Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Paul Molac
Paul Molac
- Communiqué de presse -
Réponse au RN qui souhaite inscrire dans la Constitution l’interdiction de se prévaloir de sa langue ou sa culture

  En commission des lois, le groupe RN a proposé d’ajouter dans la Constitution que « nul ne peut se prévaloir de sa langue ou sa culture pour se soustraire aux lois de la République et...

pour Le blog de paul Molac le 30/11/23 15:02
La réponse de Paul Molac :
Réalisation : Paul Molac
(44 834 vues)

En commission des lois, le groupe RN a proposé d’ajouter dans la Constitution que « nul ne peut se prévaloir de sa langue ou sa culture pour se soustraire aux lois de la République et s’exonérer du respect des règles communes ».

J’ai donc choisi d’y répondre en breton…Ce communiqué est paru sur Le blog de paul Molac

Voir aussi :
14  0  
mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1253 lectures.
Vos 9 commentaires
  jojo
  le Jeudi 30 novembre 2023 16:57
Magnifique de faire le parallèle avec d'autre pays, par exemple le Danemark, où suite à l’intervention en groenlandais d'une députée, a présent ils définissent comment autoriser les langues groenlandaises et feroienne au parlement. Ou l'Espagne où les députés peuvent à présent parler galicien, catalan ou basque. Sans parler de la possibilité pour les citoyens d’accéder aux services publiques dans leur langue sur leur territoire...
(5) 
DeN LD à jojo
 le Vendredi 1 décembre 2023 15:13
Les cinq langues que vous citez sont reconnues par les constitutions des pays concernées et sont officielles sur des territoires reconnus soient comme des nations historiques, soit comme des Nations tout court ayant le droit à l'auto-détermination (Féroés, Groenland). Mais en dehors de ce cadre RECONNU croyez-vous que les citoyens puissent se prévaloir de leurs origines tibétaines, syriennes ou turcs au Danemark pour se soustraire à la loi commune danoise ? Bien sûr que non. La proposition du RN est nulle et non avenue car elle est déjà dans la Constitution en réalité. Le problème du breton c'est de ne pas être officiel en Bretagne. Vous trouveriez normal qu'un citoyen puisse se prévaloir de telles ou telles origines (non reconnues par la Loi, y compris en Bretagne), linguistique ou religieuse pour se soustraire au Droit ? Moi pas. Et je suis favorable à l'officialisation du breton.
(4)
  Thomas
  le Vendredi 1 décembre 2023 00:25
"Seul un État stratège pourra protéger l’identité de la Bretagne des menaces de l’uniformisation culturelle et de l’immigration massive ", conclut le président du groupe des élus RN au conseil régional de Bretagne.
"tu vois, y'a la mauvaise uniformisation culturelle, celle des autres et y a la bonne uniformisation culturelle, la nôtre."
(0) 
  Brocélbreizh
  le Vendredi 1 décembre 2023 03:08
Certains brulaient autrefois des livres pour nier et faire disparaitre ce qui n'était pas conforme à leur idéologie. D'autres donnaient des noms juifs à d'anciens collabos histoire de passer sous les radars. Encore avant, des exaltés brulaient des archives et exhumaient des corps pour leur couper la tête...
Barbares.
Les jacobins de gauche comme de droite sont passés maitres dans l'art de s'exonérer du respect des règles communes et de se soustraire aux lois républicaines qu'ils ont eux-mêmes produites...
Les cas de corruption divers et variés sont légions à tel point qu"il s'agit aujourd'hui d'un sport national.
La négation de l'identité de l'autre dans un pays comme la France pour servir une idéologie aussi minable qu'ubuesque est extrêmement dangereuse. Évidement.
Ils veulent une France éternelle alors qu'ils en seront demain les fossoyeurs.
Parmi les extrêmes droites en Europe, la française est à mes yeux la plus aboutie pour la médiocrité et le rejet du réel. Et ce n'est surement pas avec des Madames Borne et autres comiques troupiers que la tendance va s'inverser...
L'exemple des régions administratives françaises sans queue ni tête (plutôt que des territoires qui collent à nos cultures) sont de la même engeance mortifère: elles participent également au
développement de l’extrémisme, de l'ignorance et de l’indifférence.
J'aimerai beaucoup, dans le contexte actuel, que M.Troadec explique clairement aux bretonnes et aux bretons comment notre pays sera autonome en 2032 avec ce genre de pyramides tronquées qui frappent aux portes du pouvoir déjà hyper-centralisé.
Ce qui constitue d'ailleurs,soit dit en passant, un terreau parfait pour les pires dégénérés politiques à venir.
(4) 
  Burban xavier
  le Vendredi 1 décembre 2023 11:33
C'est là que l'on voit le projet initial du régime fabriquer un peuple unique , une langue ...
Rien à attendre de celui-ci car il se sent menacé et peu sur finalement de lui , car la France est une construction récente et artificielle , la mm déclinaison a été faite localement par les découpages régionaux : les pays de la Loire l'illustre .
Les Breton(ne)s sont un peuple ....Mettre cela sous le boisseau n'empêche nullement son existence si nous le voulons . L'Ecosse est l'exemple à suivre , le peuple écossais (le SNP) l'affirme sans complexe comme nation dans la diversité des cultures ...C'est fait avec raison et pensé tel quel .
Spiomp evit Breizh ha evidomp ive !
(1) 
  Getxo
  le Vendredi 1 décembre 2023 14:49
Ce qui est étrange dans la position du RN c'est qu'ils veulent constitutionnaliser ce qui existe déjà (?)
Par ailleurs on sait bien que la position du RN vise d'abord d'autres langues et cultures que la bretonne ou même les langues régionales. Bien sûr ils n'y sont pas plus favorables, mais l'erreur concernant le breton consiste à vouloir l'inscrire dans un cadre général d'application française, avec ces concepts de "langues régionales" et "langues de France" qui placent directement le breton dans une dimension idéologique et de dépendance totale.
Quand on défend le breton on ne défend pas forcément la reconnaissance du berrichon, du gallo, du kabyle, du peul, du chinois en France.
(2) 
  Jacques
  le Vendredi 1 décembre 2023 16:32
Paul Molac vient de faire la démonstration, que l'interdiction existe déjà.
Donc, ça ne sert à rien de s'énerver contre le RN, le parti socialiste français (si cher au cœur des militants bretons) n'avait pas une autre position.
Le problème n'est pas ce que fait ou pas la France, le problème est ce que les Bretons acceptent ou pas...! Or, nous acceptons beaucoup de choses, dès qu'il y a une coloration politique particulière.
Ne serait-ce pas plutôt cela que nous devrions changer ?
(7)  Envoyer un mail à Jacques
DePcosquer à Jacques
 le Mardi 5 décembre 2023 20:13
Cela dure depuis l'acceptation politique des bretons vis-à-vis de la République française avant le debut du XXème siècle ( c'est la première fois dans l'histoire bretonne)... La responsabilité des élites de l'époque est sûrement une des raisons majeures d'un tel changement...Probablement le fruit de luttes sociales qui ont brisé les relations entre le peuple et les élites. Ils en ont d'ailleurs fait les frais! La gauche s'installe (3ème république) ; elle est républicaine mais aussi contre le clergé et colonialiste...( pour moi elle est tout simplement raciste: personne ne parle jamais de l'influence du racisme scientifique du XIX ème) Elle est autoritaire pour ses colonies extérieures et intérieures; les bretons ont en fait signé pour un " blanc seing", rendant, pour l'avenir, très difficile la lutte politique et culturelle. Depuis, les Bretons sont pour une grande part d'entre-eux devenus légitimistes. Le deuxième Emsav et sa volonté de faire de la langue bretonne une langue solide à tous les niveaux de son emploi sociale, s'opposait de fait à cette idéologie de la gauche: « Le monolinguisme devient la doctrine de l'Etat, quiconque s'y oppose devient (idéologiquement) suspect.» Etc Ce vote des bretons, il y a 130 ans en faveur de la république est a mon avis la raison pour laquelle l' Emsav galère depuis si longtemps... Le légitimisme des Bretons a été acheté à coup de mieux être sociale mais il signifiait aussi leur soumission politique avec le risque de perdre définitivement son identité. Ce risque est sérieux et il s'est agravé et démultiplié par le mondialisme que l'on connaît aujourd'hui. C'est quelque part une bonne nouvelle que les jeunes ne votent plus...ni gauche ni droite ... Peut-être que ce jeu de passe passe de génération en génération, au profit de la légitimisation de l'idéologie française de gauche mais aussi de l'affairisme toute couleur politique confondue, est enfin bloqué? Yann a oar!
(0)
  Rafig 44 e Breizh
  le Mardi 5 décembre 2023 13:18
La mentalité colonialiste est toujours en vigueur à Paris.
Honte aux "bretons" qui ont choisi le nationalisme français plutôt que d’acquérir la Conscience bretonne :
- Ne pas confondre la Bretagne (historique) de cette région bretagne à 4 départements inventé par le pouvoir Français.
- Le même qui nous dissuade de parler et de sauver nos langues de Bretagne.
- Le nationalisme français qui nous a confisqué nos droits et libertés pour une république qui ne profite qu'à Paris.
(1) 
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 0 ?