-- Science et Technologie --

Tram-train : vers une gare-frontière à Chaâteaubriant ? Les premiers rails ont été posés

La construction du tram-train sur l'emprise de l'ancienne ligne de chemin de fer de Nantes à Châteaubriant bat son plein. L'ensemble de la plate-forme a été dégagé, sommairement terrassé, même ballasté dans la partie nord et les rails avancent doucement vers Nantes depuis Châteaubriant, promue tête de ligne. La voie directe vers Nantes a été coupée à la sortie sud de Châteaubriant. Des rails de 100 m éclissés sont posés.

25080_1.jpgChateaubriant : gare frontière (projet d'aménagement). Bienvenue dans l'Alsace-Lorraine de la Bretagne.

La ligne avait été fermée à la circulation voyageurs fin mai 1980. La circulation du fret entre Nantes et Châteaubriant avait pris fin en 1994 suite à la construction de la déviation routière de la Chapelle-sur-Erdre, la gare de ce bourg a été détruite en 1996 et le trafic dès lors restreint à la desserte de l'embranchement particulier de l'entrepôt de France Boissons.


La construction des gares suit avec un pas de retard : si celle de Sucé a été rénovée, celle de Issé prévue à la démolition depuis… novembre 2010 n'a toujours pas été rasée, au contraire de la halle marchandises attenante. Et à la Chapelle sur Erdre, toujours pas le moindre bout de rail à l'horizon. Quelques poteaux de caténaire apparaissent ça et là. Quelques ouvrages d'art hérités de l'ancien temps disparaissent au contraire, comme le petit pont élancé du bois de Tuny, peu avant Châteaubriant (voir le site)

En revanche, il semble que la région Pays de Loire, qui se targue urbi et orbi d'être le premier financeur du tram-train, a frappé aussi la ville de Châteaubriant de sa lumière en proposant un aménagement de la gare qui semble quelque peu aberrant, non seulement au ferroviphile averti, mais aussi au voyageur; sans doute mérite-t-il encore le sottisier. En effet, l'on voit que les voies vers Rennes (empruntées par des TER conventionnels) et les voies vers Nantes (empruntées par les Tram-trains) sont séparées par un passage piétonnier protégé par des heurtoirs de part et d'autre : pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Pourtant, faire simple c'est vraiment simple : protéger les voies par des carrés (feux tricolores pour les trains qui à l'origine étaient des damiers blancs et rouges en carrés de quatre secteurs, comme celui-ci (voir le site) et électrifier toute la gare. Puis mettre à la sortie nord vers Rennes les marques de fin de caténaire : la signalisation est la même tant pour les trams que pour les trains (voir la dernière image du carroussel, au-dessus de l'article).

Bien au contraire, l'aménagement proposé rend aux usagers la vie duraille : il empêche les correspondances de quai à quai, et complique encore un peu plus le déplacement des voyageurs nombreux qui s'agglutineront sur un étroit passage sur les voies. Par aileurs, il rend impossible à l'avenir le passage de trains directs entre Nantes et Rennes, dans le cas où la ligne soit ou entièrement éléctrifiée, ou mise aux normes tram-train entre les deux grandes cités bretonnes. Dans les deux cas d'évolution de la ligne, cet aménagement sera à revoir.

Pourquoi ne pas prévoir une passerelle ou un passage souterrain ? Question de coûts ? Elle paraît bien minime au vu du gouffre englouti en études, en achat de matériels roulants et en communication par la région Pays de Loire. La question de sécurité elle-même semble avoir été négligée : que dira-t-on le jour où une rame défoncera ces bien faibles heurtoirs ?

Veut-on encore perpétuer une frontière artificielle entre Loire-Atlantique et Bretagne ? Elle aura reculé de 15 km, mais tout de même : bienvenue à Châteaubriant, gare-frontière. Vous quittez la Bretagne, vous entrez en Pédélie. L'importation de chouchen et de second degré est interdite. Rien à déclarer ?

Louis-Benoît GREFFE

Voir aussi :

Cet article a fait l'objet de 2552 lectures.
mailbox imprimer

Étudiant en droit-histoire expatrié en Orléans, passionné par l'histoire et le patrimoine de la Bretagne. S'intéresse aussi à l'économie bretonne et à l'actualité de Loire-Atlantique.

Vos commentaires :

PH CB
Mardi 6 mars 2012

Bonjour;

Un article bien sévère qui montre de la part de la rédaction une méconnaissance du monde ferroviaire et de ses contraintes.

Il ne peut y avoir d\'interconnection de Trams-Train vers Rennes (et pour cause, ligne non électrifiée), et les X2100 Bretons ne peuvent aller vers Nantes, où la ligne est aux normes Tram-Train.

Je n\'irai pas jusqu\'a évoquer les contraintes de régulation et d\'occupation des voies, ni celle de l\'entrée sur voie occupée...

C\'est donc le choix du tram-Train à remettre en cause.

Pour le reste, toute interconnection reste faisable via le faisceau de la gare.

JIPE 44
Mercredi 7 mars 2012

Très bien la notion de gare frontière des marches de ... la Pédélie !

Pour la technique tram-train demandez au Comité local - Bretagne réunie de Lorient où il y a d\'éminents cheminots d\'étudier la \"faisabilité\" des solutions que vous préconisez.

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 3 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.