Comme je l’ai dit lors du jour de l’annonce de l’abandon du projet d’aéroport, il s’agit (voir le site) ">d’une sage décision. Cette attente de décision aura bloqué toutes les discussions sur le développement des transports au niveau régional, les uns et les autres étant obnubilés par la réalisation ou non de cet aéroport. Pourtant, nous savons très bien que celui-ci ne pouvait pas être l’alpha et l’oméga du développement des transports et de l’aménagement du territoire en Bretagne.

J’ai reçu un certain nombre de commentaires suite à cet abandon, notamment sur la question du développement économique de la Région et de la non-dépendance au centralisme parisien. Vous le savez, ce sont des arguments qui me touchent tout particulièrement, moi qui milite depuis des décennies pour un plus grand développement autonome de la Bretagne dans une France encore beaucoup trop centralisée.

Or, je ne crois pas que l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes aurait permis davantage de perspective de développement que la solution visant à réaménager Nantes-Atlantique et à mettre en place une véritable politique de développement des transports au niveau breton. Cela aurait pu être le cas, si Notre-Dame-des-Landes avait permis le développement d’une plateforme transcontinentale. Or, le fonctionnement du marché aéroportuaire, basé sur les hubs, est complètement différent de ce qui avait été imaginé il y a 40 ans. Il n’existe en France que deux hubs, celui de la région Parisienne, et celui de Nice. Espérer que les compagnies aériennes aillent développer de nouvelles lignes, a fortiori transcontinentales, grâce à NDDL était totalement illusoire. Rien ne les empêchait de le faire à Nantes-Atlantique, force est de constater que le marché n’existe pas. On peut aussi remarquer que la Bretagne est une des régions les plus dynamiques de France au niveau économique avec un chômage bas, or ce développement, s’est réalisé avec les aéroports existants.

Le premier des axes à développer est selon moi le renforcement des moyens de transports publics entre Rennes et Nantes. Comment expliquer que le trajet Rennes-Paris en TGV se fasse en 1h25 alors que celui entre Rennes et Nantes en TER se fasse en 1h15 au plus rapide ? Il est incroyable qu’entre la sixième et la dixième ville de France, seulement distantes de 100 km, il n’y ait pas de ligne de train digne de ce nom. Le schéma de développement du rail n’a été pensé qu’en lien avec Paris, ce qui fait que certaines aberrations comme celles-ci soient encore d’actualité. Toutes les voies rapides en Bretagne se font dans un sens ouest-est, alors que pour développer la Bretagne et éviter l’enclavement de son intérieur il est impératif de redynamiser les liaisons transversales (Rennes-Nantes ; Saint-Brieuc-Auray ; Brest-Quimper). De même, il est important de poursuive les travaux engagés pour rapprocher Brest et Quimper de Rennes. Il faut ainsi 1h57 pour faire Brest-Rennes et 2h00 pour faire Quimper-Rennes. Se rapprocher de Paris, c’est bien pour les affaires, rapprocher les villes bretonnes entre-elles, c’est bien pour les affaires et les déplacements du quotidien, notamment domicile-travail. Cela permettra un développement plus équilibré sur l’ensemble du territoire, et non pas uniquement de la haute-Bretagne. Les travaux effectués en ce moment entre Rennes et Redon devraient améliorer la desserte entre la pointe Bretonne d’une part et la liaison Nantes-Rennes d’autre part.

Par ailleurs il convient de terminer l’axe central breton avec la RN164, chantier qui traîne depuis des décennies et qui permettra d’être une alternative aux deux RN du nord et du sud de la Bretagne, les temps de parcours devant être considérablement raccourcis si l’on veut rejoindre Brest ou Quimper depuis Rennes via Ploërmel, Loudéac ou Carhaix. C’est toute la Bretagne qui y gagnera, notamment la Bretagne intérieure et son industrie agroalimentaire, grande pourvoyeuse d’emploi. La fin des travaux est prévue pour 2022, sauf pour un tronçon de quelques kilomètres.

Enfin, en ce qui concerne le transport aérien, il convient de faire une synergie entre les aéroports existant en particulier ceux de Rennes, Nantes et Brest, afin qu’ils puissent offrir des destinations complémentaires, en concertation avec les pouvoirs publics. La France compte trois fois plus d’aéroports sur son territoire que l’Allemagne. Or la multiplication des aéroports concurrents de petites tailles n’est pas la solution au développement des dessertes via la Bretagne.

Au final, l’abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes doit être une opportunité de développement de la Bretagne au service des Bretons. Trop de temps a été perdu, il convient désormais d’avoir une action volontariste dont le but n’est pas de rabattre les voyageurs bretons vers Paris, mais bien de créer les conditions d’un développement endogène de la région. Les transports du quotidien, y compris les transports en commun en milieu rural et le déploiement de la fibre pour tous en Bretagne sont plus que jamais des chantiers prioritaires qui doivent aussi retenir toutes notre attention.

C’est ce que j’ai redis à la ministre des transport madame Borne, jeudi 1er février quand elle a reçu au ministère les parlementaires des régions Bretagne et Pays-de-la-Loire. Une occasion pour rappeler que le fait de ne pas avoir Nantes et Rennes dans la même région a été une difficulté supplémentaire pour organiser les transports en Bretagne. La complémentarité entre Rennes et Nantes et les autres territoires bretons est plus que jamais une nécessité. On voit bien d’ailleurs aujourd’hui que le dynamisme et l’esprit de collectif qui règnent en Bretagne a fait défaut à Nantes. La réunification de la Loire-Atlantique à la Bretagne est une nécessité pour le dynamisme de Nantes et le développement de la Bretagne toute entière.

Voir aussi :

mailbox imprimer

Vos commentaires :

spered dieub
Vendredi 2 fevrier 2018

Je ne suis pas certain que ce projet soit complètement abandonné ,simplement le temps de normaliser la ZAD ,et simultanément les pro aéroports vont continuer à mettre la pression sur l'exécutif et le premier ministre, qui justement dégringolent dans les suite à la décision d'abandonner ce projet ,y a t-il une corrélation ?

Rafig
Samedi 3 fevrier 2018

D'accord avec M. Mollac.

Pas de projet de transport en Région "bretagne" sans la Loire-Atlantique. Je le remercie de l'avoir encore une fois signalé au pouvoir parisien.

Ma théorie va même plus loin. C'est à cause de la séparation de la Loire-Atlantique avec les autres départements bretons que tous les projets et grandes infrastructures se sont figés dans le temps. Depuis les années 1970, n'appelle-t-on pas Nantes, "la belle endormie" !

En oui, dans les années 1950-60, le CELIB avait obtenu la construction des "autoroutes" gratuite en Bretagne. La RN 165 de Nantes (tient?) à Brest.

Comme à l'époque du Parlement et des Etats de Bretagne qui prévoyaient le creusement du Canal de Nantes (encore) à Brest.

Depuis la partition administrative : Pas d'Aéroport breton, pas de route 4 voies en Rennes et le finistère, pas de lignes de trains bretonnes ...

mais une ligne LGV pour aller plus vite à Paris.

Merci M. Mollac pour votre "obstination" dans le bon sans evel just.

Bertlondon
Lundi 5 fevrier 2018

Dommage M. Mollac que vous n’ayez pas la clairvoyance de vos prédécesseurs, ceux du CELIB, qui eux ont véritablement permis à la région de grandir et se développer, grâce à des projets structurants (notamment le plan routier breton et les lignes TGV). Le développement économique de ces dernières décennies a été rendu possible grâce à ces infrastructures décidées il y a 40 ou 50 ans. Contrairement à ce que vous croyez, NDDL était un projet structurant qui aurait bénéficié à tout l’ouest (et pas seulement Nantes) et qui aurait permis à la région de parler d’une seule voix, et concrètement de multiplier les vols directs vers les grandes villes européennes. Cette opportunité n’existant plus aujourd’hui (la faute en partie à des gens comme vous qui n’ont aucune vision économique à long terme et n’ont pas compris que ce qui affaiblit Nantes et Rennes va aussi affaiblir l’ouest de la région), quelles sont les perspectives d’avenir ? Des élus qui vont chacun tenter de défendre leur bout de gras, leur petit aéroport dans leur département, et une dépendance renforcée aux plateformes parisiennes. Vous vous rendez compte de la contradiction dans vos propos ? Vous dites vouloir renforcer l’autonomie de la Bretagne et vous renforcez sa dépendance vis-à-vis de Paris, auprès de qui vous allez quémander (pure perte de temps !!) des financements, ou une aide, pour renforcer des lignes aériennes de Brest et Rennes vers les hubs européens ! Mais cher Monsieur si le marché existait, cela fait longtemps que les compagnies aériennes auraient créé ces lignes ! Que voulez-vous que fasse le gouvernement, à part des promesses qu’il ne tiendra pas ? Le seul aéroport qui propose aujourd’hui des lignes vers les grands hubs européens s’appelle Nantes-Atlantique et alors que vous aviez l’opportunité d’en faire bénéficier le reste de la Bretagne, à commencer par les Rennais mais aussi le Morbihan, vous avez préféré jouer perso. Les Bretons jugeront d’eux-mêmes. En tout cas je peux vous dire que vous pouvez faire une croix sur votre vieux projet de réunification de la Bretagne ! Moi qui suis originaire de la presqu’île guerandaise, j’ai compris depuis longtemps que cette perspective ne conduirait qu’à l’affaiblissement de la Loire-Atlantique et de l’ensemble de l’ouest de la France.

THIERRY
Lundi 5 fevrier 2018

Marrant cet article ! je suis tombé dessus par hasard !

Vu de chez nous au sud de la Loire Atlantique cela nous parait loin les problèmes des bretons et surtout d'un autre age !

Mon pére est des Haut de France , ma mère de la nouvelle Aquitaine alors les problèmes préhistorique des bretons cela nous laisse perplexe ..

L'aéroport de Nantes est très bien, une grande majorité de bretons l'emprunte et comme le dit plus haut Bertlondon si le marché existait en Bretagne il y a longtemps que les cies aériennes auraient développées les lignes qu'il vous manque . Ce n'est pas le politique qui crée l'offre mais bien le marché !!

Sinon ...cela fait des décennies que Rennes n'est plus la 10 eme ville de France mais la 11 eme . Allez faire un tour sur l'insee .

Encore un avion de retard !! et oui mais à force de regarder dans le passé on se prend les pieds ds le tapis ...

allez comme vous dites la haut " chouxnavo"

jocharruau
Mercredi 7 fevrier 2018

A Château-Bougon comme nous disons au sud de la Loire, on va se rendre compte rapidement des problèmes d'agrandissement de cet aéroport nantais encastré et des nuisances qui vont impacter 70 000 habitants autour de NA ( dixit Nantes Métropole). Figurez-vous que les 2/3 des passagers aériens viennent du nord de la Loire, que le pont de Cheviré , qui traverse la Loire, avec ses 100 000 véhicules par jour est déjà saturé. Aujourd'hui, pour l'aéroport actuel, 5 500 000 passagers, 9 000 000 prévus en 2030 avec les compagnies low-cost qui s'installent.

A présent, on nous dit qu'il va falloir allonger la vieille piste NA - mal orientée- de 500 mètres du côté de saint Aignan de Grand Lieu ... dans la zone natura 2000, celle-ci voit l'application contraignante de la Loi Littoral. Il est question maintenant que l'Etat achètent des logements ( 1275 logements sont impactés de même les écoles de saint Aignan, s'ajoute le collège de la Neustrie du côté Bouguenais ). Cà va coûter cher.

Je ne suis qu'un simple citoyen qui est né en pays nantais, pays historiquement breton, je vois beaucoup de problèmes environnementaux à résoudre.

C'était beaucoup plus facile d'implanter à NDDL. c'est ce que la majorité silencieuse 44 avait compris en votant à 55 % pour le transfert à NDDL tout en gardant la piste NA pour les Beluga XXL pour le transport des tronçons Airbus et aussi permettre de doubler les emplois à Airbus d'autant qu'à Toulouse, cette entreprise ne peut s'agrandir.

Les médiateurs avaient prévu de garder la déclaration d'utilité publique sur la zad Nddl . Au nord de la Loire, à Nddl, je vois qu' il ne se fera rien de collectif, çà va devenir une pétaudière. Je connais le milieu. Ils sont incapables de se gérer. Et la ville de Nantes va inévitablement se développer au nord. Les géographes paraissent unanimes : les villes de l'hémisphère Nord se développe ... vers le nord.

Je me rends compte que cette histoire d'implantation d'aéroport nantais fait que Nantes et La Loire-Atlantique, se voient contraintes d'agir seules . Les angevins, les vendéens se retirent. Nous revenons trente ans en arrière. Les nantais ne comptent plus sur les pdl malgré la bonne volonté de la présidente, le fossé s'est élargi. Il est, à mon avis, profitable de travailler en réseau. C'est aux élus bretons, à présent, de faire l'avenir autour des 3 métropoles : Nantes, Rennes, Brest. N'attendons plus les parigots. Elus, prenez modèle sur les fondateurs du Celib, Molac, De Rugy... on vous attend pour passer un décret réunifiant la Bretagne. Je ne crois plus à un référendum, les nantais sont échaudés puisqu'à Paris, l'exécutif n'a pas tenu compte du résultat concernant Nddl en juin 2016. On s'est bien moqué de nous . S'il y avait eu 55 % de non à Nddl, il n' y aurait pas eu de contestation du résultat, de périmètre, de question mal posée.... En Allemagne fédérale, il faut 5 ans pour réaliser un pont, un ouvrage, en France centralisée, il faut au moins dix ans. Chercher l'erreur.

Retroussons nous les manches et arrêtons de bougonner.

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 7 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.