Triade celtique contre laïcité française

Les 3 sphères
Les 3 sphères

La pensée binaire fait partie de la culture française. Ceux qui ne sont pas de gauche sont forcément de droite. Autrefois, ceux qui n’étaient pas catholiques étaient forcément protestants. Il paraît que cette pensée dichotomique est héritée du dualisme entre le bien d’un côté, le mal de l’autre. Il paraît aussi que la pensée païenne serait fondée sur des triades, sur une diversité de dieux et de concepts. Mais ce n’est pas mon sujet.

La loi de 1905 de séparation des églises et de l’État est fêtée comme une victoire par les anticléricaux. Les plus obtus se regroupent dans la Libre-Pensée et se donnent une mission de flicage des populations arriérées. L’État policier remplace la religion policière. D'autres ne se satisfont pas du légalisme laïque et théorisent une dichotomie plus large qu’entre l’État et la religion : c’est la séparation entre sphère publique et sphère privée.

Cette construction idéologique s’inscrit dans la continuité des penseurs français des Lumières. Elle fait l’impasse sur les penseurs étrangers comme Ricardo et Marx qui, dès le XIXe siècle, insistent sur la dimension sociale du travail et du capital. Au XXe siècle, les Bolcheviks russes rejettent, eux aussi, la distinction entre public et privé, qu’ils voient comme un fondement de la société bourgeoise.

Il est des Lumières qui nous renvoient à la bougie plutôt qu’au faisceau laser.

Je fais l’hypothèse d’une alternative aux deux sphères de la laïcité. Je la construis sur trois sphères imbriquées. Cette approche nous permettra d’intégrer les problématiques du travail, du capital, de l’écologie, et d’autres encore.

La sphère privée est celle de l’individu et de la famille. Ce n’est pas le lieu de la démocratie ou de l’égalité, comme l’a fait remarquer Hannah Arendt dans son livre «Condition de l’homme moderne». En revanche, c’est le lieu de la conscience, dans les deux sens du terme.

Conscience de ce que nous sommes, de ce que sont les autres, conscience du monde qui nous entoure. C’est dans la sphère privée que réside la capacité à distinguer, à différencier, à prendre conscience.

La sphère privée est aussi le lieu de la conscience morale. Conscience de ce que l’on doit à nous-mêmes, ce que l’on doit aux autres, ce que l’on doit au monde qui nous entoure. C’est dans la sphère privée que réside la capacité à juger et agir selon sa conscience.

La sphère publique est celle des institutions qui accordent des droits égaux à tous leurs administrés. Elles établissent des lois qui s’appliquent à tous.

La nation est différente de l’État, la communauté est différente de l'institution. La troisième sphère que je propose est la sphère communautaire. C’est ici, et non dans la sphère privée ou dans la sphère publique, qu’il faut placer les cultures et les religions.

La sphère publique est celle de l’égalité des droits, de la non-discrimination. La sphère communautaire est l’espace où s’opèrent des sélections, qui sont indispensables pour équilibrer sphère publique et sphère privée. Une prédominance de la sphère publique mène à l’uniformisation dictatoriale. La dictature devient totalitarisme quand la sphère publique nie l’existence de la sphère privée. A l’inverse, quand la sphère privée se veut prédominante, la société est une jungle. L’homme devient un loup pour l’homme.

La sphère communautaire permet d’introduire l’équilibre et l’hétérogénéité. La diversité culturelle, que la laïcité rejette dans la sphère privée, rééquilibre les rapports sociaux. Elle fait de l’obéissance aux institutions publiques un conformisme, non un impératif. Elle introduit d’autre part la relativité et la tolérance dans la sphère privée.

A chaque sphère correspond un angle de vision.

Aux institutions, qui gouvernent la sphère publique, correspond l’autorité familiale dans la sphère privée, le dynamisme associatif dans la sphère communautaire.

A la raison, qui sert de guide dans la sphère publique, correspond le sentiment dans la sphère privée et les croyances dans la sphère communautaire.

Au civisme, qui anoblit la sphère publique, correspond la conscience dans la sphère privée et les solidarités dans la sphère communautaire.

La triple sphère permet d’éclaircir certains débats. Prenons l’exemple de l’immigration. Dans la sphère publique, elle est abordée sous forme de chiffres, de conséquences politiques et économiques, de raison d’État. Dans la sphère privée, elle est abordée par le sentiment : sentiment d’insécurité d’une part, conscience de devoirs personnels de secours d’autre part. La sphère communautaire interroge sur la capacité d’un peuple à accueillir et à intégrer les éléments allogènes sans se renier.

Les éléments les plus importants des sociétés modernes se situent à l’intersection des trois sphères.

L’éducation est revendiquée à la fois par les parents, par l’État et par les communautés. Le père et la mère doivent protection et éducation à leurs enfants. Leur enlever ce droit, au nom d’une institution, d’une utopie sociale, d’une norme, d’une religion officielle est marqueur de dictature. Toutefois, l’État possède les moyens d’instruire les enfants. Il lui enseigne aussi ses droits et ses devoirs envers la société. Il est donc logique qu’il intervienne dans l’éducation. Les communautés auxquelles l’enfant appartient lui insufflent une raison de vivre et d’acquérir une éducation.

Le travail et le capital, relégués par la laïcité traditionnelle dans la sphère privée, sont des éléments centraux de la vie en société. Le travail permet de subvenir aux besoins d’un individu ou d’une famille. La sphère publique se donne néanmoins un droit de contrôle, par la législation du travail.

Le capital peut être un patrimoine personnel. Le «public», qui y voit un moyen de créer des richesses collectives, le pilote par la législation fiscale.

Le monde du travail fonctionne par cooptation réciproque. Le salarié postule, l’entreprise embauche. Le travail obligatoire est la négation d’une liberté fondamentale. Un travail égal pour tous est impossible. L’entreprise fait partie à la fois du domaine public et du domaine privé, mais elle est d’abord une communauté. La sphère communautaire donne un sens et une valeur, à la fois au travail et au capital.

La préservation des espaces naturels et des ressources appartient aussi aux trois sphères. Le souci écologique dans la gestion du patrimoine personnel appartient à la sphère privée. Les mesures contre le réchauffement climatique dépendent de décisions prises dans la sphère publique. La protection d’un écosystème dépend, concrètement, de la culture et du comportement de la communauté qui vit dans cet écosystème.

Les Français croient en l’État-nation, métissage chimérique entre l’institution et la communauté, entre ce qui est mécanique et ce qui est vivant. La conception laïque des deux sphères est le reflet de cette confusion.

Voir aussi : Conférence à Quimper. Laïcité : un enjeu de société ? par La liberté de l'esprit
Voir aussi : Le blasphème, un impératif laïque ? par JPLM
Voir aussi : Laïcité française et communautarisme breton par Jean-Pierre Le Mat
©agence bretagne presse

.
Cet article a fait l'objet de 1009 lectures.
mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer

Auteur de l'article :

JPLM

Jean-Pierre Le Mat est chef d'entreprise et auteur. Il a en particulier réédité et complété l'Histoire de Bretagne de Henri Poisson; Patrick Pearse et l'insurrection irlandaise de 1916; les cent vies de l'hermine; Histoire de Bretagne, le point de vue breton; Enquêtes sur les prophéties de Merlin ; Carnet d'un Bonnet rouge ; Ils ont fait la France. Il anime le site contreculture.org.

Vos commentaires :

yvon ollivier
Lundi 1 janvier 2018

Article éclairant comme le sont toutes les contributions de jean pierre Le mat. Cette distinction entre les trois sphères nous aide à mieux comprendre combien la sphère publique, en France, s'est construite sur l'assujettissement des deux autres sphères. C'est une tendance lourde et tout le système établi ne songe qu'à maintenir ce déséquilibre fondamental. Le combat breton est un combat pour l'homme et la possibilité de mener une vie aussi équilibrée que possible entre ces trois sphères fondatrices. On appelle cela l'humanité.

Lolo
Lundi 1 janvier 2018

Entre constructions sur le littoral, un parc résidentiel pavillonnaire qui s'étale, des zones commerciales à n'en plus finir et leur corrollaire, la bagnole, la Bretagne est loin d'être exemplaire sur les questions environnementales. La question existe cependant dans les esprits, mais les comportements peinent à changer.

Bloavezh mad d'an holl koulskoude !

Jacques
Vendredi 5 janvier 2018

Cette 3ème sphère (communautaire) correspond en gros à la sphère national, à la nation réelle (et non étatique) qui est constitué par un groupe humain partageant une culture/identité forgé par le temps long... Ce que la République a nié autant pour les Bretons que pour les Français en associant la nation à une structure administrative récente et non à ce temps long...

Et à rappeler que cette 3ème sphère (communautaire) se dote généralement elle-même d'une sphère publique (institutionnelle) quand elle n'est pas contrainte par un événement géopolitique (colonialisme / guerre)...

=> Il me semble que cette présentation à 3 sphères méritent mieux qu'un article, si Jean-Pierre le Mat pouvait développer cela dans une vidéo et contribuer à faire adopter cette présentation dans le message des partis politiques/syndicats bretons et associations bretonnes se serait un grand pas en avant vers une prise de conscience d'un projet sociétal des Bretons.

Il ne faudrait pas que cela ne soit qu'un excellent article, un de plus noyé parmi tant d'autres...

PS : si cette présentation nous semble innovante, elle est en fait très bien comprise par une majorité de population de la planète... qui n'ont pas la chance de vivre sous la République Française et son état-nation et cela est très facile à démontrer, suffit de sortir des frontières de la République et visiter la Belgique ou bien la majorité des pays d'Europe.

Jean Pierre LE MAT
Vendredi 5 janvier 2018

@Jacques

Je n'ai ni compétence ni talent pour la video. Je veux bien collaborer avec des compétents et des talentueux.

Les idées que je lance ne m'appartiennent pas. Tout le monde peut les reprendre et les prolonger, y compris sans moi, tant que c'est pour le bien de la Bretagne.

Léon-Paul Creton
Samedi 6 janvier 2018

JPLM, je suis toujours très intéressé par vos analyses prospectives et celle-ci pourrait être une proposition, l’embryon d’une organisation structurelle pour une Bretagne à émanciper… D’une constitution ?

Ce schéma offre des têtes de chapitres que pourraient remplir des associations comme Bretagne Réunie, Breizh Impact, des instances comme An Dael Breizh, des économistes, des industriels, des juges et des avocats, etc! Aussi des organisations politiques et partis, si intéressés par l’élaboration d’un projet de constitution spécifique à la Bretagne … avec les Bretons.

Á la condition bien sûr de s’être mis d’accord sur les principes d’une émancipation de la Bretagne, donc des Bretons et de développement, futur mais pas trop futur ! Et ensuite, sur les interactions entre les différents ellipsoïdes de votre plan… Qui donnent plus d’espace que des sphères qui y sont incluses, ainsi que plus d’importance à des secteurs encore indéfinis… Mais qui le seraient je n’en doute pas !

Comme pour l’Europe, qui ne l’a pas fait, que tous ceux, même seulement quelques uns, qui trouvent un accord au préalable se lancent et proposent sur ce schéma de réflexion un projet (toujours d’émancipation) validé par les Bretons bien informés, et régulièrement sur le sujet dans ses objectifs et son développement. Des « citoyens » bretons associés et participatifs, n’acceptant plus que les décisions, des lois tombent encore d’en haut, n’acceptant plus la stratégie des promesses mensongères et non tenues, non tenables… si démontrées comme telles !

Des réflexions prenant en compte des éléments toujours valables de constitutions anciennes qu’elles soient : « américaine, britannique…ou même française, ou autre…) acceptables humainement et conforment pour assurer « en priorité » le fonctionnement voulu par/pour les Bretons, la Bretagne ! Et surtout qui ne resteraient pas les lettres mortes, d’un monument poussiéreux !

Effective je pense aussi que cette réflexion de JPLM ne doit pas disparaître dans le « néant internetiel »…Mais rester présent quelque part pour en constater l’évolution rapide du contenu, et apporter en flux ininterrompu la réflexion des uns et des autres. Ainsi que les débats qui ne manqueront pas d’aller avec ! De cela j'en suis sûr.

Rêvons un peu, beaucoup, et prenons des résolutions (résolument !!!), pour l’année 2018…

Écrire un commentaire :

Combien font 9 multiplié par 5 ?

Publicités et partenariat