Le dimanche 29 juillet j’étais l’invité politique du Soir 3. J’ai été interrogé sur l’Affaire Benala, sur la réforme constitutionnelle ainsi que sur mon rôle en tant que député.

 

 

Voir la source : journal de France3 via France Info

Ce communiqué est paru sur Le blog de paul Molac

Voir aussi :

mailbox imprimer

Vos commentaires :

Léon-Paul Creton
Vendredi 3 août 2018

Que dit Paul Molac de différent de ce qui a été dit par des dizaine d’élus parisiens qui ont défendu leurs prés carrés , et leur mouvement qui prétend être « en marche », et aussi…leur président ? Leur, le système !

Sur ces cinq mauvaises minutes, qui plus est sur le Soir 3 National, je n’ai pas vu et certainement pas imaginé qu’un auditeur breton ou autre, pas très intéressé par la politique ait pu penser qu’il écoutait, entendait et voyait un militant breton ! Quatre secondes chronos sur les langues régionales. La journaliste lui fait remarquer qu’ils n’avaient plus le temps, et qu’on verra plus tard (amzer’zo).

Mais, pour la décharge de Paul, il est vrai que cinq minutes pour s’exprimer, oblige d’aller à l’essentiel.

Il est bien pour un député qui sans doute se sent dans des positions contradictoires (peut-être!), d’être à ce qui m’a bien semblé, un peu gêné aux entournures ( ?).

Avaler comme de l’huile de ricin « les codes de la puissance dominante », à Paris et en Bretagne, n’est pas encore chose facile. Mais je ne désespère pas que Paul, sur le chemin de…Lutèce y parvienne rapidement…Fluctuat nec mergitur !

Vous avez dit ; « Codes de la puissance dominante » ? Aaaahh, si nous avions une tv bretonne.

Fañch
Jeudi 9 août 2018

c'était la minute nécessaire de Mr Cyclopède, à Paris ?

pour un vulgaire patois de "pygmée", cela suffit bien assez ...vive la TV parisienne, ça nous change de ses maudits sauvages... et de leur baragouin

Écrire un commentaire :

Combien font 4 multiplié par 6 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées.