Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Chronique -
"Chroniques d'un peuple oublié" : retrouver l'espoir !
Il faut arrêter de mentir aux Bretons et affronter enfin la situation dramatique de nos langues pour trouver le ressort de mettre en oeuvre un plan Marshall pour les sauvegarder. Les formations politiques parisiennes feront toujours primer les intérêts du système sur les intérêts fondamentaux de la Bretagne. Il est temps pour les Bretons de prendre en main leurs affaires. La liste "Bretagne ma vie" est la seule véritable alternative aux forces du système.
Yvon Ollivier pour ABP le 15/03/21 13:20
51944_2.jpg
...

Dans quelques mois, les élections régionales se tiendront en Bretagne. Comme d’habitude, on y parlera de tout sauf des vrais problèmes que nous affrontons.

Pendant des années, j’ai écrit ces chroniques dans l’espoir de faire bouger les lignes, de démasquer le système juridico-politique français dans ce qu’il pouvait avoir de redoutable pour nous. Le peuple breton est un peuple oublié du droit, des Pouvoirs publics, mais aussi et surtout de la plupart de ses élus. Lorsque ceux qui devraient se battre comme des chiffonniers pour émanciper la Bretagne sont devenus des politiciens professionnels sous contrôle de leur formation politique parisienne, que pouvons-nous espérer ? Nos élus à la région Bretagne n’ont plus d’autre rôle que de donner leur caution démocratique à un système qui s’éloigne de plus en plus de la démocratie, car c’est la technocratie omnipotente qui décide de tout.

Le peuple breton ne contrôle plus rien de lui-même. Et ce n’est pas l’intérêt des Bretonnes et des Bretons que de voir leur identité s’effacer peu à peu.

Notre culture maritime et nos langues sont en perdition. Depuis quelques années, avec mes camarades de « Bretagne majeure » et de « Breizh Impacte », nous nous efforçons de mettre enfin dans le débat public l’échec de la politique linguistique menée par la région Bretagne. En pure perte ! Nous avons interpellé le Président de la région, Chesnais-Girard. Là aussi, en pure perte. Il a mieux à faire que de nous répondre.

Pourtant les chiffres sont là et nous disent que nous sommes les plus mauvais, que la langue bretonne va disparaître dans quelques décennies tandis que le basque et le corse seront sauvés. Et nos élus socialistes nous disent que « nous sommes sur le bon chemin » ! Leur seule riposte est de rejeter la balle dans le camp de l’Etat, alors qu’ils participent de ce même système politique, via leur formation politique parisienne. Ceux qui n’ont pas même l’idée de consacrer 1% du budget de la Région à la sauvegarde de leurs langues n’ont de leçon à donner à personne.

Pourquoi mentir aux Bretonnes et aux Bretons ? Je ne supporte plus ces mensonges car nos compatriotes méritent beaucoup mieux que cela. Qu’on leur dise enfin la vérité, car c’est l’unique manière de prendre conscience de la situation tragique dans laquelle nous nous trouvons et de consentir aux efforts qui s’imposent si nous voulons sauver nos langues et les fondamentaux de notre identité. Dans vingt ans, si nos langues sont mortes, il faudra demander des comptes aux élus qui sont aux commandes aujourd’hui, de n’avoir pas su éviter ce qui n’est rien d’autre qu’un crime contre l’humanité.

L’idée de la nécessité du plan Marshall, que nous défendons depuis plusieurs années déjà, pour sauver nos langues, commence à investir le débat public et c’est une bonne chose. Le Conseil culturel de Bretagne le réclame désormais.

Il faut une véritable ambition pour nos langues et des objectifs clairs , loin des « faciliter » ou « tenir compte de » qui peuplent encore les revendications bretonnes pour la manifestation du 13 mars dernier et qui veulent rien dire.

Daniel Cueff et la liste « Bretagne ma vie » ont décidé de mettre en œuvre ce plan Marshall dès l’élection à la région Bretagne. Ce n’est pas un hasard si la seule liste qui défend la Bretagne soit celle qui a germé de l’esprit de Bretonnes et de Bretons soucieux de s’engager en dehors des formations politiques parisiennes.

Les formations politiques parisiennes nous abreuvent de promesses, mais elles ne sont que le miroir du centralisme français et le meilleur outil de notre aliénation politique et culturelle.

Daniel m’a fait la gentillesse de préfacer cet ouvrage et je l’en remercie.

L’histoire de la Bretagne n’est qu’une longue suite d’occasions manquées. Mais l’échec n’est pas inscrit dans nos gênes. A chaque génération, des hommes et des femmes ont su relever le flambeau. Grâce à eux, la Bretagne est encore là aujourd’hui.

Ceux qui se lèvent aujourd’hui dans l’esprit du Celib, avec Daniel Cueff, ont pour volonté de tracer le chemin du renouveau pour notre économie, notre environnement, notre maritimité, nos langues et notre culture. Ils ne dévieront pas de leur route pour faire plaisir à leurs amis politiques, pour assurer leur carrière, ou pour obéir à la direction centrale du parti à Paris !

La réunification ? Ils la feront, tranquillement. Elle tombera comme un fruit mûr, car ils ne fléchiront pas comme le firent les députés PS à l’Assemblée nationale en 2015.

La décentralisation ? Ils mettront en œuvre une nouvelle gouvernance qui rappellera à tous que le Pouvoir vient de la base.

La Bretagne est en train de sortir de l’Histoire. Elle n’est plus qu’une variable d’ajustement au service de Paris, de tous les grands lobbies et autres réseaux de pouvoir. Mais il nous reste les mots, la volonté d’être et d’agir. Ce n’est pas de pâles gestionnaires dont la Bretagne a besoin mais d’un capitaine au long cours pour reprendre le large.

L’humanité a besoin de la Bretagne, car la résistance des peuples est l’unique manière de préserver notre planète du chaos que l’on doit à la folie souverainiste des Etats nations. Nos vieux peuples recèlent un rapport au monde et un lien viscéral avec leur terre et cadre de vie qui pourraient encore sauver l’humanité.

Plus que tout, il nous faut retrouver l’espérance. Le discrédit du politique est à son maximum tant nos concitoyens doutent de la signification de leur vote. Qu’ils votent PS/Verts/Macron, ils savent trop bien que les mêmes se partageront le Pouvoir au second ou au troisième tour des élections régionales et que rien ne changera. Ils sont de plus en plus nombreux à se réfugier dans le nihilisme de l’extrême droite pour rejeter le système, quand bien même ce vote signifierait la disparition de la Bretagne politique. La haine ne réfléchit pas !

Dans cet ouvrage, j’ai cherché à éclairer la pente néfaste que suit la société française. A force de rejeter la diversité, de trouver le salut dans le contrôle de la population au mépris des libertés, nous glissons progressivement vers le moment de crise ultime, où l’extrême droite prendra le pouvoir, comme l’aboutissement naturel de tous ces renoncements.

Face à cette lente dérive, il ne tient qu’à nous, Bretons, de réagir. Ce n’est pas dans le suicide collectif que nous trouverons la solution à tous nos problèmes, mais par la raison qui nous commande de reprendre en main nos affaires trop longtemps délaissées aux formations politiques parisiennes et à leurs politiciens professionnels.

L’espoir réside aujourd’hui dans cette poignée de femmes et d’hommes qui veulent redonner ses lettres de noblesse à la politique, celle qui consiste à répondre aux grands défis de l’heure par la mise en œuvre de politiques ambitieuses et courageuses. Grâce à eux, les Bretonnes et les Bretons disposent d’une véritable alternative aux forces du système. Comme toujours, il suffit de vouloir !

Yvon Ollivier

auteur

Voir aussi :
logo
Yvon OLLIVIER est juriste, auteur de l'ouvrage "la désunion française essai sur l'altérité au sein de la République" ed l'harmattan 2012 et membre de la coordination des juristes de Bretagne blog associé desunion-francaise.over-blog.com
Voir tous les articles de de Yvon Ollivier
Vos 9 commentaires
Kerbarh Le Lundi 15 mars 2021 22:01
Je pense que le salut du peuple breton ne viendra pas d’un combat qui n’aurait pour seuls objectifs la réunification ou La Défense de langue bretonne. Le premier combat doit être de pouvoir gérer nos affaires nous mêmes pour le bien des bretons. Le reste suivra une fois la preuve des bienfaits de l’autonomie pour la Bretagne
(0) 

thomas Le Mardi 16 mars 2021 03:10
Mais monsieur, le président de la région administrative bretagne a déjà répondu. Sa "famille politique" c'est le socialisme, les bretons ne sont qu'un faire valoir pour avoir un peu de pouvoir.
De plus, pensez vous que cet élu va mettre en péril sa rente, il en va de même pour les multiples fonctionnaires ( état, hospitalière, territoriale) car le poids politique de ces intérêts économiques dépassent souvent l'identité même si cela n'empêche ces obédiences d'être très actives pour favoriser tel ou tel candidat et surtout protéger leurs intérêts qui sont toujours franco-nationaux. Sans compter les nouveaux arrivants qui veulent se faire une place.
Ainsi pour reprendre certains mots, l'"appartenance à la Bretagne n'est en revanche qu'une qualité facultative" qui est souvent rendue visible pendant les élections...après les affaires reprennent...
Sauver la langue bretonne est bien louable mais est- ce que cela remplit l’assiette ? Le sujet de l'écotaxe est revenu sur le tapis et cela semble être une préoccupation qui devrait être d'importance car le sujet de l'énergie va de pair avec l'économie et l'écologie. On peut citer d'ailleurs les projets d'éoliens(durée de vie 20 ans...) qui ne sont que la continuation d'une politique industrielle avec de bons gros contrats juteux qui permettent d'arroser tout le monde et surtout les futurs électeurs....En tout cas, pour le moment, la Bretagne importe la majorité de son électricité et aucune solution n'est mise en avant pour résoudre ce problème.
La république a beaucoup de courtisans et de sujets, la Bretagne beaucoup moins surtout quand on veut le beurre, l'argent du beurre. Cela est le même problème à l'étranger, lorsque le président de la république française enterrait l'idée dune région bretagne tout en caressant les cultures locales, le sang des nationalistes greco latins n'a fait qu'un tour. Il parle de l’Église catholique, la franc maconnerie se fige. Ainsi M. Cueff parle d'assemblée de bretagne, il va se faire honnir par les départements et par les rennais et peut être même les nantais.
(0) 

Krys44 Le Mardi 16 mars 2021 08:48
"Quand on veut tuer l'idée de nation , on commence par tuer la langue " , "Fighting for wales" Gwynfor Evans . Si sauver la langue bretonne n'emplit pas l'assiette , la laisser mourir l'emplira-t-elle davantage ?
Le problème de l'énergie est aussi celui de chacun , et la solution réside peut-être dans une consommation maîtrisée et revue à la baisse . Le chauffage solaire (qui fonctionne à la luminosité maintenant) remplace avantageusement le chauffage électrique installé un peu partout ici ! Le four solaire ...
L'Écosse mise sur l'éolien offshore et l'hydrolien .http://www.slate.fr/story/178308/ecosse-eolien-energies-renouvelables
Possible en Bretagne du fait de notre situation maritime .
Monsieur Cueff ne sera pas honni , mais subira sans doute des tentatives de récupération , s'il s'avère que nombre de Bretons adhèrent à ses propositions . Chacun peut d'ailleurs faire part de ses propositions et interrogations sur le site participatif de "Bretagne , ma vie"
(0) 

Emilie Le Berre Le Mardi 16 mars 2021 10:15
La Bretagne est comme le reste du monde occidental, occupée à s'empiffrer de crédits bon marché en espérant que le délir va repartir comme avant mais de plus bel. Espérant le bonheur par l'artifice, la technologie et, ne l'oublions pas, le bling bling.. Pour l'avoir déjà dit en début de covid, tout le monde attendait le vaccin comme le messie alors qu'il y avait un mendiant, là, qui tirait le manteau. Les marchands l'ont chassé.
Encore aujourd'hui tel un mantra, vaccin, vaccin, vaccin serait la seule porte de sortie. Focalisé sur les conséquences plutôt que les causes, ce mode de pensée ne résoud rien, ne fait que remettre à plus tard les véritables enjeux.
Remplacez l'artifice par le français, le bling bling par l'anglais et le breton par le mendiant et l'analogie fonctionne aussi.
Aujourd'hui, tout comme son agriculture, le breton est hors sol. Les flux qui pour l'instant les maintiennent en l'évitation ont déjà commencé leur reflux. Attention à la chute !
Si par le passé j'ai pu donner ma voix aux "verts", aujourd'hui pour moi ils ont souillé l'écologie.
"Bretagne ma vie" nourrit quelques espoirs. Car il est vrai, nous avons d'énormes atouts encore faut-il en avoir conscience. Je croise les doigts et peut être active au près de vous.
(0) 

Léon-Paul Creton Le Mercredi 17 mars 2021 10:13
Chronique d'un rêvasseur!
Heureux qui, comme Ulysse à fait un long voyage…De Charybde en Scylla, de Morphée à Pandore, d’Oubli en Espoir, la diagonale du vide des Bretons qui veulent et croient voyager vers leur/une BRETAGNE, mais certains ne sont que des Pénélope qui attendent et défont le peu de tapisserie, qu’ils n'ont jamais élaborée !
Un peuple n’est oublié que par lui-même ; et par ceux, extérieurs, pour qui il ne présente aucun intérêt ou qui sont ignorants que ce peuple existe, quelque part! Ce peuple est oublié, négligé, méprisé par ceux qui ne sont pas intéressés par lui son Histoire sa culture ! Par ceux qui ne peuvent que lui voir aucun avenir, tant le mal est fait qu’il s’est souvent ancré dans leur inconscient.
Il est un peuple oublié par ceux qui extérieurs, étrangers, veulent l’ignorer, qui s’en désintéressent. Un peuple qui ne fait pas partie de leurs préoccupations, pour des raisons, des objectifs et des intérêts propres et divers trop personnels!
Il n’est pas oublié par ceux veulent le détruire, le manipuler, l’exploiter, ni par ceux qui de et en son sein, de l’intérieur tirent un bénéfice aussi négatif soit-il pour le peuple en question! Ils l’ont trahi et s’en détournent. La plupart du temps ils retrouvent et parfois les surjouent ces quelques accents du terroir, et se servent soit de bribes de langue qu’ils ressortent de la naphtaline, et réutilisent seulement lors des élections dans leurs approches séductrices et trompeuses !
Et puis aussi le gallo qui cycliquement qui refait surface pour respirer, voilà encore un pseudo débat relancé plus ou moins régulièrement. Ne serait-ce qu’un leurre, de la cuisine au leurre?
Un leurre au bon sens du terme, c’est-à-dire un objet, plus ou moins sophistiqué comme un missile ou autre système, simple qui n’a pour seule fonction que de détourner des attaques, de l’intérêt pour des questions très dérangeantes que d’aucuns ne veulent par voir se développer ou s’approfondir, et qui, rêvons un peu des idées de prendre leur liberté, enfin disons, une autre Liberté?
Polémiques lancées par des personnes qui « prétendent » servir le débat, le combat breton, qui sont peut-être pas davantage que des leurres qui lancent des leurres ???
BRETAGNE ta mort ! Mais ma vie ?
Lorsque l’on a vu tant de slogans dans une existence de Breton, longue de bientôt 79 années, et qui ne sont restés que des slogans, des leurres, je pense que l’on a le droit, au vu des résultats et comportements, de dire convaincu en se tenant le menton, que plus rien ne tient la route décidément !
Quelle intérêt, quelle foi dans leur profession, peut-on encore trouver dans un assemblage de mots au sens plus qu’incertain ? Au sens succédant à tous les autres qui n’ont servi QUE, à placer ou maintenir quelques individus qui n’ont été d’aucun intérêt, d’aucune utilité, d’aucun effet bénéfique pour le pays et ses habitants ? Que l’on fasse, une fois pour toutes, enfin un beau bilan à 360 degrés sur la nature de ce qui s’est réalisé durant le siècle écoulé en Bretagne !
Sébastien Ar Balp réveille-toi sont-ils devenus fous ! Non, non ils vivent paisiblement, chichement des produits de la pêche au leurre, d’oubli et d’espoir…
(0) 

Kerbarh Le Mercredi 17 mars 2021 21:20
Le peuple breton n’est pas mort tant qu’il y aura quelques personnes qui , par exemple, manifesteront d’une façon ou d’une autre leur attachement indéfectible à la BRETAGNE
(0) 

Kerbarh Le Mercredi 17 mars 2021 21:20
Je pense que le salut du peuple breton ne viendra pas d’un combat qui n’aurait pour seuls objectifs la réunification ou La Défense de langue bretonne. Le premier combat doit être de pouvoir gérer nos affaires nous mêmes pour le bien des bretons. Le reste suivra une fois la preuve des bienfaits de l’autonomie pour la Bretagne
(0) 

penn kaled Le Jeudi 18 mars 2021 09:38
Kerbarh vous interpeler courageusement sur deux thématiques sensibles au risque de vous attirer les foudres .J'ajouterais aux vues des circonstances actuelles , le fait que la politique du gouvernement français dans la gestion de la crise du covid et ses conséquences désastreuse en Bretagne ,ne suscite pratiquement pas de réaction de la mouvance bretonne ,alors qu'il y a une certaine unanimité dans la population pour dénoncer le fait que la Bretagne est s injustement sacrifiée ,alors que si elle avait gérée cette pandémie de manière cohérente ,nous serions sortis d'affaire ,même le télégramme en est conscient . C'est une opportunité pour rallier la population à la cause bretonne ,jamais trop tard pour bien faire , d'autant que nous allons entrer dans la campagne des régionales .
(0) 

thomas Le Jeudi 18 mars 2021 10:26
@Krys44
En devenant enseignant dans l'éducation "nationale", cela l'emplira certainement
Vous avez parfaitement raison mais pensez vous que l'humain soit capable de se maîtriser ? Est -ce que cela n'en fera pas un terroriste pour le lobby militaro-industriel ?
Surtout qu'il y a d'autres intérêts en jeu (cf. le refus de la libre administration par la justice française de l'île de sein sur ce sujet)
Même si le solaire, l'éolien et l'offshore sont des solutions qui, si elles sont utilisées de manière raisonnable peuvent faire gagner un peu de courant, c'est pas la même équation. L'écosse c'est 10k de cotes, la Bretagne 2k sans compter qu'une grande partie est utilisée pour le commerce maritime.
Je peux vous assurer que si justement il fait un score correct et devient une menace pour ceux ayant des postes à rennes ou dans les chef lieu, l'ambiance sera plus que sportive.
Sachant qu'il y a tout à construire, niveau proposition c'est pas ce qui manque.
Comme le souligne, Emilie Le Berre, la logique actuelle est plutôt mal partie pour construire des choses pérennes.
"But I, being poor, have only my dreams;
I have spread my dreams under your feets ;
Tread softly because you tread on my dreams."
Yeats
Mais moi qui suis pauvre et n'ai que mes rêves,
Sous tes pas je les ai déroulés.
Marche doucement car tu marches sur mes rêves.
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 2 multiplié par 7) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons