Violences faites aux femmes : libérer la parole
Communiqué de presse de Taol Kurun

Publié le 16/11/14 12:22 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
:

Dans le cadre de la journée mondiale contre les violences faites aux femmes, l'abri côtier de Quimperlé organisait une soirée très suivie.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Les élus associatifs, les élus politiques de la communauté de communes et les citoyen(ne)s concerné(e)s par ce sujet grave s'étaient rassemblé(e)s ce samedi à la salle du Koad Kaer pour inaugurer une exposition de photos réalisée par les jeunes du club Unesco du lycée Roz Glas, puis pour suivre une pièce de théâtre "Je te veux impeccable", jouée par la compagnie de Rennes Quidam Théâtre, à partir de l'histoire d'une femme battue, Rachel Jouvet quand elle avait vingt ans, dont le père a été tué par son conjoint. Elle était présente, pour témoigner mais aussi pour libérer une parole qui se terre dans nombre de foyers.

Les violences conjugales touchent une femme sur sept, et dans la COCOPAQ (Communauté de communes du Pays de Quimperlé, 60 000 habitants), l'accueil de ces femmes en détresse touchait 90 femmes en 2013, et près de 160 en 2014. Elles seraient plus d'un millier sur le territoire.

Les trois cent personnes présentes, femmes et hommes, ont remercié chaleureusement les associations qui ont permis à ces femmes de recouvrer leur dignité et l'espoir de se reconstruire.

Voir aussi :
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 6 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.