"La Clémence de Titus" l'opéra entre passion et trahison joué à Rennes

-- Culture --

Reportage photos
Par Agnieszka Misiura

Publié le 2/03/20 23:55 -- mis à jour le 03/03/20 08:20

L'opéra de Rennes va présenter cette semaine la dernière œuvre de Wolfgang Amadeus Mozart : La clémence de Titus  sur un livret de Métastase de 1791.

Écrit sur commande en 18 jours, cet opéra est moins connu que les autres. Il fut joué pour célébrer le couronnement du roi de Bohème, Léopold II.

L'histoire se situe à Rome, entre 79 et 81 après J-C.

Dans le spectacle, le roi de la ville, Titus est amoureux de Bérénice, fille d'Agrippa, roi de Judée et souhaite l'épouser.

Néanmoins, pour son pays, il choisit plutôt une épouse romaine, Servillia.

Parallèlement, deux comploteurs veulent assassiner l'empereur. Ce ne sont autre que Vitellia et son soupirant Sesto, un ami de Titus.

Vitellia est la fille du roi. Titus lui a usurpé le trône et elle rêve de devenir impératrice.

Sesto met le feu dans la Capitale, il essaye d'assassiner Titus mais ce dernier échappe à la mort.

Le responsable de ce coup d'Etat est reconnu coupable et condamné par Sénat à la peine de mort.

Le roi, après une longue conversation avec Sesto, décide, au nom de l'histoire, de déchirer l'acte de condamnation.

De son côté, Vitellia, qui était rongée par les remords, a avoué son implication dans le complot.

Dans cette situation, que va faire le roi ? Les deux traîtres vont-ils devenir l'objet de sa clémence ?

La mise en scène est confiée à Pierre Emmanuel Rousseau. Les décors et costumes sont fantastiques. Les personnages de femmes sont très présents, le metteur en scène les a mis en valeur.

On peut même dire que le personnage de Vitellia est au centre de l'action. Idem pour le personnage de Sesto interprété par une femme.

Dans le rôle de l'ambitieuse et dominante Vitellia, on a pu admirer Roberta Mameli qui nous a charmés avec son magnifique soprano. Cette artiste est capable d'interpréter ses rôles comme une vraie comédienne.

José Maria Lo Monaco nous a enchantés dans son interprétation de Sesto, le traître malheureux.

Les costumes et décors, qui ont été fabriqués dans les ateliers de l'Opéra de Rennes et d'Angers, sont uniques et spéciaux : le palais du roi est en marbre noir et blanc, comme les costumes.

Le contraste des couleurs symbolise la pureté et le trahison.

Quand Vitellia avoue sa culpabilité, elle essaye d'enlever son rouge a lèvres, rouge comme le sang qui a coulé pendant l'incendie.

La direction musicale de ce spectacle a été confiée au très talentueux Nicolas Krüger qui a dirigé l'Orchestre Symphonique de Bretagne.

L'opéra se joue en deux actes, chantés en italien et sous-titrés en français.

Il va être proposé à Rennes aux dates suivantes :

2 mars à 20h

4 mars à 20h

6 mars à 20h

8 mars à 16h

Les tarifs vont de 5 à 55 euros.

mailbox imprimer
Journaliste-photographe ABP pour Rennes

Vos commentaires :

ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 5 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.