la privatisation des semences est scandaleuse

-- Politique --

Communiqué de presse de Parti Breton - Strollad Breizh
Porte-parole: Yves Pelle

Publié le 6/06/13 20:02 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
30414_1.jpg

Le Parti Breton s'insurge contre la décision de la commission européenne adopté le 6 mai dernier qui vise à contrôler le commerce des semences fermières en leur octroyant un Certificat d'Obtention Végétale (COV). Si le Parlement et le Conseil adoptent cette directive, cela aurait pour conséquence de remettre en cause le Droit inaliénable des agriculteurs et jardiniers à produire leurs propres semences.

Depuis plus de 10 000 ans en effet, ce sont les paysans qui, par une sélection massale continuelle, ont adapté espèces et variétés à leur propre territoire en assurant ainsi une adaptation parfaite à leurs besoins alimentaires et aux conditions pédoclimatiques de leurs terroirs. Ces ''variétés de pays'' qui participaient à notre richesse biologique et à la nécessaire biodiversité, sont maintenant considérées comme des ''variétés hétérogènes'' dangereuses et donc à réglementer !

L'Union Européenne est sous l'influence des Etats mais aussi des lobbies puissants. Si cette directive est mise en ½uvre, les firmes semencières et biochimiques déposeront des brevets et autres COV afin de s'approprier cette richesse génétique. Cette privatisation d'un bien collectif et séculaire est inacceptable et scandaleux ! Comme aux USA (avec la firme Monsanto) les agriculteurs ou les jardiniers souhaitant produire leurs semences, seraient poursuivis en justice pour détournement d'un bien ne leur appartenant plus !

Cette expropriation est illégitime et digne des pays de non-Droit ! Les dérives bureaucratiques, la réduction des libertés fondamentales et la cupidité des sphères politiques et économiques qui ruinent la France sont également à l'½uvre en Europe. Au delà de l'aspect scandaleux de cette réglementation, l'aveuglement de nos dirigeants et le rejet de plus en plus fort de la classe politique et bureaucratique française et européenne, nous conduisent tout droit vers des dérives populistes dont on ne mesure pas encore la violence.

L'aggravation de la santé financière de nos agriculteurs, les perspectives moroses et l'augmentation inquiétante du chômage déstabilisent notre société et font le lit des extrémistes. Le Parti Breton demande instamment à Dacian Ciolos, Commissaire européen pour l'agriculture mais aussi au Parlement et au Conseil Européen de faire preuve de lucidité politique en refusant ce hold-up sur les semences. Le Parti Breton milite pour la démocratie, le respect de nos Droits spécifiques et l'autodétermination des Bretons, il milite aussi pour une Europe plus juste et respectueuse des droits imprescriptibles des paysans et des peuples à disposer d'eux-mêmes.

Hervé Le Quéré

Membre du CN au Parti Breton

Délégué aux questions agricoles


0  0  
mailbox
imprimer
Vos 6 commentaires
jojojo
Lundi 24 janvier 2022
En effet, tout à fait scandaleux! Et que certains politiques y voient un sens montrent combien ils sont déconnectés de la réalité (et de notre passé, et donc de notre futur).
(0) 
eugène
Lundi 24 janvier 2022
Bonne réaction!
Et tout cela pour mieux passer sous la coupe d'une politique agricole "américaine" à base des produits "monsanto".qui étend son influence sur le monde entier.
La maîtrise du Monde est à ce niveau(on ne pourra jamais se passer de semences).. nous sommes toujours dans la guerre "des cultures";
l'EUROPE SE VEND AU PLUS OFFRANT.
(0) 
Job LE GAC
Lundi 24 janvier 2022
Il est possible de relayer la démarche politique par une "cyber action" :
(voir le site)
ça devrait faire effet !
(0) 
marc iliou
Lundi 24 janvier 2022
L' Europe c'est actuellement l'Europe des multinationales et des lobbies, pas l'Europe des peuples pour qui j'ai voté à l'époque, à ne pas confondre avec l'Europe des états-nations pour qui je ne vote pas ; c'est une Europe libérale aux mains de partis de droite qui se foutent de la gueule des peuples, mais vu ce que c'est la gauche en France, qu'attendre aussi d'une Europe de gauche ? Le fric et le CAC40 sont rois bien que la France se proclame être une république !
(0) 
Jean Aubert
Lundi 24 janvier 2022
les variées de pays ne sont pas concernées! Halte à le désinformation stupide
(0) 
Hervé
Lundi 24 janvier 2022
''Les créateurs de nouvelles variétés peuvent faire protéger celles-ci. Cette protection est attestée par un titre de propriété appelé "Certificat d'Obtention Végétale" ou COV. Il interdit à quiconque la production et la commercialisation des semences de la variété sans l'accord express de son propriétaire.Pour 21 espèces, la réglementation européenne et la loi française prévoient des exemptions à ce droit. C'est ainsi que pour les variétés protégées par un certificat européen ou par un certificat français, les agriculteurs peuvent produire des semences de ferme de ces espèces sans demander l'autorisation à l'obtenteur, mais ils doivent alors lui verser une contrepartie.'' Voilà ce qu'annonce le Gnis. On est donc fondé à penser que la privatisation des semences paysannes est possible moyennant quelques modifications...cette stratégie se retrouve également sur d'autres biens collectifs que sont l'eau, les chansons ou les plantes médicinales d'Amazonie...en y apportant sa ''touche personnelle''on en fait un autre produit dont on peut revendiquer la propriété...il n'y a pas si longtemps on interdisait aux agriculteurs le triage et l'échange de semences de ferme...cette volonté perdure !
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 2 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.