Analyse du Parti Breton avant l'élection présidentielle

-- Politique --

Communiqué de presse de Parti Breton - Strollad Breizh
Porte-parole: Yves Pelle

Publié le 12/04/12 23:55 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
25496_1.jpg

Le Parti Breton ne voit aucune raison d'espérer dans l'élection présidentielle française

Après un déroulement interminable la campagne présidentielle arrive enfin à son terme. Pour le Parti Breton, ces quelques mois pendant lesquels les différents candidats auraient dû développer leurs idées et leur projet ont surtout montré leur incapacité à sortir des schémas habituels. Les références systématiques à la République et à la grandeur de la France, le catalogue démesuré de promesses rarement tenables, le refus de regarder en face la situation réelle de la France et du monde ne peuvent en effet servir de projet d'avenir. Au contraire, un tout autre modèle de gouvernement et d'organisation politique est un véritable préalable à toute évolution permettant de sortir des difficultés actuelles.

Certains candidats, comme François Bayrou ou Eva Joly, ont bien montré une réelle réceptivité aux revendications bretonnes sur la reconnaissance officielle de leur langue ou sur la réunification de leur territoire, mais pour les autres le désintérêt à été total ou partiel avec même le refus de prendre en compte ces demandes minimales. Par ailleurs, l'engagement de certains élus bretons des équipes de campagne des candidats sur des thématiques plus bretonnes ne doit pas faire illusion, ceux-ci se rangeront derrière la direction nationale de leur parti quand celui-ci les rappellera à l'ordre.

Si le discours social d'affrontement, sinon de haine, le projet économique aberrant des candidats extrémistes du Front national au Front de gauche ne peuvent permettre le moindre compromis avec eux, les autres candidats ne donnent pas de véritable raison d'espérer. Incapables d'envisager une réelle évolution du modèle de la « monarchie républicaine » et du centralisme parisien qui permet l'accaparement de tous les pouvoirs par une petite élite, ils veulent d'abord prolonger à leur profit un système usé jusqu'à la corde.

Face à cet immobilisme, qui ne peut engendrer qu'une désillusion rapide comme habituellement, le Parti Breton se voit conforter dans son projet de rassembler les Bretons pour que la Bretagne obtienne rapidement les moyens politiques et économiques de son propre développement.

Gérard Guillemot

Secrétaire Général

mailbox imprimer

Vos commentaires :

Arzh-bihan
Vendredi 13 avril 2012

En ce qui concerne le diagnostic que vous retenez, cette sorte de sclérose verticale jacobino- amyotrophique est en effet incurable et le patient \" France \" un cas désespéré, en tout cas, au stade actuel de la recherche démocratique ...

En revanche et je vous je cite : \" ... le Parti Breton se voit conforté dans son projet de rassembler les Bretons pour que la Bretagne obtienne rapidement les moyens politiques et économiques de son propre développement. \" , je ne vois pas bien par quel traitement le Parti Breton, ou n\'importe quel autre parti partageant ces objectifs, envisage t\'il de les atteindre, compte-tenu de l\'état de santé actuel de la démocratie hexagonale, et, du cadre administratif et juridique auquel la Bretagne est soumise ?

A moins d\'un \" miracle français \" qui, selon moi en tout cas, ne pourrait apparaître qu\'au terme d\'une crise politique absolument majeure, doit-on cibler désormais une reconnaissance et une aide internationale ? Si tel est le cas, auprès de qui, par quels leviers et sur la base de quels rapports de force ?

Ar Vran
Vendredi 13 avril 2012

Pour aller dans le sens d\'Arzh-bihan, ne serait-il pas temps maintenant que face à l’immobilisme de la France et des partis français, les différents partis pro-Bretagne (cf. emsav) se réunissent pour mettre en place une coordination effective de la politique bretonne avec la signature d\'une plateforme commune regroupant les 5 principaux thèmes qui font consensus dans l\'emsav.

Attention il ne s\'agit pas d\'une fusion des différents partis dans un plus grand parti insipide mais d\'une coordination. Le but n’est pas pour que chaque parti tire la couverture à soi sous prétexte que le parti soit de de gauche, de droite, du centre, etc... cela les regarde mais le but de cette coordination est de montrer un front uni de l\'emsav vis à vis des Bretons. Ce front sera enfin lisible et permettra d\'éviter d\'avoir des partis ou groupuscules divers et variés qui présentent chacun de leur côté des candidats aux élections bretonnes sans avoir la moindre chance d’être élus. Je sais très bien que ce souhait de coordination a été tenté par le passé mais sans succès, mais cela vaut réellement le coup de le refaire maintenant si on veut passer enfin à autre chose, c’est à dire la renaissance effective de la Bretagne.

A titre d\'exemple, la plateforme commune sur laquelle s’engageraient les différents partis signataires pourrait contenir les éléments suivants :

1/ Être pour la Réunification de la Bretagne et mettre tout en œuvre pour que cela se fasse

2/ Engager le processus de dévolution (juridique et économique) de la Bretagne par pression auprès du gouvernement français et auprès des Bretons

3/ Etendre l’enseignement systématique du Breton et selon la demande du gallo en Bretagne et amener les Bretons à être fiers de leur culture

4/ Porter le projet de création d’une chaîne de télévision bretonne sur toute la Bretagne

5/ Présence de ce front à chaque élection bretonne avec comme candidat par circonscription la personne ou le parti le mieux placé pour gagner. Retrait des autres candidatures qui pourraient faire concurrence avec appel à voter pour la personne sélectionnée. Dans le cas où cela n’est pas possible, appel clair pour voter pour les candidats des partis hexagonaux les mieux à même de défendre la Bretagne et ne pas appeler à voter pour les candidats ennemis de la Bretagne.

Quand tous ces points auront été remplis, alors on pourra avoir le luxe de se dire d’être de gauche, de droite ou du centre. Mais pas avant !

Emilie Le Berre
Vendredi 13 avril 2012

La crise économique et financière qui se profile va redéfinir en profondeur notre sytème actuel. La Bretagne en tant qu'espace cohérent pourrait s'affimer, peut être même en dépit des bretons.

SPERED DIEUB
Vendredi 13 avril 2012

Oui mais une Bretagne qui s'affirmerait sans prise de conscience la population serait très vulnérable à terme celle ci à la moindre difficulté demanderait de retourner dans l'espace francilien

Marius
Vendredi 13 avril 2012

@Ar Vran

Au point 3, ne pas oublier l'Histoire de Bretagne qui notre socle !

Alwenn
Vendredi 13 avril 2012

Je ne comprends pas cette demande d'union des partis bretons.

Le SNP écossais n'est pas arrivé au pouvoir en s'alliant avec d'autres partis (s'ils existent ?)

Voici comment il et arrivé : (voir le site)

Ecosse La tentation indépendantiste

Comment expliquer ce triomphe électoral alors que l'indépendance bénéficie d'un soutien malgré tout limité ? "Le SNP a su se détacher de la cause indépendantiste, explique Peter Lynch, politologue à l'université de Stirling. Il rassure les gens en expliquant que l'indépendance ne se fera pas immédiatement et que le SNP sera utile pour aller botter quelques fesses à Londres, en défense des intérêts écossais."

Il faut ajouter à cela le remarquable charisme du premier ministre écossais.

Souriant, très à l'aise dans les médias, débonnaire, Alex Salmond a eu le génie de présenter l'indépendance comme un sujet non menaçant.

Tout le contraire d'un nationalisme étriqué et haineux. (traduction : le contraire d'Adsav, ...)

Alex Salmond a aussi su mettre sur pied un parti politique très organisé

Emilie Le Berre
Samedi 14 avril 2012

@Spered Dieub,

C'est maintenant qu'elle est vulnérable puisqu'elle est dans l'espace francilien.

bernard guyader
Samedi 14 avril 2012

On attendra encore longtemps ..... Le Parti Breton avait l'opportunité d'ouvrir une porte ou le nationalisme ne devait plus être un épouvantail d'extrême droite mais une radicalité comme celà se fait en Ecosse ( SNP ) au pays de Gales ... etc.... et puis pas grand chose n'est venue ...Dommage ! Gérard Guillemot semblait vouloir ouvrir cette porte ( ...ou le PB disparaîtra! je cite de mémoire); Qu'en est il aujourd'hui ? des divisions bretonnes se nourrissent les jacobins fr'ancs ! N'est il pas? . Bernard Guyader

SPERED DIEUB
Samedi 14 avril 2012

Bien entendu Emile mais votre réponse est hors sujet par rapport à mon affirmation

Pour Alwenn ce que vous dites est intéressant mais la découverte a joué un rôle déterminant dans la montée du SNP Dans les années 70 il avait été question de pétrole dans la mer d'Iroise et le parti breton de l'époque SAV avait fait des tracts comme quoi cet or noir appartenait à la Bretagne mais l'affaire n'avait pas eu de suite

Joseph Victor
Samedi 14 avril 2012

@ Spered Dieub,

"une Bretagne qui s'affirmerait sans prise de conscience de la population"... C'est quoi ça ? La Bretagne ne peut (ne pourra) s'affirmer qu'à travers une prise de conscience des Bretons...

Marius
Samedi 14 avril 2012

@Alwenn

La Bretagne n'est ni l'Écosse, ni la Catalogne ni autre. Elle a ses propres particularités issues de son histoire partagée avec la France.

Il faut reconnaître que l'électorat lambda, en Bretagne, ne comprend pas très bien cette multitude de courants bretons pour finalement en arriver (sensiblement) à la même chose c'est-à-dire une plateforme du style proposé par Ar Vran.

Déjà que ces "courants" puissent enfin se consulter pour qu'au moins il n'y ait pas deux candidats défendant "la Bretagne" sur un même canton ou une même circonscription.

Ensuite qu'ils définissent clairement "l'objectif" à atteindre afin que le tir soit le plus précis possible !

Ar Vran
Samedi 14 avril 2012

@Alwenn

non, il ne s\\\'agit pas de demande d\\\'union mais de coordination. L\\\'union est et sera impossible car aucun des partis ne voudra se fondre dans une structure plus grande et perde sa culture sans parler de l\\\'idéologie qui peut séparer certains partis. Il s\\\'agit donc plutôt d\\\'une coordination afin que ces partis puissent se mettre d\\\'accord pour présenter un front commun et surtout s\\\'arranger pour avoir des candidats à chaque élection bretonne sans concurrence stérile.

Seb Gir
Samedi 14 avril 2012

Je vous rassure tous le Parti Breton est en plein développement, il n'a pas disparu. Nous travaillons de plus en plus avec les forces économiques bretonnes car c'est dans cette voie que nous développerons la Bretagne comme l'ont fait avant nous les Catalans, les Basques, Les Gallois... mais aussi en ayant une cible privilégié les classes moyennes qui seront touchées au premier chef par le prochain gouvernement de droite comme de gauche. Le Parti breton est un mouvement encore faut il que les autres partenaires le veuillent. A Chaque élection, nous proposons l'union. L'UDB l'a toujours refusé considérant préalablement ses alliances à gauche. Nous nous mettons en priorité les intérêts de la Bretagne au centre. Lors des dernières élections régionales, nous avons fait des alliances d'ailleurs avec des gens de gauches, écologiste, centriste qui avait la Bretagne au coeur. C'est dans cette voie qu'il faut aller si nous voulons construire la Bretagne de demain.

Alwenn
Samedi 14 avril 2012

Il est certain que si le salut doit venir ce sera par le Parti Breton, pas par l'Udb, qui sera encore au point où il en est dans 50 ans.

Marc Mosnier
Dimanche 15 avril 2012

Les positions du parti breton sont pleines de bon sens. En revanche, en tant que professionnel de l'image, j'avoue ne pas être emballé par son logo, plus approprié à une marque de produits cosmétiques ou d'hygiène intime qu'à un sigle de parti politique patriote... Dans un combat, la force des symboles est capitale. Et en matière de Bretagne, ce ne sont pas ceux-ci qui manquent ! Du triskell à l'hermine en passant par le dragon, l'univers de la Celtie offre une source inépuisable d'images fortes bien plus à même de déclencher l'enthousiasme de ses enfants et l'angoisse de ses ennemis qu'une fleur de Lotus bleu pastel... Dommage.

Yann LeBleiz
Dimanche 15 avril 2012

@Marc Mosnier

Le Logo du Parti Breton répresente la fleur de blé noir, la fleur de la plante qui a nourri le peuple breton durant plusieurs siècles et qui l'a préservé des famines!

Pour avoir la force et le moral de se battre pour son avenir, il faut être nourri et en bonne santé!

Qui a t-il de plus breton que cette petite fleur? Même si elle nous vient de Chine!

Alwenn
Dimanche 15 avril 2012

Je partage le constat de Marc Mosnier sur le logo. Il n'est pas du tout pertinent. Fleur de blé noire ?

Marc Mosnier
Dimanche 15 avril 2012

Merci pour cette précision que j'ignorais... C'est effectivement une bonne idée. Personnellement, je l'aurais déclinée autrement, sans doute en noir et blanc, pour rappeler les couleurs nationales et avec peut-être un rappel à une symbolique plus "établie".. Les logos des partis politiques renvoient généralement aux symboles nationaux, comme celui du SNP qui rappelle la croix de Saint-André. Le Plaid Cymru utilise quant à lui une fleur qui se rapproche de la vôtre. Autre considération, plus pratique : un symbole politique doit être le plus stylisé et simple possible, pour être "imprimé" dans les esprits. Tout ceci est évidemment très personnel, je n'ai pas le monopole de la vérité !

Très cordialement,

MM.

SPERED DIEUB
Dimanche 15 avril 2012

Ha du ganeoc'h Yann et c'est bien aussi de sortir des sentiers battus

Joseph Victor
Dimanche 15 avril 2012

Un constat tout de même : il y avait bien peu de monde pour le porter dans les rues de Quimper le 31 mars, ce logo d'où viendra paraît-il le salut...

Alors que la colombe de l'UDB fleurissait partout...

Juste un constat, pas une critique...

Yann LeBleiz
Dimanche 15 avril 2012

@ Marc Mosnier

Le lien avec le logo du Plaid Cymru est bon.

Les résultats du Plaid nous montre bien que ce n'est pas un Logo qui fait la force d'un parti mais la conviction de ses membres!

Que veut-on faire, ou veut-on aller... pour nous et pour l'avenir de nos enfants!

Alors, si vous avez la même conviction que les membres du Plaid, Welcome!

@ Joseph Victor

Au vu de l'ancienneté de l'UDB, plutôt que le nombre de vos drapeaux, j'aurai préféré que vous nous annonciez le même résultat électoral que le Plaid Cymru et le SNP!

A la place, c'est un appel à voter pour un candidat jacobin ouvertement hostile à la réunification des bretons que vous nous offrez!

Un constat mais aussi une critique!

Joseph Victor
Lundi 16 avril 2012

@ Yann Le Bleiz,

Marrant cette "critique". L'UDB n'aurait pas été là le 31 mars, vous auriez grogné : "mais où étaient donc ces incapables l'UDB". Mais comme elle était là et bien là, vous trouvez autre chose !

Vous faites juste mine d'oublier que les règles électorales, les modes de scrutin, ne sont pas du tout les mêmes en Grande Bretagne et en France...

La Grande Bretagne est une vraie démocratie (même si probablement imparfaite...). La France...

Yann LeBleiz
Mardi 17 avril 2012

@ Joseph Victor,

Qui vous reproche votre participation du 31?

Croyez-moi, si vous n'aviez pas été présent, le Parti Breton aurait été le premier a être déçu!

Mais ne changeons pas de sujet,... Il n'y a aucun mode de scrutin qui vous oblige a prendre position pour des jacobins ouvertement anti-Bretagne!

Tout comme aucun mode de scrutin vous interdit de travailler et d'échanger avec les autres partis bretons!

Pour votre dernière phrase, sur le niveau de démocratie, pourquoi ne l'avez-vous pas terminée?

ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 8 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.