Le quartier Nord, gare de Vannes, résultat de la politique du pire
Communiqué de presse de Gwened / Vannes 2014

Publié le 20/11/13 16:38 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

On apprend par la presse que les nouveaux habitants du quartier Nord de la gare refuseraient en majorité le nouveau nom breton du quartier : Kereden donné par le promoteur.

Cela inspire plusieurs réflexions :

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

- à l'heure actuelle, la toponymie historique est remplacée par celle des promoteurs immobiliers. La consonance reste partiellement bretonne (kêr + Eden) mais il ne s'agit pas moins d'un remplacement d'un nom de lieu par un nom fantaisiste et de la suprématie des affaires sur de faibles élus.

- les nouveaux habitants du quartier de la gare correspondent tout à fait à cette politique de vente aux enchères mise en place par les élus vannetais. Une population principalement francilienne vient spéculer avec arrogance et pouvoir, jusqu'à en interdire notre culture, au détriment des actifs de la ville et de retraités moins aisés, poussés à l'exil ou à la paupérisation. On assiste en conséquence à la mort du centre-ville et du faubourg de Saint-Patern, jadis bouillonnant. Les commerçants de l'intra-muros en sont aussi les victimes.

- Ce quartier de la gare aurait dû depuis le départ devenir un quartier administratif, dans la continuité des administrations du boulevard de la Paix (qui partent !), pour conserver une population active en centre-ville, une économie vivante et diversifiée, source d'emplois. Cette activité aurait été une manne pour les commerçants du centre une fois encore (voir nos précédents communiqués).

- Vannes aurait eu besoin d'une gare d'échanges trains, bus, cars, taxis… à cet emplacement. C'est la troisième gare de Bretagne après Nantes et Rennes d'une part, les transports en commun vannetais sont insuffisants et inefficaces d'autre part. Nous ratons une occasion de régler les problèmes de transport, de circulation et de stationnement.

- Une route pénétrante vers le centre et des parkings souterrains auraient dû être une priorité dans ce quartier.

Au contraire de tout cela, la municipalité actuelle avec l'appui de la gauche, a sacrifié ce quartier pour en faire une zone résidentielle pratique pour tous les nouveaux arrivants percevant Vannes comme une résidence balnéaire. Une résidence à deux pas de la gare ! Dans le même temps, les administrations du centre viennent alourdir des zones périphériques de Vannes déjà saturées.

Vannetais, ne choisissez plus la politique du pire ! C'est contre l'emploi, contre une vie décente pour tous.

Pour Vannes 2014,

Bertrand Deléon.

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1290 lectures.
Vos 7 commentaires
  Emilie Le Berre
  le Mercredi 20 novembre 2013 21:29
Paour kaezh bro. N'anavezidennan ket ken ac'hanout. Bemdez tristoc'h ha tristoc'h on pa welan ar pezh zo graet ac'hanout. Ya, leun a glac'har eo ma c'halon.
(0) 
  Ronan Badouel
  le Jeudi 21 novembre 2013 12:41
Pas croyable! Grosse manif à organiser contre la débretonnisation programmée! Torrepen!!!
(0) 
  Bertrand Deléon
  le Samedi 23 novembre 2013 13:22
Aujourd'hui, le quotidien Ouest-France dédie une page entière au groupe immobilier Ciboire, promoteur du quartier de la gare de Vannes. Apparemment, les appartements ne sont pas vendus.
(0) 
  ALAIN Isabelle
  le Mercredi 27 novembre 2013 12:13
Votre article n'est pas très clair, quels sont pour vous les nouveaux habitants ? N'oubliez pas que ce quartier vit depuis des années sans "Kéreden" et que ça n'a jamais gêné personne, même si nous vivions parmi des FRICHES.
Aujourd'hui il y a ce projet, qui nous donne accès à la ville de Vannes au même titre que les autres citoyens de cette ville, qui a t il de mal à ça ?
Néanmoins vous soulevez de véritable questions de fonds notamment sur la dévitalisation du centre ville, mettez vos énergies à défendre un véritable quartier, ou se côtoient services, tertiaire et habitat ainsi qu'unhe gare ré inventée. MAIS PAS UNE PENETRANTE A CET ENDROIT
QUI COUPERAIT DEFINITIVEMENT LE QUARTIER EN DEUX SANS TENIR COMPTE DES HABITANTS ACTUELS SOIT DES VANNETAIS DE SOUCHE;
(0) 
  Bertrand Deléon
  le Mercredi 27 novembre 2013 12:30
Bonjour,
C'est écrit. Les nouveaux habitants sont des retraités, bien plus aisés que les retraités vannetais. Ce quartier vivote depuis des années mais il y a bien une friche à reconstruire. L'erreur est à cet endroit. Il ne fallait pas de nouveaux de logements pour pallier l'absence vannetaise de politique du logement digne de ce nom.
Le centre-ville meurt car li n'y a plus d'activité économique suffisante.
"mettez vos énergies à défendre un véritable quartier, ou se côtoient services, tertiaire et habitat ainsi qu'une gare ré inventée" : C'est l'objet de l'article !!!!
Quant à la pénétrante, elle est essentielle, nous la verrions plutôt ailleurs (rond point Pompidou).
(0) 
  alain isabelle
  le Mercredi 27 novembre 2013 13:31
RE BONJOUR,
Quant à la pénétrante elle serait mieux du côté des 2 petits ponts du Bilaire où pour l'instant il n'y a pas de constructions. Ce qui permettrait par ce coté d'arrimer l' hopital et le quartier arsenal . Mais pour cela il faudrait une vision c'est ce qui manque à cette ville.
bonne journée
ai
(0) 
  Bertrand Deléon
  le Mercredi 27 novembre 2013 13:43
Tout à fait ! C'était l'une de précédentes propositions. Tout est à discuter, à penser, ce qui fait défaut à Vannes depuis fort longtemps. Votre vision est pertinente.
Bonne journée,
BD
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 6 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.