Une recherche publique et privée en Bretagne insuffisante pour être le moteur de nos emplois futurs

-- Politique --

Communiqué de presse de Parti Breton - Strollad Breizh
Porte-parole: Yves Pelle

Publié le 18/06/12 8:29 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
26380_1.jpg

En 2009, notre voisin français a consacré 2,1 % de son PIB à la recherche. Dans le même temps, la Bretagne selon une estimation du cercle Pierre Landais n'a consacré que 1,7 %. Si l'on regarde, les chiffres européens, La France se classe en sixième position bien loin de la Finlande (4 % du PIB), Suède (3,5 %), Danemark (3 %), Allemagne (+ 2,5 %), Autriche (+ 2,5 %)

En 2008, la Bretagne a financé près d'un milliard d'euros de recherche et d'innovation et ne s'en est vu dotée qu'à peine 75%. Elle n'en gère directement que le dixième, le reste relevant de décisions essentiellement parisiennes et un peu européennes.

La Bretagne soufre d'une absence de gouvernance régionale. Il faut une stratégie régionale pour renforcer la mobilisation des acteurs, la visibilité, la cohérence et l'efficacité. En Allemagne, chaque Land élabore sa stratégie. En Allemagne, la Bretagne gèrerait 45 % des budgets contre 15 % actuellement.

Les régions françaises n'ont pas à financer l'ÎUle de France. Chaque région doit pouvoir se développer selon des règles équitables. La région doit être maîtresse de sa stratégie de recherche et d'innovation et disposer de la maîtrise d'une part importante de son financement, au moins autant qu'un Land allemand

Une nouvelle dynamique de refonte de la recherche en Bretagne implique la refonte des institutions et des administrations. Un gouvernement régional doit disposer d'un secrétariat chargé de définir: une stratégie de recherche, définir une stratégie de coopération avec les régions voisines, gérer les appels à projets et affecter les fonds publics régionaux, équilibrer les activités de recherches sur le territoire régionale.

Plus encore que des questions de montants de budget, la Bretagne doit pouvoir être libre de gérer directement la part de son PIB consacré à la recherche publique.

C'est pourquoi le Parti Breton propose :

- le transfert de la gestion de tous les fonds européens au Conseil régional (qui est d'ailleurs dans le programme de François Hollande). Par ces fonds passe une bonne partie des financements de la recherche ;

- le transfert à la Bretagne de la compétence "recherche" sur son territoire, avec le budget correspondant ;

- enfin, en direction du CR B4, l'extension immédiate du périmètre de l'université européenne de Bretagne aux établissements du 44.

Avec ces quelques mesures, la Bretagne peut espérer mener une stratégie pertinente pour sa recherche.


Pour le Parti Breton, Sébastien Girard, secrétaire de la fédération Ille-et-Vilaine

Voir aussi :

0  0  
mailbox
imprimer
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.