Sur France 3, dimanche prochain : Le Breton, une langue menacée ?

-- --

Communiqué de presse de Ar Gedour
Porte-parole:

Publié le 15/11/17 1:41 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Lu sur le site de France 3 Bretagne : La culture bretonne est vivante, ouverte sur l’extérieur et sur l’avenir. C’est ce qu’affirmait la charte culturelle bretonne signée par l’Etat Français, il y a 40 ans. Grâce à cette charte, l’enseignement du breton s’est développé. La langue bretonne a retrouvé sa place dans les médias régionaux, …

Voir les autres articles de l'auteur Erwan Kermorvant.

mailbox imprimer

Vos commentaires :

Alain Muzellec
Mercredi 15 novembre 2017

Le breton est particulièrement menacé par ses locuteurs eux mêmes qui, bien que nombreux, se cachent pour l'utiliser, et refusent de faire entendre cette langue dans la rue et les commerces. Cette attitude mortifère fait que l'immense majorité de notre population a pu passer des dizaines d'années sans en entendre un mot ailleurs que sur les radios. Il est indispensable de rendre son rôle public, oral et écrit, à notre langue, comme le font alsaciens, basques, catalans, et aussi français et anglais, et tout le monde, sauf les suicidaires.

Jacques
Mercredi 15 novembre 2017

C'est exact.

Pour des apprenants (dont souvent la langue bretonne est leur langue maternelle, bien qu'ils n'aient pas pu l'apprendre), il est souvent choquant de constater le nombre de personnes sachant s'exprimer en breton mais qui ne le font pas de manière public...

(Voir Diwan qui découvre les casques de conférence.... on n'ose même pas évoquer la chose chez les 2 autres écoles, ni dans les associations bretonnes...)

Les arabes eux n'ont pas ce problème, ils parlent dans leur langue autant qu'ils le peuvent, déjà parce que c'est leur langue mais aussi pour l'imposer dans le paysage... idem pour leur religion, de plus en plus visible en Bretagne tandis que les Bretons sont honteux de leur propre forme de spiritualité et sont du fait fasciné par celle des autres... quand on voit que même les brittophones pensent que Halloween est une fête américaine d'origine irlandaise et ne savent pas que leurs grands parents la fêtait (sous une autre forme, moins marketing il est vrai...) c'est édifiant...

Ce qui est intéressant de constater c'est ce slogan que l'on découvre vieux de 40 ans : "La culture bretonne est vivante, ouverte sur l'extérieur et sur l'avenir".

Un beau mensonge pour mettre fin à l'identité bretonne par le consentement : car en réalité la Bretagne est peut être ouverte sur l'extérieur mais elle est surtout fermée sur elle-même....

(reste à savoir la valeur réelle de cette ouverture sur le monde quand on ne se respecte pas soi-même...)

La preuve on peut lire "La langue bretonne a retrouvé sa place dans les médias régionaux..."

De quelle place parlons nous? Déjà le fait d'utiliser le mot "régionaux" exprime clairement la contrainte acceptée.... (un Catalan, un Flamant ou un Gallois ne s'exprimerait pas ainsi...)

Ce qui amène à l'autre mensonge, celui d'évoquer la langue comme unique marque identitaire en occultant l'histoire...

Une histoire à peine connu par 10% de la population et encore ceux qui la comprenne réellement ne sont que 2 à 3%...

(même nos écoles bretonnes ne l'enseigne pas et cela ne choque personne dans le mouvement breton... normal, on ne peut être choqué par une chose que l'on ne connait pas...)

Comme je le disais, les événements en Catalogne, le référendum Écossais ou la prise de pouvoir par les nationalistes Corse, démontrent à l'ensemble de l'Europe la dimension incroyable de l'échec et l'erreur bretonne...

On est en doit de se poser la question, si nous (les ouverts sur le monde) ne sommes pas arrivé au bout du chemin, tant l'écart avec les autres est impressionnants.

S'il se passait en Bretagne ne serait-ce que 10% de ce qui se passe en Catalogne (ces manifestations chantant l'hymne national avec des drapeaux nationaux, sans aucune présence de drapeaux d’extrême gauche) ce serait le mouvement breton lui-même qui évoquerait la dérive nationaliste et demanderait à l'état français d'intervenir au nom de la lutte contre l’extrême droite...

Oui en Bretagne, nous sommes probablement au bout du rouleau... du moins, au fond du trou...

Mais pour s'en apercevoir, il faut être réellement ouvert sur le monde...

Fañch
Mercredi 15 novembre 2017

on peut même en faire une équation

E=MC2

Energie des enfants étudiant le Breton = Masse des Morts Bretonnants (p/an) X vitesse à laquelle la langue s'est perdue en 112 ans, au carré français (loi 1905)

il suffit de voir la courbe descendante et vertigineuse des locuteurs. De plus d'un million 200 mille en 1900 à moins de 150.000 en 2017, il ne reste que 10% à peine en 112 ans soit une perte de 110.000 environ tous les 10 ans dû à la mortalité.

Vu que l'État français ne fait rien pour l'arranger bien au contraire et c'est normal.

Vu que les bretons ne font quasiment rien non plus, paralysés par on ne sait quelle force, si ce n'est l'attraction

( 7.000 étudiants en Breton par an)

Il est à parier que dans moins de 50 ans elle aura quasiment disparu ou sera étudiée comme Langue morte, comme le Grec ancien, ou autres langues disparues.

Emilie Le Berre
Mercredi 15 novembre 2017

Le "!" serait mieux approprié que le "?" en fin de titre.

La Bretagne n'a de cesse de s'ouvrir sur l'extérieur, on peut se demander qui s'ouvre à nous ?

Jacques
Mercredi 15 novembre 2017

@ Emilie le Berre,

Votre remarque rejoint la mienne...

En fait qui voudrait s'ouvrir à une Bretagne devenue "endophobe"...?

Un mot qu'il est temps de connaître en Bretagne...

Dans tout le milieu breton, on remarque une prise immédiate de distance dès que ce l'on évoque l'application à la Bretagne de ce que l'on admire chez les autres...

spered dieub
Jeudi 16 novembre 2017

Je ne suis pas étonné que les brittophones n'utilisent pas leur langue ,le complexe d'infériorité ,sentiment de honte et de rejet sont toujours là ,conséquences des habiles méthodes d'éradication pas très violentes sur le plan physique, mais insidieuses de l'état français et surtout de ses sbires .C'est aussi le fruit amer d'une stratégie élitiste de l'emsav d'entre deux guerres et qui perdure plus ou moins ,de part le mépris du breton des natifs et également une volonté d'éradication pour créer le breton nouveau à l'instar des régimes communistes qui ont voulu créer l'homme nouveau coupé de ses racines. Alors que malgré tout depuis quelques années un certain nombre de ces natifs étaient prêts à utiliser le breton et à améliorer leur pratique ,grâce notamment à la charte ya d'ar brezhoneg qui en soit a été une excellente initiative .

Emilie Le Berre
Jeudi 16 novembre 2017

Jacques,

J'adopte "endophobe".

Universaliste est peut être aussi ce que sont devenus les bretons à force de se shooter aux idées des voisins de l'Est, c'est à dire le plus petit dénominateur commun de ce que peut avoir la diversité des peuples. Il n'a rien à lui, n'apporte rien aux autres, il n'est personne. Comme un outil dit "universel" ne sert à rien de précis, souvent bas de gamme, son utilisation fini par bousiller l'ouvrage sur lequel il est employé. Il tire l'ensemble vers le bas.

Naon-e-dad
Samedi 18 novembre 2017

@Alain Muzellec

A propos d’alsacien :

Pour Pierre Klein, spécialiste alsacien, qui s’est exprimé récemment en public en Bretagne (Carhaix / Karaez 2017), l’alsacien est un dialecte germanique qui utilise l’écriture de l’allemand standard (hoch deutsch). Toujours selon Pierre Klein, cela ne suffit pas à assurer une bonne dynamique à l’alsacien, de nos jours.

Pour le reste, vous avez raison. Mais avez-vous vous-même vécu ce drame individuel (et collectif) ? Et si oui, êtes-vous [néo-]bretonnant ? Ou parlez-vous avec le détachement d’un observateur extérieur, non impliqué dans son être profond, ce qui est tout autre chose….

@Fañch

Vous donnez à penser au lecteur non averti que le breton a subi une décroissance linéaire. Alors qu’en réalité, il y a eu une fracture très concentrée et très nette globalement dans la décennie 1950’s (parfois localement dans le début de la décennie 60’s). Il s’agit donc d’un phénomène très particulier, très rare, évidemment politiquement voulu et/ou encouragé sociologiquement par tous les moyens. Je pensais que cela était suffisamment connu. Celui qui vous parle, néo-bretonnant tardif (encore en chemin…!) mais qui aurait dû être bretonnant natif, est exactement placé sur cette ligne de fracture. Ce qui m’étonne, c’est le silence de centaines de milliers de personnes placées, par les circonstances sociologiques, sur cette ligne de fracture (génération n+1). Autant la génération n (le « symbole », l’interdiction à l’école, etc…) a été bien médiatisée par la suite, autant la ou les générations qui ont suivi ont été complètement ignorées (un tabou, mais lequel ?) et laissées en jachère, jusqu’à la reprise timide et tardive de l’enseignement (Diwan, puis les filière bilingues…).

Cela dit, je ne vous suis pas dans votre funeste prospective. Loin de là. Je suis convaincu qu’il est possible individuellement de se réapproprier une belle langue, précise et de qualité, à condition de s’en donner les moyens. Avez-vous fait cet effort ? Où en êtes-vous personnellement ? Pour ce qui est de l’usage public, je pense que la multiplication des lieux facile d’accès et non connotés - genre « café breton » hebdomadaire par exemple, où l’on pourra venir à l’impromptu, juste pour le plaisir d’échanger entre inconnus (ou toute autre occasion-type) - est incontournable et sera déterminante.

@spered dieub

J’ai bien remarqué, au fil du temps, que vous étiez un homme au fait de l’historique politique spécifique à la Bretagne. Cependant, concernant la volonté supposée ou réelle – on trouvera toujours des idéologues, dans quelque domaine que ce soit (qu’il s’agisse d’ « emsav », de sciences et techniques, de tout ce que vous voulez…) – de créer « un » breton « standard », je recommande, à tous ceux qui se reconnaitraient dans votre propos, un excellent petit livre produit par un vannetisant, ayant étudié de près la problématique de la transmission de la phonologie dans les milieux scolaires:

Jean-Claude Le Ruyet - « Bien prononcer le breton aujourd’hui (sous-titré « les liaisons ») », 87 pages, édité en 2012 chez Skol Vreizh (ISBN 9 782915 623970).

A conseiller aux natifs, aux enseignants, à tous les apprenants adultes…Au passage, les francophones comprendront mieux pas mal de choses qu’ils ont intégré sans le savoir (inconsciemment ?)…

Ha setu tout, evit poent !

Jean Albert
Lundi 20 novembre 2017

Oui il faut recommander l'opus de J-C. Le Ruyet, à tous ceux qui s'intéressent à l'objet linguistique qu'est le breton standard (sic). Voir commentaire de Naon-e-dad.

Ar Vran
Lundi 20 novembre 2017

@jean albert, spered dieub & Naon-e-dad.

Toujours le même sujet qui revient en boucle, à savoir que c'est à cause de la graphie qui s'est imposée dans l'enseignement que la langue bretonne est mal parlée. Trop facile! N'avez jamais entendu parler qu'une langue vivante sert d'abord à parler et ensuite à écrire.

Que des apprenants s'expriment avec un fort accent français influencé par l'écrit est réel mais cela ne doit pas faire oublier que c'est la pratique de la langue parlée avec des locuteurs naturels que ces apprenants progressent. Croyez vous que si vous vous mettez à apprendre l'allemand sans savoir comment les mots se prononcent par des germanophones natifs, vous pensez avoir tout fait? Vous rêvez.

Si des néo-enseignants enseignent mal le breton, est-ce du à la graphie retenue? Non, cela est due à deux choses

1/ l'absence de ces enseignants à se confronter au parler vivant et non celui vu uniquement dans des livres. Cela est de la responsabilité de l'enseignant et cela n'est hélas pas spécifique du breton. (Feriez-vous confiance à un prof qui vous enseignerait l'anglais avec un accent français à couper au couteau, non ? Et bien le breton c'est pareil)

2/ l'absence (ou la léthargie) des bretonnants, dont une bonne proportion préfère dénigrer les gens qui apprennent le breton sous prétexte que ce n'est pas le bon breton. Et eux qu font-ils pour l'améliorer ? Rien . Sont-ils si sûr qu'ils parlent un bon breton? (quand on entends certains utiliser trop souvent des mots d"origine française "prononcés" à la bretonne) Pire pourquoi ont-ils arrêté de parler breton aujourd'hui? N'allez pas dire que cela est du à une graphie, (pour moi cela est plus du à une schizophrénie) Voilà les véritables questions?

Quant à l'opus de Le Ruyet, il a déjà été discuté. Et alors ? Comme je l'ai dit plus haut les défauts vus plus haut sont plus du à des faiblesses de l'apprentissage du breton qu'à une graphie, qui nous ferait prisionnier.

SVP changez de disque et sutout si vous vous considérez comme bretonnant, pratiquez le breton dans la vie de tous les jours avec vos proches, vos amis. La graphie viendra après

ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 7 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.