Et si l'identité bretonne était menacée ? Pour que la Bretagne reste la Bretagne !
Communiqué de presse de Alliance Souverainiste Bretonne

Publié le 25/09/22 14:02 -- mis à jour le 25/09/22 18:17

Nous désirons que notre identité survive à ce génocide culturel : est-ce que cela fait de nous des racistes ? Nous posons les questions qui dérangent : est-ce que cela fait de nous des extrémistes ? Nous le pensons pas alors : "Pour que la Bretagne reste la Bretagne !"

Que la Bretagne reste la Bretagne, que l’Europe reste l’Europe… ils ne supportent pas ! Ils, ce sont les adversaires des peuples qui composent les véritables patries charnelles en Europe : Basques, Écossais, Bretons, Catalans, Gallois, Flamands, Corses, Irlandais… etc., peuples enracinés luttant pour rester eux-mêmes, vivre et conserver leur culture spécifique, leurs traditions, leur religion, leur langue. Ces adversaires, dont la stratégie consiste uniquement à diaboliser, sont adeptes du remplacement des valeurs qui passe par le remplacement des populations. Cette pratique cynique porte un nom : génocide par substitution. Leur souhait, que la Bretagne, terre celtique, devienne une terre multiculturelle et métissée. Pour imposer cet objectif ils usent d’une arme de destruction massive : le changement de peuple... et de civilisation.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous !

On ne peut plus déporter les peuples comme savaient si bien le faire les régimes totalitaires. Les époques ont changé, les méthodes également mais le résultat reste le même. L’arme employée aujourd’hui est une arme non létale, un procédé plus habile, plus subtil mais tout aussi efficace. On se sert de la crise migratoire actuelle, on organise ainsi une substitution ethnique dont on se demande si l’objectif final n’est pas le remplacement pur et simple d’une population, d’un peuple. Cette submersion migratoire en Bretagne, nouvel outil de l’État français, risque, à terme, de dissoudre le caractère spécifique breton de sa population historique. Nous devons nous opposer à toute assimilation des peuples par colonisation et substitution planifiée des populations. En Bretagne, l’immigration colonisatrice, la désintégration de la société bretonne… la perte de notre identité sont des poisons mortels qui doivent être combattus par tous les moyens, en privilégiant le principe du droit du sang, ultime garantie et barrière juridique avant la mort programmée du peuple breton.

Notre position sur l’immigration de populations principalement extra-européennes, avec leur religion, leurs cultures inassimilables, se nourrit de notre expérience de nationalités en lutte pour leur survie et la reconquête de leur identité. Elle est donc choisie sereinement et avec rigueur. Nous refusons bien évidemment le mondialisme et son projet de métissage universel et nous prônons la relance de la démographie de nos peuples.

Nous rejetons le misérabilisme, nous refusons de gémir sur des maux nés en partie de notre faiblesse, car nous savons que notre action prend place dans une longue suite de renaissances.

Nous affirmons que la plus haute forme de la politique et de l’accomplissement de soi c’est de servir la nature de son peuple, de lutter sans cesse pour la défendre, l’améliorer, en promouvoir les valeurs. C’est, dans un combat qui n’aura pas de fin, d’en transmettre la garde aux générations de demain. Ce que nous refusons pour les ethnies d’Europe, nous le refusons aussi pour les peuples du monde.

Pour conclure, ce danger mortel qui consiste à remplacer les populations, à détruire les peuples et les ethnies, n’est ni une peur irraisonnée ni un fantasme. C’est une réalité, il suffit pour s’en rendre compte de se promener dans les rues de Rennes, de Nantes, de Brest, de Lorient… ou plus récemment s’interroger sur cet odieux projet d’implantation de migrants à Callac en Centre- Bretagne.


6  0  
mailbox
imprimer
logo
Mouvement breton souverainiste se revendiquant de droite mais ouvert à tous les amoureux de notre région . Nous revendiquons le retour aux frontières historiques et une large autonomie de gestion pour la Bretagne.
Vos 16 commentaires
  Iffig2
  le Dimanche 25 septembre 2022 17:31
''Pour que la Bretagne reste la Bretagne''
Laquelle? celle à 4 départements? Celle où la langue bretonne a pratiquement disparue? Celle où les jeunes ne peuvent plus se loger? Celle qui n'a aucun pouvoir de décision sur son avenir? Celle aux salaires de misère?
Voilà les principaux problèmes bretons et il y en d'autres dont on sait, dont vous savez pertinemment, qui est le responsable de cette situation!
Et vous venez avec votre discours mensonger de racoleur faire un amalgame malhonnête juste pour appâter les gogos et designer des boucs émissaires qui ne sont en rien responsables de nos problèmes.
(4) 
  Patrick Lecat
  le Dimanche 25 septembre 2022 19:23
C'est la théorie du grand remplacement ou est-ce que je me trompe ?
Si l'Etat respectait sa parole et accordait suffisamment de moyens (financiers et législatifs) il n'y aurait aucun problème malgré l'immigration.
(1) 
  KLG
  le Dimanche 25 septembre 2022 20:26
Je ne sais pas convaincu que la formulation soit bien adroite dans les divers communiqués, mais le sujet existe et est important incontestablement.Mieux vaut une communication maladroite que le silence complétement assourdissant.
Quand vous voyez un Président réclamer à ses préfets d'organiser l'installation des migrants de façon totalement subventionnée et artificielle, sur des territoires et avec des populations locales sacrifiées par le même Etat (par la création de déserts médicaux, la fermeture de lignes ferroviaires, la paupérisation énergétique et le déclassement administratif, sans parler des questions culturelles), oui le terme "grand remplacement" n'est pas galvaudé, la preuve il est même revendiqué dans les discours et dans les faits par l'Etat lui-même.
(3) 
  Per Manac'h
  le Dimanche 25 septembre 2022 21:48
Cher Iffig2 entièrement d'accord avec vous concernant les problèmes soulevés, problèmes imputables à l’État français, à ses gouvernements, à son administration... à sa politique centraliste voire colonialiste ! Le tableau est bien sombre pour le peuple breton. Mais rassurez-vous tous ces problèmes seront définitivement résolus le jour où la Bretagne ressemblera à la Seine Saint-Denis ou déjà à certains quartiers de grandes villes bretonnes, le jour où les Bretons seront minoritaires sur leur propre terre... le jour où la Bretagne ne sera plus la Bretagne, alors ce jour là cher Iffig2 vous pourrez plier et ranger soigneusement votre Gwenn ha Du au fond d'un tiroir et si vous êtes croyant une prière ne sera pas superflue.
Me ho salud, Mari, leun a c’hras,
An Aotrou Doue a zo ganeoc’h,
Benniget oc’h dreist an oll gwragez,
Ha benniget eo ar frouez euz ho korv, Jezuz.
Santez Mari, Mamm da Zoue,
Pedit evidom pec’herien,
Bremañ ha da eur or maro.
Evel-se bezet graet.
(7) 
  Kristen
  le Lundi 26 septembre 2022 00:05
« Si l'Etat respectait sa parole et accordait suffisamment de moyens (financiers et législatifs) il n'y aurait aucun problème malgré l'immigration.»
Oui. On sait parfaitement d'où viennent les problèmes, en Bretagne comme en Occitanie ou ailleurs.
Le combat à mener est bien social, culturel et donc politique. Ce n'est pas d'abord l'immigration qui menace notre identité, c'est évidemment la non-maîtrise minimale de nos choix démocratiques, culturels et de nos intérêts économiques. Sans co-officialité de nos langues et cultures, la Bretagne en tant que telle pourrait disparaître. Elle ne serait hélas pas seule. Sans répartition équilibrée des pouvoirs, la démocratie pourrait suivre aussi. Chaos généralisé ou Fédéralisation institutionnelle au plus vite... Et l'union fait la force.
(1) 
  Jean-Pierre Jadé
  le Lundi 26 septembre 2022 07:54
Per Manac’h
Vous avez tout dit, rien à ajouter merci.
(3) 
  Naon-e-dad
  le Lundi 26 septembre 2022 12:23
"des poisons mortels qui doivent être combattus par tous les moyens, en privilégiant le principe du droit du sang, ultime garantie et barrière juridique"
.
Vous évoquez un vrai problème politique. « Droit du sang » vs « Droit du sol ». L’Allemagne fédérale a choisi le premier, la France centralisée le second. Cela n’est pas neutre.
.
Ajoutons que le droit du sol peut-être dévoyé (Mayotte noyée sous l’afflux des « réfugiées » qui viennent y accoucher) et peut créer des situations économiquement intenables.
.
Le Droit du sang laisse entrevoir d’autres inconvénient (regardez du côté de la Russie ou de la Turquie) : là où quelqu’un un jour, il y a plusieurs siècles, a parlé ma langue, c’est chez moi ! Tout est bon pour légitimer (ou chercher à le faire) des ambitions impérialistes qui trépignent d’impatience.
.
Quel que soit le système adopté, le vrai problème est celui de la puissance. Et la puissance républicaine française, je le crains, n’a pas fini de faire souffrir la Bretagne. Et de chercher à la faire disparaître. Déconstruction, wokisme, progressisme, que l’on peut fédérer sous un seul vocable : ultra-gauchisme révolutionnaire. Nous sommes cernés.
.
Pourtant la révolution ne mène à rien, sinon au désastre et au sang. Les Britanniques en ont fait l’économie et sont plutôt plus avancés que nous sur le plan de la démocratie. En France, il se trouve encore des gens, sans mémoire ou sans culture, pour écouter les sirènes de l’ultra-gauchisme révolutionnaire (sous la bannière de : Mélenchon, Ecologie politique,…). Pourquoi ? Quelle structure psychologique individuelle porte à ce type d’orientation ? Et de l’autre côté ce n’est guère mieux. Avec la même interrogation : quelle structure psychologique commune nourrit l’attraction pour les « extrêmes » ? Dans les deux cas, ces activistes - parfois des « bobos » bien dotés soucieux de leurs privilèges de fait - tournent le dos au bien commun et ouvrent les voies à la violence politique.
.
Prises dans ce maëlstrom, en France, les régions (ou les particularités régionales) sont interdites ? Sauf quelques miettes, pour l’affichage. Jusqu’à quand ?
.
Skuizh on ha chalet on gant an aergelch a zispac’h ! Betek pegoulz e vo nac’het Breizh ?
(1) 
  Rafig
  le Lundi 26 septembre 2022 13:18
Ça sent mauvais depuis le début ce "Mouvement souverainiste" et là çà se voit bien.
(0) 
  Ronan Courtial
  le Lundi 26 septembre 2022 13:35
Les dizaines de milliers de franciliens d'origine Bretonne rêvent d'un retour au Pays Breton pour fuir le vivre ensemble de Saint-Denis ou de Grigny. Seule une Bretagne Bretonne de sang ou de coeur sauvera la Bretagne. Tout autre blah blah blah, comme dirait Louis-Ferdinand, est paroles de fossoyeurs ou d'imbéciles.
(3) 
  Pascal Lafargue
  le Lundi 26 septembre 2022 16:35
Je n'ai jamais vu comme un probleme le fait que des hommes et des femmes puissent vivre parmi d'autres hommes et femmes. C'est la l'essence meme du l'hummanite. Aussi, ces personnes venues de ces lointains ailleurs sont mieux a meme de nous comprendre et de respecter notre culture bretonne car ils viennent souvent de territoites ou existent deja differentes cultures, tels le Kurdistan, la Kabylie etc... Le vrai probleme de migration aujourd'hui concerne les especes invasives proliferentes, l'une des consequences du rechauffement climatique. C'est la une vraie menace pour l'humain. Taper sur les etrangers est demode, ringard, has been a l'heure ou la planete brule.
(0) 
  Rhys
  le Lundi 26 septembre 2022 16:55
@Jean-Pierre Jadé
Effectivement, l'essentiel en quelques lignes. Je me permets de renvoyer les lecteurs à l'excellente synthèse de Per Manac'h en commentaire du précédent article de l'Alliance Souverainiste Bretonne consacré à Callac « Peuple breton : ton existence est-elle menacée ? » daté du 8 septembre dernier.
@Michel Legueret
Félicitations d'oser écrire ce que vous pensez de manière limpide sans craindre les foudres de tous ceux qui ne veulent décidément pas voir ce qu'ils voient.
Il est fascinant de constater que tout ce que les Bretons subissent a déjà été vécu par d'autres. Tout ce que écrivez – et cela n'enlève rien au mérite qui est le vôtre s'agissant de la Bretagne – a déjà été dit, écrit, montré, analysé par moult Cassandre au cours de l'histoire. Parmi eux, l'« affreux », l'« ignoble » Enoch Powell prophétisait ce qu'allait devenir la Grande-Bretagne, si l'on ne mettait pas fin à la folie immigrationniste, dans son désormais célèbre discours des « fleuves de sang » le... 20 avril 1968 :
« Dans ma propre ville, au grand jour, un brave et honnête compatriote me dit à moi, son député, qu’il ne fera pas bon vivre dans son pays pour ses propres enfants. Je n’ai tout simplement pas le droit de hausser les épaules et de passer à autre chose. Ce que dit cet homme, des milliers, des centaines de milliers de gens le pensent et le disent. Peut-être pas dans tout le pays, mais partout où s’opère la transformation radicale à laquelle nous assistons aujourd'hui, et qui n’a aucun parallèle connu en 1000 ans d’histoire. » [...] « Je contemple l’avenir et je suis rempli d’effroi. Comme les Romains, je vois confusément « le Tibre écumant de sang ». Ce phénomène tragique et insoluble, nous l’observons déjà avec horreur outre-Atlantique, mais alors que là-bas il est intimement lié à l’histoire de l’Amérique, il s’installe chez nous par notre propre volonté, par notre négligence. Il est déjà là. Numériquement parlant, il aura atteint les proportions américaines bien avant la fin du siècle. Seule une action résolue et immédiate peut encore l’empêcher. Je ne sais si la volonté populaire exigera ou obtiendra de telles mesures. Mais ce que je sais, c’est que se taire devant cette situation serait une trahison majeure. »
(3) 
  KLG
  le Lundi 26 septembre 2022 18:37
" Je n'ai jamais vu comme un probleme le fait que des hommes et des femmes puissent vivre parmi d'autres hommes et femmes. C'est la l'essence meme du l'hummanite. "
L'Homme est un loup pour l'Homme comme dirait Hobbes.
Je propose aux donneurs de leçon de commencer par accueillir des migrants comme ceux qui ont violés cette quadra à Nantes ce week-end CHEZ EUX (que de faits-divers dans cette ville de Nantes, seule Paris concurrence).
L'homme a évolué pendant plusieurs millions d'années, la frontière, la protection, la culture, l'éducation, la CIVILISATION sont le fruit d'une longue évolution, d'un réel progrès. Regardez les chaos dès que les frontières ne sont plus reconnues. C'est la guerre, la mort.
Les humains ont des frontières, les cloportes n'en ont pas.
Les pays africains ont le droit d'avoir des frontières, de ne pas vouloir être colonisés. Pourquoi pas nous ?
(3) 
  Alter Écho & Ego machin
  le Lundi 26 septembre 2022 18:58
Rafig! Vous vous êtes lavé les moustaches? Ceci expliquerait tout à fait...cela!
(2) 
  Kerbarh
  le Lundi 26 septembre 2022 21:15
Le niveau de la démocratie française est très faible.
Les politiciens de Paris nous rabâchent sans cesse qu’ils travaillent pour sauver la France , mais ils la coulent et se moquent du peuple.
Conférer Callac et ce qui se passe à Elne.
Les Préfets décident de tout.
Il faut tout de suite une démocratie fédérale à la Suisse.
(1) 
  Alter Écho & Ego machin
  le Mardi 27 septembre 2022 11:07
Que s’est-il passé hier concernant les commentaire de l’article d’ASB ?...
Je pense vraiment, qu’il y a nécessité je pense de différencier dans les commentaires ou même les articles, les intervenants qui considèrent principalement l’intérêt global de la BRETAGNE et de son Peuple, et qui font des choix uniquement axés sur les réflexions de philosophie organisationnelle et politique (a) ; et donc les moyens pour y parvenir ! Moyens à élaborer et à prendre pour amener l’état français à admettre que cela est devenu une nécessité de le faire, de rechercher ensemble la solution de justice à mettre en place de plus ou moins bon gré par Paris, mais qu’il faut le faire !
(a)-Le terme « idéologie », malade de cohabitations avec des applications si désastreuses dans leurs options, qui ont fait la preuve pour moi qu’il n’est plus adapté, car usé, dévoyé et dévoyant, disqualifiant)
Oui différencier, les Breton recherchant le nouveau développement breton, qui veulent définir toutes les options de reconstruction bretonne, de ceux Bretons dont « les clusters intellectuels » dévolus aux réflexions politiques, de première importance, sont essentiellement et pratiquement « idéologiquement » phagocytés par les éléments secondaires et surtout « exogènes », qui ne devraient paraître et être réglés qu’une fois, et seulement une fois le statut politique de la BRETAGNE acquis et établi !
C'est-à-dire, qu’il y a nécessité d’écarter systématiquement tous les éléments « sociétalistes » qui empêchent, s‘opposent, s’interposent en permanence dans le débat d’intérêt breton global ! Ou alors qu’ils les développent ou plutôt les brassent à l’infini et s’excitent sur un autre fil dédié, d’ABP. Cela servira éventuellement dans l’avenir !....Peut-être !
Ces seules « préoccupations » occultent les volontés, les réflexion et propositions politiques des premiers, en portant préjudice constant au dessein d’une reconstruction bretonne que beaucoup de Bretons peuvent espérer et sont en droit de vouloir le plus tôt possible déterminer!
En cela bien des petites mains Bretonnes (?) se sont, sont égarées et malheureusement renforcent une fois de plus les échecs que la BRETAGNE et que les Bretons vont là, et ont encore à subir !
Il n’empêche cependant que l’immigration incontrôlable par la France est devenue une préoccupation politique immédiate qui mérite d’être traitée, introduite entièrement dans la réflexion politique bretonne actuelle. La "Callac Créolisation" est un problème immédiat et actuel pour toute la BRETAGNE !
, Le sociatélisme n’est qu’une digression du social-gauchisme, du social-franquisme, du social capitalo-mondialisme, des socio-perdus ! Ça s’est pour ma minute révolutionnaire.
(1) 
  Yann
  le Lundi 3 octobre 2022 19:04
Si possible. Donner une qualification à ces jeunes, les renvoyer dans leur pays avec un suivi. Le temps presse.
Les amérindiens ont plutôt bien accueilli les colons européens : mais que sont-ils devenus ?
(2) 
ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 4 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.