent et l'Europe en a assez de subventionner une agriculture extrêmement polluante qui ne peut à terme qu'engendrer des conséquences désastreuses.

Il dénonce le milliard de taxes fiscales qui ne seront pas reversées à l’État, les 500 hectares d'oléagineux de Xavier Belin, président de la FNSEA et qui fait 5 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Et les 55 millions d'€ reçus par Doux au titre de la politique agricole commune; le groupe agroalimentaire est le plus gros bénéficiaire français de la PAC. En fait le consommateur finance cette débauche d'argent pour au bout du compte débourser encore quand il devra boire une eau traitée par une haute technologie sans laquelle l'eau ne serait pas potable. Et les coûts de traitement de l'eau en Bretagne sont exorbitants.

Nous diffuserons sur l'Agence Bretagne Presse une grande partie de sa conférence, car aujourd'hui cette information est difficile à obtenir. L'agriculture est en difficulté, et ce ne sont pas les agriculteurs qu'il faut condamner mais bien un système qui se moque des problématiques de santé publique et des hommes au profit d'une logique économique qui profite à une poignée d'individus.

La chaleur diminue dans la salle. Les dix agriculteurs présents continuent à échanger. Et dans la rue, les derniers participants refont le monde : traction animale ? Permaculture ? Autonomie ? Puits ou eau de pluie ? Autosuffisance alimentaire ? Que ce soit de l'Europe, ou des locavores, des créatifs culturels, un petit vent de renouveau soufflait après la conférence de Jean-François Piquot...

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Youtubeuse, docteure d'Etat en breton-celtique à l'Université Rennes 2 / Haute Bretagne, enseignante, militante des droits humains à Cent pour un toit Pays de Quimperlé, des langues de Bretagne avec Diwan, Aita, GBB, ...., féministe, enseignante, vidéaste, réalisatrice, conteuse, chanteuse, comédienne amateure, responsable depuis vingt ans du concours de haikus de Taol Kurun, des prix littéraires Priz ar Vugale et Priz ar Yaouankiz, ...
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 1 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.