Une chaîne humaine contre le projet de loi Sarkosy
Dépêche

Publié le 11/10/06 2:45 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Une manifestation a eu lieu ce mardi à Brest à l’appel du collectif anti-délation et des syndicats de travailleurs sociaux. Les manifestants s’opposaient au projet de loi de prévention de la délinquance porté par le ministre de l’intérieur. Sous le slogan « Nous sommes tous des délinquants potentiels », les manifestants ont voulu alerter sur leurs inquiétudes face à l’évolution de la loi et aux nouvelles obligations qui en découlent.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Les opposants au projet de loi dénoncent la notion de délation induite par le projet de loi. Les travailleurs sociaux s’opposent à l’idée de communiquer les informations qu’ils reçoivent des gens qu’ils suivent. La future loi devrait les obliger à communiquer ces informations à d’autres professionnels qui pourraient en faire un usage autre que celui prévu à l’origine. Il faut rappeler que certaines de ces informations sont données aux travailleurs sociaux grâce au lien privilégié qu’ils entretiennent avec les personnes qu’ils suivent. Ce climat de confiance pourrait être remis en cause par les conséquences du projet de loi Sarkosy.

De plus les manifestants ont mis en avant l’augmentation du pouvoir de police du maire, et la nouvelle place que ce-dernier devrait tenir dans la prévention de la délinquance. Afin de symboliser cette relation naissante entre police et élus, les 300 manifestants présents ont symboliquement formé une chaîne humaine partant de l’hôtel de police et rejoignant l’hôtel de ville. Hasard du calendrier, la chaîne humaine a traversé les stands de la journée portes ouvertes de la police nationale.

JPT / SJ / ABP


mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1156 lectures.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 3 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.