À Lorient : La liberté, la musique, et la culture, pas la peur !

Lisardo Lombardía, directeur du Festival Interceltique de Lorient
Lisardo Lombardía, directeur du Festival Interceltique de Lorient
Lisardo Lombardía, directeur du festival de Lorient, introduisait le concert de clôture samedi dernier par ces mots au port de pêche devant 8.000 personnes.

Des check points à chaque accès à la ville, un régiment, des policiers avec des armes : Lorient était "sécurisée" pendant toute la durée du festival.

Pas d'attentat, mais une pression importante.

Certains diront que la relative baisse (700.000 au lieu de 750.000) de festivaliers, alors que la recette, elle, ne baisse pas, est due au contexte de crise que vit la France.

Grâce à un budget à ce jour inconnu, le festival a pu déployer de très importants dispositifs de sécurité. La "gay pride" de Gourin (voir ABP 40639) n'avait pas le budget pour maintenir la fête, et d'autres événements également.

Comment font les plus petits festivals, comme Rostrenen, par exemple, pour répondre aux normes demandées par le préfet ?

Voir aussi : \"Un nationalisme civique non ethnique\" par Kerne Multimédia
Voir aussi : Plas ar brezhoneg er festival : n'eo ket re fall ! par Kerne Multimédia
Voir aussi : Le whisky pour les nuls, première leçon par Kerne Multimédia
©agence bretagne presse

.
mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer

Auteur de l'article :

Fanny Chauffin

Docteure en Breton-Celtique à l'Université de Rennes 2 et au groupe Ermine-CRBC, enseignante au lycée Diwan. Autres sites : Tv bro Kemperle et Tvlise Diwan Karaez. Contributrice à l'ABP depuis 2005 : des centaines d'articles, des centaines de vidéos en français, comme en breton.

Vos commentaires :

Écrire un commentaire :

Combien font 4 multiplié par 2 ?

Publicités et partenariat