Pour une évaluation de la politique linguistique de la région Bretagne !

Alors que vont se tenir les " Rencontres régionales de la langue bretonne " (1) de la région Bretagne, je ne peux manquer de livrer ici certaines interrogations.

Nous sommes nombreux à penser que la politique linguistique est sans doute la plus importante des politiques menées par la région. Elle est capitale pour la communauté humaine que nous formons.

Nous ne cessons de nous demander pourquoi l'enseignement de la langue bretonne ne décolle pas, lorsque le corse, l'alsacien et le basque connaissent un renouveau (voir communiqué de presse récent de Breizh Impacte : (voir ABP 41009) ).

Le constat brutal des chiffres suscite des questionnements légitimes.

Faut-il incriminer un manque de volonté politique de la part de la majorité socialiste qui gouverne la région comme nos métropoles bretonnes ? On sait qu'il n'y a plus grand-chose qui les différencie de leurs camarades de Paris et des autres grandes cités. Nos langues ne relèvent souvent pour eux que du plat verbiage de la diversité culturelle.

La convention spécifique sur les langues de Bretagne pourtant suscitée par une révolte populaire plaide en faveur d'un manque d'ambition politique. A dire vrai, on n'a pas le sentiment que, malgré leur poids politique que l'on dit au plus haut, nos responsables bretons exercent une forte pression sur Paris et les épaules de M. le recteur d'académie. Je ne me souviens pas avoir lu ou entendu des discours percutants en la matière. Faut-il s'étonner si nos professeurs de breton ont le blues ou se retrouvent dans l'académie de Versailles ?

Faut-il incriminer le cadre juridico-politique de l'unicité du peuple français et les entraves juridiques et psychologiques inhérentes au système France et à l'éducation nationale ? Certes, mais à ce compte-là, on ne comprend plus pourquoi ailleurs ça progresse alors que nous connaissons un certain marasme…

Ce marasme convient-il, au fond, à ceux qui nous dirigent ? Il est parfois des moments où l'on suspecte une forme de duplicité, laissant le soin à certains membres de la majorité, étiquetés breton, de se pâmer devant les beaux concepts d'altérité ou de diversité et de déplorer les blocages institutionnels, pour masquer l'absence de volontarisme politique de la région. Il est toujours commode de jeter la pierre dans le champ du voisin.

La situation actuelle est peut-être la pire qui soit. Aux uns de s'en prendre à l'État, aux autres de retourner la patate chaude du côté des Bretons et des parents qui n'en feraient pas assez et se désintéresseraient de leur langue.

Pour étouffer une langue, il n'est rien de mieux que de rendre les victimes responsables de son dépérissement. Et si la décentralisation à la française était la ruse la plus perfide du jacobinisme, en apportant la caution démocratique des élus locaux aux phénomènes de dépérissement des langues et cultures minoritaires ?

Loin de moi l'idée de minimiser les blocages institutionnels qui sont réels. J'irais même jusqu'à reconnaître le droit à l'erreur dans la conduite d'une politique publique.

On peut fort bien se tromper. Fallait-il mettre à l'écart les parents d'élève au profit exclusif de l'Office de la langue bretonne, lequel fonctionne comme toute administration publique sur mode vertical descendant ?

Fallait-il mettre un terme à l'expérimentation du multilinguisme qui donnait l'assurance aux parents d'élève d'un haut niveau d'apprentissage de l'anglais, avec le breton en prime ? Il est permis d'en discuter.

Tout ce qui m'importe, aujourd'hui, c'est de rappeler que lorsqu'une politique est en échec ou ne donne pas les résultats escomptés, et bien on l'évalue, humblement. Si la politique linguistique nous tient à cœur, il ne s'agit jamais que d'une politique publique parmi les autres.

Il y a des chercheurs en science sociale dont l'évaluation des politiques publiques est la spécialité.

Il est même pertinent d'associer des tiers au processus d'évaluation, car nous savons par expérience, que celui qui définit et met en œuvre une politique n'est pas le mieux placé pour l'évaluer. Cette évaluation contradictoire de la politique linguistique de la région Bretagne était l'une des demandes formulées par la délégation de " Breizh Impacte " en juin dernier. Le refus essuyé à cette occasion révèle une fois de plus combien il est difficile aux responsables politiques de s'interroger sur le bien fondé de ce qu'ils entreprennent, que nous soyons en période d'élection ou pas. Une personne publique ne peut mal faire.

La plus grande erreur de la région Bretagne est le refus d'affronter en face une politique qui dysfonctionne pour privilégier des exercices de communication devant les associations subventionnées.

Je ne crois pas me tromper en affirmant que les Bretonnes et les Bretons en ont assez des belles paroles et ne souhaitent qu'une chose en la matière, savoir pourquoi ça ne marche pas comme il le faudrait et quelles sont les décisions à prendre d'urgence pour que leur langue ne finisse pas dans les poubelles de l'histoire.

Yvon Ollivier, juriste, auteur

(1) Hôtel de Courcy,

9 rue Martenot

Rennes

15 octobre

Voir aussi : La mairie de Vannes installe finalement une signalétique bilingue par Ai\'ta ! Kreiz Breizh
Voir aussi : Trois minutes pour répondre à un questionnaire sur la place de la langue bretonne dans votre paroisse par Ar Gedour Mag
Voir aussi : L'État continue ses efforts pour effacer la langue bretonne ! par Ai\'ta ! Kreiz Breizh

©agence bretagne presse

.
Cet article a fait l'objet de 1078 lectures.
mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer

Auteur de l'article :

Yvon Ollivier

Yvon OLLIVIER est juriste, auteur de l'ouvrage "la désunion française essai sur l'altérité au sein de la République" ed l'harmattan 2012 et membre de la coordination des juristes de Bretagne blog associé desunion-francaise.over-blog.com

Vos commentaires :

Hoel
Mercredi 5 octobre 2016

Toute personne s'intéressant à ces questions ne peut que faire le même constat, du décalage avec les autres régions, notamment la Corse, et du refus de dialogue des élus socialistes (ce serait probablement pareil avec la droite), y compris des élus "régionalistes", qui, quand ils ne font pas de beau discours humanistes, se taisent.

Face à cela, en dehors de Breizh impact, et de Ai'ta, on ne peut aussi que relever une apathie générale du mouvement breton, et cette apathie générale contraste aussi avec ce qui se passe en Corse, où une demande d'officialisation du corse, notamment, a déjà été demandé, officiellement, ... et refusée par l'Etat, plus précisément par le gouvernement, gouvernement dans lequel se trouve ... le président de la Région Bretagne !

Devant cette situation de blocage, et d'injustice, il est du devoir du mouvement breton de s'interroger sur sa ou ses propres stratégies, après avoir fait le constat que ni les manifestations, ni les pétitions n'ont changé et ne changeront fondamentalement la situation.

« On écrit l'histoire en France comme on fait un compliment à l'académie française ; on cherche à arranger ses mots de façon qu'ils ne puissent choquer personne. Et puis, je ne sais si notre histoire mérite d'être écrite. »

Voltaire

(voir le site)

Jiler
Samedi 8 octobre 2016

Le résultat des élus UDB et de Léna Louarn à la région est catastrophique : 7 % seulement des scolaires de Breizh Izel sont dans des classes bilingues ! Il en faudrait 30 % pour que l'on puisse se réjouir , avec ouverture de 20 à 30 classes nouvelles tous les ans !

Il est temps de changer de braquet , et d'écouter Breizh Impacte , Yannig Baron et Yvon Ollivier.Ce sont les seuls à avoir un discours honnête.

Mais que faites-vous , vous tous qui avez sué sang et eau pour monter les écoles Diwan et bilingues contre la volonté des élus , contre vents et marées?? Vous dormez ? Et pendant ce temps votre beau projet risque de s'écrouler!

Pebezh tristidigezh ! Ar Vretoned gouest da reiñ lamm d'ar Franked gwechall deuet da vezañ un tropellad leueoù !!

Yann Menez Are
Samedi 8 octobre 2016

Ne nous trompons pas, le nombre c'est bien, mais il faut de la qualité, c'est à dire à terme de vrais locuteurs bretonnants.

Là aussi, il faut une évaluation des systèmes: les trois Di. Les enseignements en seraient probants!

La priorité aujourd'hui, avant toute autre chose, c'est de former des instituteurs bilingues : on en manque cruellement, cela freine la croissance de l'enseignement bilingue, c'est la priorité des priorités!

Gaëtan G.P.
Jeudi 20 octobre 2016

Clairement, avec trois postes en moyenne au CAPES Breton, on manque d'enseignants qualifiés, surtout qu'ils sont parfois nommés ailleurs qu'en Bretagne. Ensuite le coût est évidemment un obstacle, enfin il me semble.

Écrire un commentaire :

Combien font 7 multiplié par 6 ?

Publicités et partenariat