-- Economie --

La Bretagne encaisse la deuxième vague de la crise : le chômage augmente de 1,70 % en décembre 2011

Article de Louis Bouveron (porte parole Louis Bouveron) publié le 27/01/12 15:43

Le chômage a continué à augmenter en Bretagne en décembre 2011, porté par l'augmentation nette du nombre de chômeurs dans le Finistère et en Loire-Atlantique. Les départements qui embauchaient le plus encore en septembre 2011 (voir notre article) sont maintenant ceux où le chômage augmente le plus.

24703_1.jpgEvolution du chômage en décembre 2011 en Bretagne - Infographie ABP

En France, le chômage croît de 1 % sur un mois portant le nombre de chômeurs de catégorie A à 2,8 millions et de 5,6 % sur un an. Les demandeurs inscrits depuis au moins 3 ans progressent même de 22,5 % en 2011.

Encore une fois, nous pouvons être plus optimistes que les autres organes d'information bretons qui, depuis Rennes ou Morlaix estimaient en novembre que le chômage a flambé, et en octobre, qu'il avait explosé. En décembre 2011, le chômage a augmenté de 1,56 % en Bretagne ce qui ne constitue pas un envol ou une flambée.

Dans le détail, le chômage de catégorie A augmente de 0,98 % dans les Côtes d'Armor (+ 210 chômeurs), 2,78 % dans le Finistère (+ 950 chômeurs), 0,78 % en Ille-et-Vilaine (+ 280 chômeurs), 0,72 % dans le Morbihan (+ 200 chômeurs) et de 2,45 % en Loire-Atlantique.

Le dernier mois où le chômage a baissé en Bretagne est celui de septembre 2011. Depuis, le nombre de chômeurs a augmenté de 4,5 % pour l'ensemble des cinq départements de la région, à 171.306 chômeurs de catégorie A fin décembre 2011.

Sur l'année, la hausse du chômage a le plus affecté le Finistère et les Côtes d'Armor où l'industrie et l'agro-alimentaire souffrent. Mais de bonnes nouvelles éclaircissent l'horizon économique. En effet, alors que la Sobrena et ses 220 salariés continuent à intéresser les repreneurs possibles et les candidats en campagne, le plan social de l'ADMR a été suspendu et une sortie de crise est en train d'être trouvée pour éviter 78 licenciements secs dans le domaine des services à la personne dans le Finistère En revanche, le sous-emploi des seniors et l'augmentation notable de leur chômage inquiète dans le bassin de Saint-Brieuc.

Les chiffres de décembre 2011 démontrent aussi la force qui fait la particularité de l'économie bretonne : alors que le chômage augmente partout en France, à de rares exceptions près (comme le Loir-et-Cher), que la désindustrialisation frappe sans distinction outre-Couesnon, que les plans sociaux et les fermetures d'usines se multiplient, en Bretagne, lorsqu'un moteur économique souffre, un autre prend le relais : en Ille-et-Vilaine et dans le Morbihan, le chômage n'augmente presque pas.

En Loire-Atlantique, le bâtiment résiste, notamment grâce à l'augmentation de la population qui oblige presque toutes les communes à construire des équipements culturels et scolaires et qui leur donne aussi les moyens de viser grand. Airbus et les Chantiers continuent sur leur lancée, les entreprises continuent à innover pour résister à la crise. Quant à la fermeture de la raffinerie Beghin-Say, emblématique usine de Nantes qui ne raffine plus, mais conditionne encore le sucre fabriqué dans les raffineries du groupe Tereos, elle est repoussée plus loin courant 2012.

Voir aussi :

mailbox imprimer

Vos commentaires :

Louis Le Bars
Samedi 28 janvier 2012

Ne pas tirer des conclusions trop hâtives de ces chiffres.

Le Centre de la France a aussi de très bons chiffres niveau chômage depuis 10 ans (à l'échelle française), c'est pourtant pas le plein boom économique...

Moins il y a pas de jeunes de 18-30 ans, moins il y a de chômage.

André BERLAN
Lundi 30 janvier 2012

@ Louis le Bars : ça dépend de quel centre on parle. Dans le Loir-et-Cher, le chômage baisse, le département est en stagnation économique. Dans l'Indre, le Cher, l'Indre-et-Loire, le Loiret, le chômage ne cesse de monter. Ne croît que l'Indre-et-Loire, et encore, l'agglo tourangelle seulement.

Si vous parlez du Limousin et de l'Auvergne, c'est autre chose.

Cela dit, deux sources de chômage sont à considérer : les moins de 25 (ou 30 ans) et les seniors, et là c'est en plein boom. Partout.

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 8 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.