Éoliennes offshore : lancement de l’appel d’offres en octobre
Dépêche de Ronan Le Flécher

Publié le 7/10/10 15:54 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Le gouvernement français va lancer sous quinze jours les appels d'offres pour la construction de quelque 600 éoliennes en mer d'ici à 2015. Une centaine d'éoliennes off shore devraient voir le jour en baie de Saint-Brieuc. Un vent de fronde contre le projet souffle déjà chez les pêcheurs qui attendent la carte précise de la zone d'installation.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Le ministre de l'Environnement, Jean-François Borloo, a profité d'une visite des installations géothermiques de l'aéroport d'Orly pour annoncer le lancement sous deux semaines d'un appel d'offres pour la construction de 600 éoliennes en mer au large des côtes françaises. « Notre souhait est de construire une véritable filière industrielle », indique-t-on au ministère. Bien que dotée d'une impressionnante façade maritime, la France accuse un très fort retard par rapport à d'autres pays : pas une seule éolienne offshore contre 948 en Europe en date de juin dernier. Le Grenelle de la mer a fixé d'ambitieux objectifs de production d'énergies marines renouvelables de 6 000 mégawatts d'ici 2020 sur l'ensemble du territoire.

Appel d'offres

Officialisé en mai dernier, l'appel d'offres gouvernemental portera sur l'installation de 3000 MW d'énergie éolienne. Avec un coût d'environ 3,5 millions d'euros par MW installé, le projet représentera un investissement de l'ordre de 10 milliards d'euros. L'État français définira une dizaine de zones propices à l'installation du parc, dans la Manche et la mer du Nord, au nord de la Bretagne, au large des Pays-de-la-Loire et de la région Languedoc-Roussillon. Les industriels intéressés devront déposer un projet comprenant un prix de revente à EDF de l'électricité produite. Les entreprises sélectionnées disposeront d'un délai de dix-huit mois à deux ans pour définitivement confirmer la mise en œuvre de leur projet. Ce n'est donc pas avant 2015 que les premières éoliennes en mer verront le jour.

100 éoliennes au large de Saint-Brieuc

La zone propice fait débat en Bretagne. Le préfet de Région a proposé à la mi-septembre de retenir une vaste zone de 190 km², en baie de Saint-Brieuc, pour l'appel d'offres du parc éolien offshore. Soutenu par le président du Conseil régional, Jean-Yves Le Drian, il a écarté pour l'heure le site de la Pointe du Grouin et de Saint-Malo, également pressenti. « Dans l'hypothèse où les 500 MW ne seraient pas atteints sur cette zone, celle de Saint-Malo serait alors proposée pour une puissance maximum de 250 MW », a indiqué, dans un communiqué ( ( voir l'article )), le chef de l'exécutif breton qui est favorable au développement en Bretagne d'une filière industrielle nouvelle qui contribue à l'équilibre énergétique de notre péninsule.

Touche pas à mes coquilles Saint-Jacques !

Dans les Côtes d'Armor, les éoliennes ne sont pas toujours les bienvenues. Les eaux favorites des marins pêcheurs, notamment de coquilles Saint-Jacques, sont aussi les préférées des opérateurs, pour des questions de profondeur. « On n'enverra pas nos bateaux travailler dans une toile d'araignée faite de câbles », avertit Alain Coudray, président du comité local des pêches de Saint-Brieuc. Celui-ci est hostile à l'implantation à proximité du littoral et souhaite exclure les deux zones Saint-Brieuc Sud et Saint-Malo, où opèrent plus de 250 bateaux de pêche. « Pour l'instant, nous sommes encore des interlocuteurs, mais nous pourrions devenir des anti-éoliens », menace Alain Coudray.

Nass&Wind dans la course

Attendons donc de découvrir la zone retenue et les probables oppositions. Les opérateurs devront faire preuve de précaution. Certains comme Poweo ont déjà provoqué les foudres des pêcheurs. Le groupe Nass&Wind basée Ploemeur compte répondre à l'appel d'offres. Son directeur de la communication, Xavier Ferrey, croit à la mise en place d'une véritable filière de l'éolien marin : « La croissance bleue est une vraie réalité. » La filiale Nass&Wind Offshore vient d'annoncer cette semaine ( ( voir l'article )) le lancement d'études complémentaires sur l'intégralité de la zone proposée par l'État français en baie de Saint-Brieuc.

Document PDF 20104_2.pdf Zonage pour l'implantation des éoliennes offshore en Bretagne. Source : Préfecture de la Région Bretagne
Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 2878 lectures.
Vos 1 commentaires
  c. Flipo
  le Mercredi 20 octobre 2010 11:22

Bonjour , petites réflexions ...je suis pas certain que l'éolien soit le meilleur choix pour la France ...vu que cette technologie doit être couplée avec du thermique et que nous sommes majoritairement au nucléaire . Tous comptes fait n'allons nous pas augmenter nos émissions de CO2 avec cette technologie . L'hydrolien me paraît par contre beaucoup plus adapté a la France .
autre réflexion c'est la proximité de ces parcs ...15 km . C'est vraiment trés proches pour des machines qui feront l'équivalent de 45 a 50 étages ....j'aime bien la région de St Brieuc ...comme tous nos bords de mer et j'ai pas envie d'avoir ces machines dominantes sur les tableaux ...la vue sur mer est immuable ...non ! sinon bonjour les dégats sur les activités liées au tourisme . Aux Etat unis il y a un immense projet ...mais dans ce pays cette technologie est beaucoup plus adaptée pour réduire le co2 et d'autre part elles seront mises a 45 km !....c'est entre autre google qui investi ...ils sont intelligents eux ...j'aime ...efficace , peu d'opposition et respectueux de l'environnement . Si cette distance est impossible en France , mais j'en doute , il faut faire le choix des technologies flottantes qui de plus nous donneront beaucoup plus d'emplois !. Cordialement .
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 8 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.