Marina Dédéyan : « Tant que se dresseront les pierres ». Je ne suis pas lecteur de roman ! Et je n’ai commencé à lire cet ouvrage que par politesse vis-à-vis d’un éditeur (ou de l’auteure) qui avait envoyé à l’Institut culturel de Bretagne un service de presse…  et aussi car le sujet m’intéressait… avec une pointe de suspicion : un roman historique sur la Bretagne pendant la dernière guerre… On pouvait s’attendre à tout !

45496_1.pngcouverture

Et plus je suis rentré dans ce livre, plus il m’a conquis !

Un roman… peut-être ?

Mais un roman intelligent et honnête, qui donne la parole aux différents belligérants, qui ne juge pas cette époque avec nos yeux et nos références de lecteurs d’aujourd’hui, de lecteurs qui connaissent la fin de l’histoire, formatés qu’ils sont par 73 ans d’instrumentalisation politique de cette Histoire qui montre, y compris dans une même famille, les choix divergents d’êtres aussi sincères les uns que les autres, tous aussi déboussolés les uns que les autres par un contexte qui les dépasse, les aveugle, exacerbe les convictions, pousse aux choix ultimes qui leur semblent les seuls possibles.

qui montre que rien n’est binaire. Bons ou méchants ! Héros ou bandits ! Idéalistes ou traîtres ! Résistants ou terroristes ! Patriotes ou collaborateurs !

Un roman qui montre que dans cette furie meurtrière les vrais coupables ne sont pas les victimes qui sont embarquées dans telle ou telle option mais les systèmes totalitaires et fondamentalement anti-démocratiques et irrespectueux des droits humains, qu’ils s’appellent jacobinisme français, états-nations belliqueux, bolchevisme, ou nazisme ! Un problème toujours d’actualité.

Un roman sensible, qui n’apprend rien sur le plan historique à ceux qui ne sont pas contentés du catéchisme politiquement correct qui nous est servi depuis la « Libération » mais qui nous fait vivre de l’intérieur le quotidien de doutes, de craintes, de colères, de peines, d’humiliations ou d’espoirs… Un ouvrage qui pose aussi la question de la transmission ou des non-dits d’une génération à l’autre… Un questionnement qui vous cueille, sans prévenir, implacablement !

Un roman ? Mais un roman bien documenté et qui, mieux qu’un livre d’histoire, transmet l’histoire des mentalités, les raisons des actes et non seulement leurs résultats, les sentiments et non uniquement la rigueur trompeuse des seules sources écrites. Une documentation plus « historique » que bien des ouvrages qui s’autoproclament comme tel (sans même parler de ceux qui ne sont que des pamphlets partisans) et qui donne à l’ensemble une crédibilité qui contribue au drame et à l’émotion.

Un roman avec une belle écriture au service de l’expression des ressentis.

Un roman que je ne vous résumerai pas. Mieux vaut le lire !

Patrick Malrieu

Voir aussi :

mailbox imprimer

Vos commentaires :

Jacques
Jeudi 2 août 2018

Article hautement politiquement incorrect et peu en phase avec la pensée formatée du mouvement breton...

Il y aurait donc une autre ligne de lecture possible que les gentils résistants communistes et les méchants indépendantistes??? (sans évoquer les ''oubliés'', ceux qui ne rentrent pas dans ligne de lecture officielle et donc qui n'ont jamais existé...)

Et c'est à ces gens là que ce livre voudrait donner la parole, ceux-la même pour lesquels le futur de la Bretagne ne sera jamais assez long pour expier la faute inqualifiable et suprême, LA faute au-dessus de toutes les fautes...

Faisons confiance au Mouvement Breton, celui qui est propre sur lui, pour réagir... Il en va de notre (?) honneur...!

Quand à moi, je n'ai aucun doute que ce livre écrit par un "ange du coté obscure de la force" sera mon prochain achat... Les gens qui bravent l'interdit quasi-religieux en s'autorisant à penser... de nos jours c'est tellement rare... telle une goute d'eau dans un dessert, il ne faut pas s'en priver...

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 1 multiplié par 1 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.