L'enracinement n'est pas l'enfermement

-- Culture --

Chronique de Alliance Souverainiste Bretonne
Porte-parole: Michel LEGUERET

Publié le 15/05/22 17:23 -- mis à jour le 15/05/22 22:12

Quel enracinement ?

Les peuples doivent rester fidèles à leurs attaches et à leurs héritages territoriaux, culturels et historiques. L’enracinement, vertu et pratique, s’oppose à la pseudo-civilisation planétaire qui prétend organiser le règne conjoint de l’individu et de la masse au détriment de toute appartenance intermédiaire. Du point de vue des peuples, le dynamisme créateur ne peut être qu’enraciné. A une époque où domine un système planétaire, l’enracinement constitue une réponse globale aux pathologies (sociales, économiques, physiologiques, écologiques), d’une civilisation mondiale paralysée et cancérisée.

Il faut néanmoins se méfier des récupérations de l’enracinement comme immobilisme, comme folklore aseptisé ou comme « fin de l’histoire ». L’histoire des peuples européens se fonde en effet sur un mode d’enracinement qui suppose conquête et désinstallation (capacité, fondée sur l’esprit d’aventure, de sortir de son propre cadre de vie tout en restant fidèle à soi-même et à sa tradition d’origine). C’est une notion dynamique en relation directe avec la nécessité d’actualiser un héritage : c’est d’abord en soi qu’on porte ses racines.

Nous voulons donner au peuple breton une forme qui empêche sa disparition et permette son retour à la dynamique de l’histoire. Notre perspective n’est pas ethnographique mais politique. En ce sens nous entendons aider le peuple à devenir une véritable communauté solidaire et renforcer sa conscience historique. Notre volonté d’histoire et d’enracinement n’est pas un enfermement : elle s’ouvre sur la reconquête d’un espace culturel global, exigence de la géopolitique la plus réaliste.

Voir aussi :

1  1  
mailbox
imprimer
logo
Mouvement breton souverainiste se revendiquant de droite mais ouvert à tous les amoureux de notre région . Nous revendiquons le retour aux frontières historiques et une large autonomie de gestion pour la Bretagne.
Vos 3 commentaires
Per Manac'h
2022-05-15 21:00:18
Pour que le peuple breton se perçoive comme tel et redevienne acteur de son propre destin, il faut que ses caractères objectifs, fussent-ils affaiblis, deviennent les fondements de son vouloir-vivre communautaire, seul capable de transformer la constatation passive de l’existence du peuple en volonté d’action. Le devenir d’un peuple de nouveau éveillé s’inscrit en effet dans le champ de l’expérience historique où se déploient ses possibilités d’action et où s’élaborent les grands mythes nationaux qui constituent sa mémoire.
Au système dominant qui tente aujourd’hui de figer l’histoire dans une culture planétaire inerte, les Bretons doivent se réapproprier leur passé, leur histoire pour un projet de reconquête et de remodelage du présent. Ils atteindront ainsi la part d’éternité qui est en eux. L’histoire est donc ce qui doit être conservé et régénéré pour que nos peuples échappent à la disparition qui les menace. Là est l’enjeu de la « guerre des peuples » contre un système mondial d’arasement.
Il faut donc rendre un sens à la vie des peuples européens. Ce sens, c’est la visée par laquelle les hommes mobilisent leur existence, pour laquelle ils s’engagent librement et nécessairement. Le sens organise les valeurs, les ordonne, les hiérarchise et les met en perspective.
En faisant de nouveau entendre la voix de nos peuples, nous recréerons le sens de leur destinée.
(3) 
Michel Bernard
2022-05-16 10:17:47
Réveiller la conscience du peuple breton,vaste programme aurait dit le general de gaulle,soyons humbles commençons par rassembler autour de valeurs bretonnes simples et qui peuvent reunirles habitants,qui pour la plupart parlent desormais francais,le breton c 'est du latin pour les jeunes ils ne sont pas intéressés puisqu ils ne le comprennent pas.
(1) 
Pcosquer
2022-05-20 23:38:33
@Michel Bernard
Le phénomène s'inverse même si il est encoré ténu: on trouve des jeunes parlant breton de parents non bretonnants. Ce rapport familiale est totalement nouveau. Vous n'êtes pas breton cela se sent dans chacune de vos interventions ; elles sont systématiquement orientées anti-langue bretonne et extension grand-ouest, c'est selon. Vous écrivez sournoisement: "commençons par rassembler autour de valeurs bretonnes simples et qui peuvent reunir les habitants" et moi je vous répond que la langue bretonne est le premier outil collectif du peuple breton. C'est grâce à elle que cette culture bretonne s'est développée au cours des âges, pas avec une autre langue et certainement pas avec le français qui l'a justement freiné, orienté et potentiellement étouffée. Sans cette langue bretonne, il ne s'agira plus de bretons Mr Bernard, il s'agira d'autres personnes... maléables à souhait. Vous prétendez défendre l'avenir des bretons, malheureusemnt, cela se résume à un copié collé des valeurs républicaines qui justement sont en échec. Le système français a ruiné ces valeurs; je pense que l'état d'émiettement de la siociété française ne vous a pas échappé. Les valeurs en question n'y sont pour rien. En revanche le système politique y est pour quelque chose.
Je crois que le temps s'inverse et d'une destruction systématisée de la langue bretonne "énemie" du progrès, on est passé, grâce à la culture bretonne rescussitée des années 70, à une considération très positive pour le breton, mais aussi pour les autres langues, on est passée aussi à un nouveau regard sur nos rapports au monde et surtout à la nature; on redécouvre la nécessaire rationalité de penser diversité de la nature comme sont corollaire, la diversité humaine et culturelle. Le temps s'inverse parce qu' a l'instar de la 3ème génération prise dans le processus de destruction de la langue bretonne se trouvera une nouvelle génération de personnes monolingues francisantes qui se perdront dans un monde bilingue ou multilingue mais qui resteront, cependant, les seuls à ne pas parler la langue originelle du pays...Le principe de "langue d'association" marche dans les deux sens Mr Bernard: on l'entend à la fois avec fierté parce qu'elle nous rassure sur nos origines même si on ne la parle pas, de même elle rappellera à ceux qui n'auront pas voulu l'apprendre ou qui l'auront rejettée qu'il leur manquera toujours une part d'eux-même. Le porte monaie ne remplacera jamais ce sentiment d'insécurité!
(1) 
ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 7 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.