L'auteur de bandes dessinées malouin Pascal Bresson bientôt chevalier des Arts et des lettres

-- Culture --

Agenda de Auteur illustrateur
Porte-parole: Pascal Bresson

Publié le 23/09/21 6:13 -- mis à jour le 23/09/21 06:13

Pascal Bresson est un auteur de bandes dessinées engagé. Ses livres font partie de son devoir de mémoire qu’il porte avec force et ses livres son étudiés aux collèges et lycées. Pascal Bresson sera en séances de dédicaces à Lamballe (Côtes-d’Armor) le samedi 31 octobre 2020.

Vos livres concernent souvent des faits marquants ou des personnes très engagées. Pourquoi ?

J’ai une fibre du devoir de mémoire et surtout de la transmission. Je n’aime pas l’injustice. J’ai cherché des réponses à certaines de mes questions sur l’être humain. J’ai lu des livres sur Mandela, Martin Luther King, Aimé Césaire… J’ai eu envie d’apporter ma petite pierre à l’édifice en faisant des livres sur des thèmes engagés, des injustices comme l’affaire Dreyfus, le Bugaled Breizh… J’ai aussi fait des thèmes plus légers comme les aventures de Nicolas Hulot, j’ai travaillé avec le commandant Cousteau à mes débuts…

Vous avez notamment sorti un livre sur Simone Veil. Vous l’avez rencontrée ?

Oui par deux fois. Et cela m’a marqué. J’ai raconté sa vie et ses combats contre tous les extrêmes dans mon livre Simone Veil, l’immortelle (éditions Marabulle). J’ai ensuite décidé de continuer ce devoir de mémoire. J’ai écrit un livre sur la rafle du Vél’d’Hiv. Comme je suis féru d’histoire, j’ai fait des recherches sur Béate et Serge Klarsfeld.

Le dessin, vous êtes tombé dedans tout petit, on dirait ?

Je descends d’un grand-père aquarelliste champenois. J’ai fait des études de comédien et en parallèle, j’apprenais le métier de dessinateur. Depuis mes 14 ans, et pendant les vacances scolaires, j’allais apprendre le métier chez deux auteurs reconnus, Tibet et Follet. À 18 ans, je suis devenu professionnel, par nécessité.

Vous êtes auteur. Vous faites donc le dessin, les textes, la couleur ?

Au début, je n’étais que dessinateur et illustrateur. Et au fil du temps, je suis devenu auteur. Mais cela dépend. Pour certains livres, je vais dessiner, pour d’autres je serais le scénariste.

« J’apporte ma petite pierre à l’édifice »

Vous avez notamment sorti un livre sur Simone Veil. Vous l’avez rencontrée ?

Oui par deux fois. Et cela m’a marqué. J’ai raconté sa vie et ses combats contre tous les extrêmes dans mon livre Simone Veil, l’immortelle (éditions Marabulle). J’ai ensuite décidé de continuer ce devoir de mémoire. J’ai écrit un livre sur la rafle du Vél’d’Hiv. Comme je suis féru d’histoire, j’ai fait des recherches sur Béate et Serge Klarsfeld.

[Pascal Bresson a travaillé avec Serge et Béate Klarsfeld.]

Pascal Bresson a travaillé avec Serge et Béate Klarsfeld. | DR

C’est justement le livre Béate et Serge Klarsfeld, un combat contre l’oubli (éditions la Boîte à bulles) que vous allez dédicacer à Lamballe ?

J’ai travaillé six mois sur ce projet avec les Klarsfeld. Ils incarnent ce couple franco allemand fondé sur la justice et la vérité qui a lutté pendant cinquante ans contre l’obscurantisme.

Vos livres sont des supports pédagogiques en fait ?

Je ressens une espèce de fierté de me dire que mon livre pourra servir de support pédagogique auprès des jeunes. C’est important de transmettre, ils sont l’avenir. Finalement, la BD ce n’est pas que des cadres et des bulles, ça peut aussi faire bouger les choses et elle est abordable par tous.

Sur quels projets travaillez-vous maintenant ?

Je travaille sur la colonie des enfants d’Izieu, quand 44 enfants juifs avaient été déportés et également sur un livre hommage à Florence Arthaud, la femme de tous les défis…

Voir aussi :
tags : BD, Pascal Bresson, Saint-Malo
mailbox imprimer
Pascal Bresson, auteur de bande dessinée et illustrateur pour enfants (éd. Glénat).
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 0 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.