Visite de Nicolas Sarkozy à Crozon le 8 juillet : scène de campagne en Bretagne

-- Politique --

Communiqué de presse de Parti Breton - Strollad Breizh
Porte-parole: Yves Pelle

Publié le 12/07/11 13:55 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Une fois de plus, la Bretagne aura servi de laboratoire de campagne du futur candidat Sarkozy . Une fois de plus la France a fait le constat qu'elle n'a pas de politique maritime… Une fois de plus on invite les Bretons à cultiver la foi du charbonnier… Protection du littoral, règlement des conflits d'usage, énergies renouvelables, agriculture durable…

L’État central va décider de tout et pourvoir à tout ! De ressources, il ne fut point question, et pour cause les caisses sont vides ; de la libre détermination des habitants quant à la maîtrise partagée du domaine maritime non plus…

Le projet que nous propose Nicolas Sarkozy est celui d'un passé révolu.

Celui d'un État qui n'a pas de moyens et feint de croire qu'il va répondre immédiatement à des questions qu'il n'a pas su traiter depuis des années pour certaines – je pense aux algues vertes en particulier – ou même depuis des siècles, si l'on se réfère à la politique maritime.

Ne nous laissons pas abuser par un discours de pré-campagne. C'est aux Bretons qu'il appartient de prendre en main leur destin maritime. Et au passage quel silence assourdissant de la région administrative Bretagne sur ce sujet !

Pour le Parti Breton, le président, Yves Pelle

Voir aussi :

0  0  
mailbox
imprimer
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 8 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.