Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Discours -
Réunion de travail avec le Premier Ministre gallois. Propositions de l'Institut culturel de Bretagne
Coopération entre le Pays de Galles et la Bretagne : lors de la rencontre avec M. Rhodri Morgan, Premier Ministre du Pays de Galles, le vendredi 16 juin 2006, Alan Monnier, vice-président de l'ICB et président de la section Relations interceltiques et internationales, représentant le président Yvonig Gicquel, a transmis 3 propositions de partenariat pour le compte de Skol-Uhel Ar Vro/Institut Culturel de Bretagne. Elles concernent le projet de relais interceltique, une recherche de coopération entre sites historiques et le projet de dispositif pédagogique qui inclurait une chronologie comparée et illustrée des pays celtiques.
Alan Monnier pour SUAV-ICB le 29/06/06 11:39

Coopération entre le Pays de Galles et la Bretagne : lors de la rencontre avec M. Rhodri Morgan, Premier Ministre du Pays de Galles, le vendredi 16 juin 2006, Alan Monnier, vice-président de l'ICB et président de la section Relations interceltiques et internationales, représentant le président Yvonig Gicquel, a transmis 3 propositions de partenariat pour le compte de Skol-Uhel Ar Vro/Institut Culturel de Bretagne. Elles concernent le projet de relais interceltique, une recherche de coopération entre sites historiques et le projet de dispositif pédagogique qui inclurait une chronologie comparée et illustrée des pays celtiques.


Propositions de Skol-Uhel Ar Vro/Institut Culturel de Bretagne par l'intermédiaire d'Alan Monnier.


Monsieur le Premier Ministre,

Tout d'abord, je souhaiterais vous exprimer, au nom de l'Institut Culturel de Bretagne, nos voeux les plus chaleureux de bienvenue en Bretagne : Degemer mat e Breizh, Croeso yn Llydaw !

Notre Institut, créé en 1981, compte depuis 1982 parmi ses sections (aujourd'hui au nombre de 17), une Section des relations interceltiques et internationales / Kevrenn darempredoù etrekeltiek hag etrebroadel qui permet à tous les promoteurs de l'ouverture de la Bretagne à l'international, notamment aux Comités de jumelage, de se retrouver régulièrement, et qui compte même des Gallois parmi ses membres.

En outre, l'Institut ayant aujourd'hui l'honneur de perpétuer la tradition du Collier de lHermine, établie par le Duc de Bretagne Jean IV en 1381, afin de distinguer des personnalités qui ont servi la Bretagne et en particulier sa culture, nous avons eu par deux fois le plaisir de le voir attribuer à des Gallois, Rita Morgan Williams, en 1996, et le Professeur Michael Jones, en 2002.

Vous le voyez, pour nous, les liens entre Bretagne et Pays de Galles sont denses et anciens.

C'est sans doute pourquoi, entre autres exemples, les responsables de la Région, saisis par M. J. Rees de l'Agence Galloise de Développement, nous ont demandé de travailler à la mise en oeuvre d'une tournée en Bretagne du chanteur gallois Jim Rowlands, avec lequel nous avons noué des contacts amicaux et dont les spectacles en Bretagne vont démarrer en juin puis septembre.

1. Parce que le Pays de Galles comme la Bretagne ont un savoir-faire réel en matière de revival de la tradition (dyfodol y traddodiada thraddodiad y dyfodol / the future of the tradition and the tradition of the future), que l'on pense au travail d'organismes comme TRAC ou d'artistes comme Cass Meurig chez vous, et chez nous à des artistes comme Alan Stivell (membre de notre section et lui-même titulaire du Collier de l'Hermine) ou Nolwenn Korbell (dont les liens avec Cymru sont étroits), nous aimerions mettre sur pied un Relais interceltique, sans doute situé à Lorient et dont le nom pourrait être kendi (maison commune), qui pourrait faciliter, dynamiser, optimiser les relations entre artistes, associations, collectivités, voire les entreprises, dans la satisfaction de leurs attentes relatives à la culture.

Les collectivités, sollicitées depuis plusieurs exercices, n'ont pas encore doté ce projet de moyens propres. Mais une autre source de contribution qui pourrait favoriser un financement diversifié et par là-même faciliter le démarrage de ce projet peut être l'Union Européenne, dans le cadre des programmes reposant sur la coopération entre plusieurs pays. A ce titre, nous serions très heureux de ce qu'une coopération spécifique entre le Pays de Galles et la Bretagne (C'est-à-dire avec un autre pays de l'Union) puisse enfin donner à ce dessein un tour plus concret. Bien entendu, cela permettrait à votre Pays de disposer d'une nouvelle implantation sur le continent et aiderait à la diffusion de Llio Rhydderch ou Arfon Gwilym que trop peu de Bretons connaissent encore ; ce qui est vrai pour la musique l'est également pour les arts graphiques ou les littératures, domaines qui restent aujourd'hui méconnus pour une grande partie du public.

2. L'Institut Culturel a également créé une Maison de l'Histoire / Ti an istor qui regroupe des ouvrages, les met à disposition, publie des travaux (sur papier ou sur Internet) et voudrait aider à un travail de mémoire en identifiant, pour ceux qui vivent en Bretagne ou la visitent, des Lieux d'Histoire de Bretagne : il peut s'agir d'endroits prestigieux, de lieux de batailles, mais aussi des sites liés à l'histoire sociale comme la Route du lin ou celle de la Conserverie maritime, objet de notre dernier Congrès à Loctudy. Je passerai rapidement sur la toponymie commune et l'histoire religieuse médiévale qui font de vos fondateurs les nôtres (nous avons pu ainsi accueillir un groupe de Gallois à la cathédrale Saint-Samson de Dol-de-Bretagne lors du Congrès celtique international de Rennes en 2001) pour reconnaître que le Pays de Galles a lui-même enregistré des réussites remarquables dans la reconquête de son Histoire et la valorisation des sites, comme j'ai pu moi-même le vérifier sur place au musée de Saint-Fagans, au château de Harlech, celui de Caernarfon, dans les villes de Machynlleth, Bala, Dolgellau, jusque dans la réhabilitation des petits trains, en particulier celui allant de Ffestiniog à Porthmadog ;

Les Îles Britanniques disposent d'un atout considérable avec l'existence de fondations comme le National Trust ou ses correspondants comme le National Trust in Wales et Cadw. Nous avons nous-mêmes essayé d'oeuvrer à la création d'une Fondation de Bretagne, mais elle n'a pu être encore créée à ce jour, dans un contexte réglementaire défavorable. Peut-être les choses deviendront-elles plus faciles encore une fois grâce à l'Europe.

En attendant, nous aimerions – afin de faire découvrir des aspects moins connus de l'Histoire européenne – pouvoir développer des partenariats avec des sites culturels et historiques gallois pour nous inspirer de votre expérience et de vos réussites, ou des organismes comme Cadw, alors que la région Bretagne a maintenant en charge les services de l'Inventaire. Ce partenariat des sites historiques pourrait peut-être pour vous se traduire par une offre réservée aux visiteurs (heritage tourism) porteurs d'une carte de membre du National Trust ou de Cadw

3. Les relations qui existent aujourd'hui de façon très visible dans le cadre des festivals ou de façon plus discrète mais au quotidien dans les jumelages et les échanges de divers types, ne peuvent être menées sans une plus grande sensibilisation et implication de la jeunesse. C'est pourquoi l'Institut Culturel a créé ces dernières années une section Jeunesse et Éducation et a conçu le projet d'un dispositif pédagogique modulable (et donc réalisable par étapes) valant passeport culturel pour faire connaître la Bretagne tant à ceux qui y vivent qu'à ceux avec qui les Bretons et Bretonnes entretiennent des relations (échanges scolaires, culturels, sportifs ). Parmi les outils rentrant dans la confection de ce dispositif, notre section a depuis longtemps pensé à une version mise à jour et adaptée sur Cd-Rom de l'ouvrage de référence de Jakez Gaucher, membre de notre section,Histoire chronologique des pays celtiques (Keltia, 1990), qui pourrait être compilé avec l'Histoire des Pays Celtiques, publiée plus récemment par Skol Vreizh. Ce projet nécessiterait une version multilingue (breton, français, anglais, gallois, espagnol, allemand ; sans oublier les besoins qui se font jour maintenant en Europe orientale) et nous serions heureux, pour parvenir à cette réalisation, d'envisager un partenariat avec le Pays de Galles, peut-être via l'Université d'Aberystwyth et la Kevredigezh Kembre-Breizh/Gymdeithas Cymru-Llydaw.

Nous restons très désireux, comme vous le constatez, M. le Premier Ministre, d'approfondir encore les relations qui existent entre Cymru et Bretagne/Breizh : Nid da lle gellir gwell (ce n est pas encore bien quand il est possible de faire mieux)

Diolch yn fawr. (merci beaucoup)

Alan Monnier

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1487 lectures.
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 0 multiplié par 3) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons