"Bretagne, une terre sacrifiée", un documentaire ce soir sur France 5

-- Agriculture --

Annonce de France 3 Bretagne
Porte-parole: France 3 Bretagne Communication

Publié le 17/11/20 6:04 -- mis à jour le 17/11/20 06:04

Ce mardi 17 novembre, Le monde en face, présenté par Marina Carrère d'Encausse, diffuse le documentaire Bretagne : une terre sacrifiée réalisé par Aude Rouaux et Marie Garreau de Labarre. Le film questionne sur le modèle agricole de la région et sur ses conséquences.

mailbox imprimer

Vos commentaires :

Rafig du 44
Mardi 17 novembre 2020

"Bretagne, une terre sacrifiée"

- Ayant vu la bande annonce cela parlera de l'agriculture en "bretagne", trop de bêtes d'élevage ...

En tant qu'habitant du département breton de Loire-Atlantique, je me demande si nous serons inclus dans cette Bretagne sacrifiée ou nous aurons encore a faire à un reportage de "parisiens" qui ne se penchent que sur 1 ou 2 problèmes en Bretagne créés par le pouvoir centrale et les préfets de la République.

Merci de faire un commentaire d'après visionnage pour ceux qui ne pourront le voir.

AFB-EKB
Mardi 17 novembre 2020

Nous avons suivi avec attention ce documentaire très incisif.

Particulièrement mis en évidence le rôle nocif de Triskalia,la duplicité des instances étatiques françaises et à un moment donné le double langage de la présidence "régionale".

La représentante de la FDSEA 22 a été particulièrement nulle dans sa défense très maladroite de ses mandants déclinant, entre autres, sa "fierté de nourrir 60 millions de français" .sic

Un seul bèmol: présentation répétitive d'une carte de Bretagne réduite à 4 départements.

Tiern e peb Amzer

Emilie Le Berre
Mercredi 18 novembre 2020

Oui, toujours cet évangile de nourrir la planète ou la france, une façon de justifier des méthodes mortifères et de jouer sur les places financières avec le cours des matières premières sans avoir la moindre considération pour nourrir à l'échelle locale.

La bonne nouvelle est que le sort de ce système est déjà scellé. La mauvaise est que la Bretagne ne l'a absolument pas anticipé, ce qui veut dire famine. Désolé mais je n'ai plus envie de prendre des gants, trop longtemps les choses ont été dites de façon feutrée pour ne pas heurter le fragile mentale du consommateur qu'est aujourd'hui le breton.

Rafig
Mercredi 18 novembre 2020

Trugarez AFB-EKB pour ce compte rendu.

"présentation répétitive d'une carte de Bretagne réduite à 4 départements."

Voilà un travail d'enquête journalistique mal fait ! (en plus de rabâcher cette carte aux bretons)

On dénonce des problèmes d'agriculture

sans citer l'atteinte à l'unité du territoire breton qui est aussi un sacrifice de notre avenir.

bzh 5
Mercredi 18 novembre 2020

J'ai regardé ce reportage.

En 44, en référence à la petite carte bretagne (B4), qui est apparue qlq fois, nous ne sommes donc pas inclus.

Sujet intéressant et pas nouveau, ce reportage concernait surtout, le <22>.

penn kaled
Jeudi 19 novembre 2020

Que retenir de ce reportage ? La Bretagne massacrée dans tous les sens à commencer par la carte bien rabougrie au point que l'on pourrait se demander , si elle n'était pas même plus restreinte que les quatre départements .Les écologistes Bretons qui ont participé à ce reportage ,auraient au moins du exiger que l'ensemble de la Bretagne soit prise en considération .L'audience était loin d'être à la hauteur des enjeux et de la pub qui a été faite pour cette émission ,comme quoi on pourrait penser que l'opinion reste assez indifférente à tous ces problèmes .Bien entendu la dégradation de l'environnement ,et l'utilisation excessive des pesticides sont des problèmes majeurs de notre société de consommation ,cependant ce n'est pas spécifiquement breton ,des régions française et européennes sont bien plus concernées par les pollutions et concentrations animales ,allez faire un tour aux pays bas et dans le nord de l'Allemagne .Le contexte historique ,économique social des années 1950 n'a pas été suffisamment pris en compte pour expliquer pourquoi l'agriculture bretonne a buté sur le mur de l'environnement , le sommet est derrière nous vu le vieillissement de la population agricole ,mécaniquement le nombre d'animaux baisse et va baisser malgré des élevages hors sol de taille de plus en plus importante ,et c'est effectivement dommageable mais que vont devenir les activités en aval ,et çà va très loin ,s'il n'y a pas un minimum de volumes de production ?Ceux qui étaient des lanceurs d'alerte dans les années soixante dix,minoritaires à l'époque , n'étaient pas écouté pire mis parfois au ban de la société ,aujourd'hui c'est tellement facile dans l'air du temps de hurler avec les loups ..C'est en Bretagne que l'agriculture biologique se développe le plus actuellement ,tant mieux ,mais ,il n'y a pas non plus que des réussites dans ce domaine malgré que contrairement à ce que l'on dit ,hormis le maraichage ,il y a des aides assez importantes dont profitent parfois des opportunistes qui n'ont pas forcément la fibre environnementale . Le point fort de ce reportage ce sont les témoignages des personnes victimes des pesticides de part des négligences lamentable de trsikalia ,qui par ailleurs a été le bouc émissaire bien excessif de cette émission alors qu'il y a eu des acteurs économiques coopératifs et privés qui ont commis des fautes graves n par exemple lors de la période de l'ESB (vache folle ) ,de part l'utilisation des farines de viande dans l'alimentation animale .D'après mais renseignements les problèmes de l'élevage de Moustéru ne proviennent pas uniquement de l'aliment qui était frelaté .J'ai le sentiment que la présidente de la fdsea avit apprise sa leçon par coeur ,c'était sans conviction ,par contre tout n'était pas pas faux dans ce qu'elle disait sur les conditions de l'émergence des algues vertes notamment le rôle des phosphates .La Bretagne une fois de plus a été trainée dans la boue par une mouvances de bobos parisien et leurs relais locaux ,ainsi que le président du conseil régional pour qui la tâche dans ce domaine n'est pas facile d'autant qu'il n'est pas responsable d'une situation bien antérieure à son arrivée aux responsabilités .

Naon-e-dad
Jeudi 19 novembre 2020

Sur le fond rien de nouveau, hélas!

La catastrophe écologique et sanitaire qu'induit l'agriculture chimique est connue et dénoncée depuis des années.

Sur le terrain, la tentative d'interview par la journaliste de RKB qui se voit opposer - outre un refus de répondre -, intimidation et menace à peine voilée est impressionnante: ambiance, ambiance...

Il est bien évident que la Bretagne va dans le mur avec le système actuel pensé dans les années cinquante et soixante.

Il manque à ce documentaire deux choses :

. une synthèse globale, au niveau de la région. N’y a-t-il jamais eu d’audit sérieux sur l’ensemble de la région ou de la péninsule ?

. des propositions pour une transition vers un modèle durable, pour une alimentation de qualité qui intègre la santé (celle de la terre et du consommateur).

In fine, la question est celle-ci : est-il possible de nourrir correctement la population. Oui ou non ? Pour l’instant la réponse, implicite, est non. Inquiétant.

Macron et Le Drian, en visite au Vatican, voici quelques mois, ne déclaraient-ils pas, rigolards, que les Bretons formaient une sorte de « mafia. » Au-delà de la maladresse verbale, d’un goût tout à fait douteux, nos « pennoù braz » avaient-ils en toile de fond le système agro-alimentaire et la sur-pêche ?

Or les métiers de nature ne sont pas seulement une question de CV et de moteur (tracteurs et chalutiers) et de tonnages chimique (engrais, antibiotiques, aliments pour animaux,…), les métiers de nature impliquent aussi une connaissance de la nature et un respect de son fonctionnement. Où en est-t-on dans la formation des professionnels de demain (formation initiale)e t d’aujourd’hui  (formation permanente)?

Bien des questions n’ont pas été abordées par ce documentaire. Des investigations, sans doute difficiles mais nécessaires, restent à faire.

L’avenir est suspendu à une alimentation de qualité dans le respect de la terre (et de l’océan). Emañ an dazont liammet ouzh ur boued a galite, en ur zoujañ ouzh an douar hag ar mor-braz.

Naon-e-dad
Jeudi 19 novembre 2020

Complément :

.1 Faisabilité

Bien sûr, il existe des exploitations agricoles orientées vers des bonnes pratiques. Le documentaire en montre un exemple. On peut d’ailleurs se demander pourquoi pour effectuer ce passage, il faut attendre un changement de génération. Passer du père au fils. Les mentalités sont-elles si dures à changer ?

Là ou un salarié d’entreprise, dans d’autres domaines, peut se prendre en pleine figure et en cours de trajectoire professionnelle, des changements technologique peut-être encore plus brutaux et considérables que ce qui est demandé à l’agriculture aujourd’hui, l’agriculteur trouverait normal de temporiser plusieurs décennies ? Pourquoi ?

Qu’un accompagnement professionnel (pour acquérir de nouvelles compétences) soit nécessaire est tout à fait compréhensible, certes, mais pourquoi un refus de principe ?

Et la responsabilité des industriels (en tout cas de certains d’entre-eux) ainsi que celle des pouvoirs publics semblent bien lourdes...au regard des enjeux de santé publique.

.2 Généralisation

Le documentaire ne répond pas à cette question, qui est pourtant fondamentale dans le débat. Pire, il ne la pose même pas.

Qu’un producteur aux bonnes pratiques réduise sa production (conséquence inéluctable de rendements plus faibles), tout en parvenant à vivre aussi bien (voire mieux) à travers la vente en circuit court (directement avec sa camionnette) est fort bien. On ne peut que s’en réjouir pour lui, pour les bêtes et pour la terre.

Mais ces réussites individuelles, qui commencent à faire école, sont-elles transposables à grande échelle ? Que se passerait-il sur l’ensemble du marché, s’il fallait acheminer une production de qualité largement développée vers les métropoles et par conséquent repasser par des circuits commerciaux que l’on ne connaît que trop ? Les prix de l’alimentation à l’arrivée augmenteraient, argue-t-on dans le camp d’en face …en oubliant que la question, par sa globalité même, deviendrait alors politique. En effet – puisque « l’on devient ce que l’on mange » selon l’adage philosophique ou le simple bon sens – il faut alors parallèlement faire rentrer dans l’équation les gains de santé obtenus. Délicat, mais incontournable. Ce que, pour l’instant, les comptables ou champions de la feuille Excel se refusent à faire. Envisager le progrès exige de porter un juste regard, suffisamment global, sur le monde.

On l’aura compris, le premier obstacle dans cette entreprise hardie et intelligente, est l’esprit boutiquier (qu’il s’agisse des producteurs ou des transformateurs industriels ou d’autres acteurs dans la chaîne).

De là vient que les avancées sont encore trop timides, sans doute. Setu perak n’eo ket ken aes an hent.

Jiler
Jeudi 19 novembre 2020

Une triste émission parisienne faite par des gens qui n'y connaissent pas grand chose.

Comment aborder un problème aussi complexe en quelques minutes?

La journaliste de Radio KB s'est faite piéger.

Er les travailleurs de l'agro-alimentaire, où étaient-ils?

Les agriculteurs et les travailleurs de l'agro-alimentaire ont tout notre soutien.

L'émission ne concerne qu'une petite partie des Côtes d'Armor, pas toute la Bretagne

Un militant breton

Kerbarh
Jeudi 19 novembre 2020

Je ne comprends pas que Vous crachez tous dans la soupe ! Sans une Bretagne économiquement forte il ne peut y avoir de culture forte. La Catalogne , les Flandres et l’Ecosse sont des puissances économiques et ne se couchent pas devant la Capitale. Souhaitez vous que la Bretagne soit comme la Galice ou la Sardaigne qui n’ont pas les moyens de leurs ambitions ? Avec vos raisonnements, jamais la Bretagne ne gagnera son autonomie et sa liberté économique et culturelle.

ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 6 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.