Put your name here

Ret e vo manifestiñ, c'hoaz hag adarre
Ret e vo manifestiñ, c'hoaz hag adarre
Communiqué de presse

Tremen an DNB e brezhoneg : perak ne c'hellfent ket re Ziwan ober evel re Seaska ?

Dilun ha dimeurzh e vo skolajidi Diwan o tremen an DNB, ha ret e vo kalonekaat anezhe dimeurzh da 2e30 evit ma vefe an hevelep gwirioù evit an holl

Communiqué de presse

Publié le 25/06/23 9:54 -- mis à jour le // :

Dilun ha dimeurzh e vo skolajidi Diwan o tremen an DNB, ha ret e vo kalonekaat anezhe dimeurzh da 2e30 evit ma vefe an hevelep gwirioù evit an holl. Setu ar pezh a zo bet kaset gant Diwan Breizh :

"Deuet eo a-benn hor c’henseurted·ezed eus ar rouedad Seaska, kelenn kevredigezhel dre soubidigezh en euskareg, da bakañ an aotre evit o skolajidi·adezed da dremen arnodennoù skiantoù breved ar skolajoù en euskareg (skiantoù ar vuhez hag an douar, fizik-kimiezh, teknologiezh). Roet en deus Ministr an Deskadurezh Stad Pap N’Diaye e asant dre lizher d’ar 17 a viz Meurzh.

Skrivet en doa ar rouedad da Ministr an Deskadurezh stad d’an 20 a viz Ebrel evit goulenn en un doare ofisiel an doareoù heñvel evit hor skolajidi·adezed.

Paul Molac, prezidant Ofis publik ar Brezhoneg, en doa skrivet ivez da Ministr an Deskadurezh Stad d’an 21 a viz Ebrel evit goulenn lakaat da dalvezout an doareoù heñvel evit hor rouedad hervez pennaenn an ingalded.

E Breizh ez eus breutadegoù boulc’het gant Rektordi Roazhon ha Rannvro Breizh evit kas da benn ur c’henemglev ha sklaeraat evel-se doareoù hag araezioù da lakaat da dalvezout en hor rouedad (doareoù digeriñ skolioù ha skolajoù nevez, debarzhadur eurvezhioù skolajoù/liseoù evit kelenn ar brezhoneg…). Evit se e c’houlenn Diwan ma vo gellet tremen arnodennoù ar breved hag ar vachelouriezh e brezhoneg, ur goulenn bet savet pell zo dija gant hor rouedad. Da geñver hor c’hejadennoù diwezhañ en doa ar rektordi lavaret deomp ar pezh a vefe divizet evit an euskareg a vefe lakaet da dalvezout evit ar brezhoneg ivez. Betek-hen n'en deus ket bet ar Rektordi a respont digant ar Ministrerezh.

Dre ma ‘z eo anavezet an tredeogezh evit an euskareg o deus izili ar C’huzul merañ, bodet d’ar Sadorn 13 a viz Mae, pedet ar skolajidi·adezed da dremen e brezhoneg an arnodennoù skiantoù 2023 ha pediñ a reont ivez holl izili ar rouedad da harpañ anezho evit gwir hor skolajidi·adezed da dremen holl arnodennoù breved ar skolajoù e brezhoneg.

N'eo ket bet kadarnaet e vo reizhet an arnodennoù met gouzout a reomp e vo graet e brezhoneg, yezh ar c'helenn, arnodennoù ar skiantoù, gant skolajidi·adezed zo.

Gervel a reomp eta ar Rektordi hag ar Ministrerezh da gadarnaat buan-buan e vo reizhet an arnodennoù, ha pa vefe bet respontet e brezhoneg, evit doujañ ouzh an ingalded.

Pediñ a reomp izili ar rouedad hag an dud kar-o-yezh da zont da harpañ ar skolajidi·adezed, engouestlet ha kalonek, d'ar Meurzh 27/06 da 2e30 e dibenn o arnodenn :

Evit ar Releg-Kerhuon : Skolaj Sant-Yann ar Groaz er Releg-Kerhuon,

Evit Gwiseni : Skolaj Sant-Frañsez e Lesneven,

Evit Kemper : Skolaj Brizieg e Kemper,

Evit Gwened : Skolaj Itron-Varia ar Menemeur e Gwened,

Evit Plijidi : Skolaj Jules Ferry e Boulvriag,

Evit Sant-Ervlan : Skolaj Gutenberg e Sant-Ervlan.

Nos homologues du réseau Seaska, enseignement associatif par immersion en basque, ont obtenu le droit que leurs élèves passent les épreuves scientifiques du brevet des collèges (sciences de la vie et de la Terre, physique-chimie et technologie) en basque. En effet, par courrier du 17 mars dernier, le Ministre de l’Éducation nationale, Pap N’Diaye, a donné une suite favorable à leur demande.

Le réseau Diwan a écrit au Ministre de l'Éducation nationale le 20 avril afin de demander officiellement les mêmes modalités pour nos collégien·nes.

De même, Paul Molac, président de l’Office Public de Langue Bretonne a écrit le 21 avril au Ministre de l’Éducation nationale afin de demander d’appliquer le même dispositif pour notre réseau en vertu du principe d'égalité.

En Bretagne, des discussions sont actuellement en cours avec le rectorat de Rennes et la région Bretagne pour aboutir à une convention clarifiant un certain nombre d’outils et des moyens à disposition de notre réseau (conditions d’ouverture de nouveaux établissements primaires et secondaires, dotation horaire des établissements du secondaire pour l’enseignement de la langue bretonne…). A cette occasion, Diwan porte également la demande de pouvoir passer les examens du brevet et du baccalauréat en breton, revendication ancienne de notre réseau. Lors de précédents échanges, le rectorat nous avait indiqué que ce qui serait arbitré pour le basque serait vraisemblablement appliqué pour le breton. A ce jour, le rectorat de Rennes n’a pas eu de retour de l'arbitrage du Ministre sur le sujet du brevet.

Le Conseil d’administration de Diwan, réuni le samedi 13 mai, a invité les collégien·nes concerné·es à composer en breton les épreuves scientifiques de 2023 et tous les membres du réseau à se mobiliser à leurs côtés pour le droit de nos élèves à passer l’ensemble des épreuves du brevet des collèges en breton.

Malgré l'absence de confirmation officielle que les épreuves seront corrigées, nous avons l'information que plusieurs collégien·nes vont passer les épreuves de sciences en breton, langue de leur enseignement.

C'est pourquoi, nous appelons le rectorat et le Ministère à confirmer rapidement que les copies composées en breton, pour les épreuves scientifiques, seront bien corrigées et ce en vertu du principe d'égalité.

Enfin, nous invitons les membres du réseau et les personnes attachées à la langue bretonne à soutenir les collégien·nes, engagé·es et courageux·ses, à la sortie des épreuves le mardi 27/06 à 14h30 :

Pour le Relecq-Kerhuon : Collège St Jean de la Croix au Relecq-Kerhuon,

Pour Guissény : Collège St François à Lesneven,

Pour Quimper : Collège Brizeux à Quimper,

Pour Vannes : Collège Notre-Dame de Menimur à Vannes,

Pour Plésidy : Collège Jules Ferry à Bourbriac

Pour St Herblain : Collège Gutenberg de St Herblain. "

Voir aussi :
1  0  
mailbox
imprimer
Youtuberez, kazetennerez evit Ya, Ar Men, an Abp, kelennerez, komedianez, kanerez, konterez, filmourez, ha stourmerez war dachenn ar repuidi, gwirioù mabden, ar brezhoneg, an endro e Breizh. E penn aozadur Kan ar bobl bro Kemperle, kenstrivadeg Priz ar Vugale ha Priz ar Yaouankiz, kenstrivadeg haiku Taol Kurun, bet renerez ar festival pad ugent vloaz....
Gwelout pennadoù all Kerne Multimedia
Vos 2 commentaires
  Anne Merrien
  le Mardi 27 juin 2023 13:39
On a appris que l'épreuve de sciences du brevet des collèges sera bien corrigée en breton. Cette décision, aussi subite qu'inattendue, est-elle en lien avec le déplacement du ministre de l'Education nationale à Dinan le 18 juin ? La mémoire de René Pléven serait-elle plus efficace que les Le Drian, Ferrand, Bachelier ? Même un drapeau breton était présent lors de la cérémonie.
(1) 
  Naon-e-dad
  le Jeudi 29 juin 2023 14:55
…/... « an aotre evit o skolajidi·adezed da dremen arnodennoù skiantoù » …/…
En lisant rapidement cette phrase, je me suis d’abord demandé ce que signifiait le qualificatif « adezed », ’que je n’avais jamais rencontré, avant de réaliser un instant plus tard – me souvenant de la mode ou de l’air du temps - qu’il fallait plutôt lire : « skolajidi » d’une part et « skolajiadezed » d’autre part, pour comprendre quelque chose.
.
Skolajiad, pluriel skolajidi : Collégien, des collégiens
Skolajiadez, pluriel skolajiadezed : Collégienne, des collégiennes.
.
Pas immédiatement évident, mais on y arrive. Je vous laisse reconstruire ou vérifier le texte complet correspondant à « hor c’henseurted·ezed », repéré en début de la même phrase. En cas de doute : à vos dictionnaires…
.
Mais qu’advient-il des adjectifs qualificatifs, avec ce système quelque peu alambiqué ?
.
Plus loin, nous trouvons :
.
« ar skolajidi·adezed, engouestlet ha kalonek, … »
.
Or, en breton, en règle générale, les noms masculins de personnes, au pluriel, provoquent la mutation douce sur l’adjectif. Ce n’est pas le cas des noms féminins de personnes. Sans doute, le résultat d’un vécu pluri-millénaire et d’observations ancestrales aujourd’hui enfouies dans l’inconscient ou le pré-conscient collectif ?
.
A noter, comme chacun le sait, que, au singulier, la règle générale est exactement inverse. A savoir, que c’est le nom féminin de personne qui provoque la mutation douce sur l’adjectif. Quand le nom masculin de personne ne provoque rien du tout.
.
A mixer ainsi masculin et féminin, on peut arriver à des incompatibilités dans les mutations consonantiques qui portent le genre et/ou le nombre. Comment faire ?
.
Ici, les rédacteurs esquivent et évitent l’ornière en segmentant l’énoncé, par l’utilisation de virgules respiratives, pour contenir l’élan de la phrase. Et échapper aux mutations. Mais ce ne sera pas toujours possible.
.
Pourquoi ne pas laisser de côté ce charabia ? Pourquoi refuser d’écrire , et d’énoncer in extenso la phrase ?
.
Perak drailhañ ar brezhoneg (hag ar galleg ivez, pa soñjan mat) ? Perak degas diaezamantoù didalvoudus d’hon skolidi ha skolajidi ? D’hon skoliadezed ha skolajiadezed ? Ha d’ar paourkaezh tud eus ma rummad, war ar memes tro ? Doujañs ouzh ar maouezed ha lârit hu ? Ya, mes doujañs ouzh ar yezh ivez, a lâran-me
(0) 
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 4 ?