Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
désolé cette photo n'existe plus
- Présentation de livre -
Un nouveau livre : L'union de la Bretagne à la France
L'intégration de la Bretagne à la France n'était pas obligée. Bretagne-France, récit d'une union. Dominique Le Page, maître de conférences d'histoire moderne à Nantes, et Michel Nassiet, professeur d'histoire moderne à Angers le confirment: "L'intégration de la Bretagne à la France n'était pas obligée". Ils l'expliquent dans leur ouvrage
pour ABP le 4/11/03 14:20

L'intégration de la Bretagne à la France n'était pas obligée. Bretagne-France, récit d'une union.

Dominique Le Page, maître de conférences d'histoire moderne à Nantes, et Michel Nassiet, professeur d'histoire moderne à Angers le confirment: "L'intégration de la Bretagne à la France n'était pas obligée". Ils l'expliquent dans leur ouvrage L'union de la Bretagne à la France, paru aux Éditions Skol Vreizh (22 €).

C'est en ces termes que Ouest France du 1er et 2 novembre 2003 (page Loire-Atlantique) rend compte de la sortie de ce nouvel essai de géopolitique historique. Après avoir rappelé qu'au XVe siècle, le duché de Bretagne était un État de fait, à qui il ne manquait presque rien. les auteurs développent la thèse selon laquelle la volonté des rois de France de s'approprier le duché a été le fruit des circonstances : d'une part, la perte d'un allié important de la Bretagne, la Bourgogne, et d'autre part l'incapacité des ducs à avoir des fils, ce qui posa un problème de succession. "La survie de l’État breton passe alors par le mariage d'Anne de Bretagne à qui il faut trouver un époux". Les auteurs insistent ensuite sur les différences existant à l'époque entre la Bretagne, le Portugal, les Pays Bas du Nord. Les deux derniers choisiront la voie de la rébellion contre le pouvoir central. Face à la plus forte armée d'Europe, le duché ne pourra que se soumettre, en dépit des résistances. L'intégration était-elle inéluctable ? Bien que le hasard intervienne en histoire, la Bretagne n'avait ni les atouts du Portugal (les alizés, les grandes découvertes) ni celui des Provinces-Unies des Pays Bas(le protestantisme).

Autres facteurs en jeu : les élites bretonnes étaient attirées par la cour du roi de France et la bourgeoisie marchande de Saint-Malo se désintéressait des intérêts des ducs. Le Traité d'Union de 1532 signera le rattachement. L'intégration conduira à l'inéluctable déclin. D'abord celui des activités maritimes et commerciales, puis celui de l'industrie toilière exportatrice. L'absence de politique maritime se fera cruellement sentir. Les riches mécènes et les artistes renommés, après le mariage d'Anne, déserteront la cour ducale.

Voir aussi :
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 5 multiplié par 9) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons