Il y a 85 ans, Roparz Hemon lançait Gwalarn
Dépêche de Ronan Le Flécher

Publié le 5/09/10 16:47 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

En 1925, le ministre de l'instruction publique, Anatole de Monzie, vient de porter un rude coup à la langue bretonne, en signant des arrêtés destinés à la faire disparaître purement et simplement. C'est sans compter la détermination de Roparz Hémon.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Ce jeune professeur d'anglais de Brest répond au ministre en lançant Gwalarn, un supplément culturel trimestriel de la revue Breiz Atao. Le projet est d'abord linguistique. Il s'agit de faire du breton une langue internationale ouverte sur le monde moderne, en l'épurant des apports français inutiles.

Roparz Hémon, né en 1900, a pour collaborateurs le linguiste Fañch Elies, le poète et romancier Youenn Drezen, Jakez Riou ou encore Jarl Priel. Tous sont animés par une conviction sans faille, bien décidés à ne pas laisser le gouvernement français asphyxiser leur langue.

Mais, le combat s'annonce inégal. Et, dans les salles de classes, ont été prises des mesures draconiennes afin d'interdire aux jeunes gens l'usage du breton.

Texte de Bernard Le Nail

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2275 lectures.
Vos 4 commentaires
  Job LE GAC
  le Lundi 6 septembre 2010 01:20

Deimat,
On ne dira jamais assez combien la Bretagne a eu la chance d'avoir un "Roparz Hémon" au bon moment, pour la survit de la langue Bretonne !
Trugarez brazh Roparz, ewit o labour e peuz graet !
(0) 
  J-Luc Le Floc'h
  le Lundi 6 septembre 2010 13:05

Edo Roparz Hemon o soñjal e dibenn e vuhez e vefe un dra vat, da geñver ar yezh, adembann dastumad niverennou ar gazetenn « Gwalarn » en e bezh evit rummadoù a-vremañ.
Ropazh Hemon pensait sur le tard de sa vie que ce serait une excellente chose, du point de vue de la langue, de republier la collection « Gwalarn » complète, à l’usage des générations contemporaines.
Eu égard au rôle historique et à la qualité de la revue « Gwalarn », on peut penser que ce souhait de Roparz Hemon croiserait aussi l’intérêt de bibliophiles et bibliothécaires avertis. Et ainsi retenir l’attention d’un éditeur ?

(0) 
  Yann Saig Karadeg
  le Samedi 11 septembre 2010 21:29

E koun Roparzh...
Ur Skolaj DIWAN marteze....
Gant Roparzh Hemon war ar voger e kichenn an nor
Betek an trec'h
(0) 
  padrig MONTAUZIER
  le Dimanche 12 septembre 2010 10:49

Me 'zo a-du penn da benn gant an aotrou Yann Saig Karadeg. Ur skolaj Diwan evel just met ivez Dihun pe Diw Yezh...
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 3 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.